Mon avis sur: MAMMOTH MASS

MAMMOTH 1

Marque: INTERACTIVE NUTRITION™

Dans mon article Les weight ou mass gainers: amis ou ennemis? , j’ai exposé mon opinion sur les suppléments de prise de masse, plus communément appelés « weight gainers » ou simplement « gainers ». Contrairement aux protéines en poudre, les gainers sont des complexes alliant des protéines (issues d’une ou de plusieurs sources) et des glucides: on vise donc ici l’assimilation d’une quantité importante de nutriments et de calories, dans l’optique d’une prise de masse qui idéalement se rapprochera le plus possible d’une prise de masse musculaire « sèche ». L’objectif n’est pas ici de détailler le processus de prise de masse, même s’il est utile de souligner, pour les débutants au moins, que les mass gainers ne constituent en rien une solution miracle pour prendre du muscle, et ne remplacent évidemment pas une diète intelligente et équilibrée. Un autre point que l’on peut rappeler pour ne pas avoir à y revenir, c’est qu’une prise de masse musculaire est impossible naturellement sans un excèdent calorique. C’est l’alchimie entre un entraînement intense et adapté et une balance calorique positive qui aboutira in fine à la création de tissu musculaire. Or un excédent calorique implique souvent une prise de gras et d’eau. Pour le gras, on peut limiter la casse en ajustant au plus près son excédent calorique, en répartissant au mieux protéines/glucides/lipides, et en consommant des aliments de qualité. Quant à l’eau, le stockage du glucose sous forme de glycogène musculaire entraîne mécaniquement une rétention d’eau musculaire (et non sous-cutanée) puisque pour un gramme de glycogène le corps retient de trois à quatre grammes d’eau. C’est ce qui explique la prise de poids importante lors d’un rebond glucidique (« carbs loading, god damn it! »[1]), et permet aux compétiteurs d’avoir des muscles plus gros et plus « pleins ».

Les bases étant posées, j’ai écrit dans Les weight ou mass gainers: amis ou ennemis? qu’un gainer bien formulé peut être un allié précieux pour une prise de masse réussie. Il peut permettre de remplacer effacement un repas ou une collation en cas d’emploi du temps contraint, et d’ingurgiter une quantité importantes de calories autour de la séance tout en les assimilant rapidement. Ainsi, lors de mon test de MAMMOTH MASS, j’ai consommé un shake contenant deux dosettes (30g de protéines, 114g de glucides, pas loin de 625 calories, tout de même) 45 minutes avant la séance, et deux dosettes immédiatement après celle-ci. Une heure après, j’enchaînais avec un repas solide complet.

MAMMOTH 2

Après un mois de test, je vous livre donc mon avis et mes conclusions sur le désormais emblématique MAMMOTH MASS, de la marque canadienne INTERACTIVE NUTRITION™.

Mon avis: 

Concernant la composition, INTERACTIVE NUTRITION™ à joué avec MAMMOTH MASS la carte des aliments « santé » et donc de la qualité. On y retrouve ainsi comme sources de glucides des flocons d’avoine, de la patate douce et du quinoa, tout cela en poudre évidemment. On croirait le panier de course type du bodybuilder, avec des glucides qualitatifs et des index glycémiques de, respectivement, 60, 70 et 35 (environ), soit plutôt modérés. Ce cocktail renferme en outre des vitamines et minéraux intéressants, des « bons lipides » (acides gras insaturés dans les flocons d’avoine) et même des ecdysteroïdes qui auraient selon certaines études de légers effets anabolisants, raison pour laquelle certaines marques vous en vendent à prix d’or (ECDYSONE de PEAK INTERNATIONAL, Béta-ecdysterone de WEIDER), présents dans le quinoa. Dommage que le tableau soit terni par l’éternelle maltodextrine, dont nous ignorons ici la proportion exacte.

Concernant les sources de protéines, MAMMOTH MASS contient un mélange de protéines à assimilation lente et rapide, ce qui est judicieux car la libération des acides aminés dans le sang se fait graduellement, et il est prouvé que la prisé post-entraînement d’un mélange lactoserum/caséine a un effet anabolique plus prononcé que la protéine de lactosérum seule.

La formule de MAMMOTH MASS est complétée par un judicieux mélange d’acides aminés (acides aminés ramifiés – Leucine isoleucine Valine – ainsi que de la glutamine et de la glycine) ainsi que par l’ajout de lipides apportant omégas 6 et 9 (Acide linoléique, poly-insaturé, et acide oléique mono-insaturé dans l’huile de tournesol) et les fameux triglycérides à chaînes moyennes de l’huile de noix de coco, composée d’environ 60% de TCM (acides laurique, caprylique, caprique). Ceux-ci sont plébiscités pour leur faculté à être digérés plus rapidement, sans recours à la lipase, et à être mobilisables rapidement comme source d’énergie (raisin pour laquelle on les conseille parfois en « intra-workout », à tort ou à raison, durant les régimes cétogènes) Une mention particulière pour le choix de ces ingrédients, en particulier les acides aminés: le mélange BCAA/glutamine/glycine est exactement celui que ajoute à mes shakes « faits maison », en raison de leur propriétés respectives. Ainsi, au moins au niveau de la composition, MAMMOTH MASS correspond quasiment à tout point de vue à ce que je pourrais me concocter moi-même comme shake post-séance, du moins au niveau de la composition. Quant au goût, je dois à contrecœur avouer que j’ai été un peu déçu. Non pas que le parfum « chocolat » soit mauvais, mais quand on achète un gainer on imagine quelque chose de délicieusement décadent, ayant le goût du péché, quelque part entre la glace Ben&Jerry’s au brownie et votre dessert maison préféré. Le but est après tout également de se faire plaisir. Certaines protéines en poudre sont si savoureuses que le pot de 920g se vide en quelques jours. Avec MAMMOTH MASS, je n’ai pas été atteint par cette frénésie.

Conclusion: 

Je peux dire sans hésiter que MAMMOTH MASS est un bon supplément de gain de poids. Il assure un bon équilibre entre des glucides majoritairement qualitatifs (« complexe de glucides propres », nous dit l’emballage) et des protéines à diffusion rapide et lente, sans oublier les lipides. La miscibilité est excellente, ce qui est un atout remarquable pour un « gainer », par définition très dense en nutriments. En revanche je conseille soit de le passer au mixeur, soit de le mélanger vigoureusement avec une bonne quantité d’eau (« very important to put the water in first » – de qui est cette citation mythique?), et de le laisser reposer quelques minutes avant dégustation, pour que la dissolution de la poudre soit parfaite.

mammoth 3

MAMMOTH MASS se digère étonnamment très bien pour un gainer si calorique: je n’ai expérimenté ni ballonnements ni inconfort d’aucune sorte, ce qui n’aurait pas été surprenant au vu de l’avalanche de nutriments consécutive à sa prise, même avec deux dosettes au lieu des quatre recommandées!

Le parfum n’est pas renversant, sans être pour autant rédhibitoire, même si pour un produit de cette catégorie on aurait pu s’attendre à mieux.

Dernier bémol, mais de taille, l’ajout de l’éternelle maltodextrine qui fait un peu tache sur une étiquette par ailleurs franchement « propre », a fortiori quand la répartition exacte des différents ingrédients n’est pas mentionnée. Qu’on ajoute une petite quantité de glucides à index glycémique élevé (celui de la maltodextrine est de 95), cela peut se défendre (de moins en moins, cependant), mais cela interdit de consommer MAMMOTH MASS en milieu de journée en lieu et place d’une collation, à moins que l’on ne tienne pas du tout à son tour de taille et que l’on soit dans un esprit « dirty bulk ». En revanche, pour une utilisation autour de la séance , je considère que MAMMOTH MASS est un produit de qualité, bien formulé, et que je peux par conséquent recommander.

 

       NOTE: 8/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement par mail (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

 

Ingrédients :

Mélange de glucides (maltodextrine, flocons d’avoine, patate douce, quinoa), mélange de proteines (concentré de protéine de lactosérum (contient du lait), isolat de protéine de lactosérum (contient du lait), caséine micellaire (contient du lait), caséine de calcium (contient du lait), mélange d’acide aminés Mommoth (glycine, L-glutamine, L-leucine, L-isoleucine, L-valine), huile de tournesol, huile de noix de coco en poudre (fournit des triglycérides á chaînes moyennes).

Valeurs nutritionnelles:

mammoth compo

[1] Rich PIANA, évidemment.

Publicités