Mon avis sur : CHONDROSTÉO

img_0171

Marque : LABORATOIRES GRANIONS

Par Alex, MuscleXperience team

Dans mon article consacré au complexe JOINT-X de SCITEC NUTRITION®, j’abordais l’émergence depuis quelques années de suppléments destinés à renforcer les articulations et à prévenir ou contenir la dégradation du cartilage désormais disponibles sur le marché de la nutrition sportive. Dans cette catégorie en plein essor, on trouve sans surprise le meilleur comme le pire.

Expérimentant depuis quelques mois des douleurs articulaires à répétition, qui sont souvent le lot des vétérans de la fonte, j’ai ajouté à ma routine de suppléments du sulfate de glucosamine et du sulfate de chondroïtine. Puisque à peu près toutes les marques de nutrition sportive ont à leur catalogue un supplément dédié à « l’entretien articulaire », je change régulièrement, en conservant des dosages à peu près similaires.

En fouillant dans le rayon compléments/suppléments de ma pharmacie de quartier à la recherche d’un complexe contenant ces deux composés (l’inclusion de méthylsulfonylméthane – MSM – étant un plus), je suis tombé sur un produit qui m’a paru particulièrement bien formulé: CHONDROSTÉO des LABORATOIRES GRANIONS. Je connaissais ce laboratoire pour d’autres références de qualité à un prix accessible, et CHONDROSTÉO ne faisant apparemment pas exception, j’ai décidé de lui donner sa chance. Let’s try it !

img_0166

En premier lieu, CHONDROSTÉO affiche dans sa composition les trois grands classiques des suppléments destinés à l’entretien articulaire :

  • La glucosamine hydrochloride (1126mg par dose): c’est un osamine (sucre aminé), qui sert à la synthèse de plusieurs macromolécules (par glycosylation, liaison d’un glucide –ose- à une chaîne peptidique), présentes dans différents tissus, dont le cartilage. C’est un composant de plusieurs polysaccharides dont la chitine contenue dans la carapace des crustacés et des insectes.  
  • Le sulfate de chondroïtine (150mg par dose) : glycosaminoglycane sulfatée, macromolécules glucidiques formant notamment  d’importants composants des tissus conjonctifs (on peut citer aux côtés de la chondroïtine la kératane sulfate, composant de la kératine de ongles et des cheveux, et l’acide hyaluronique, que l’on retrouve également dans les articulations la peau etc).  Elle contribue à l’hydratation du cartilage, et par voie de conséquence à la souplesse des articulations. Le sulfate de chondroïtine a une action inhibitrice sur l’élastase, enzyme médiatrice de la dégradation du cartilage, et stimule la synthèse du collagène et des protéoglycanes dans les chondrocytes (cellules du cartilage). Il a été démontré que contrairement à ce que l’on entend souvent de la bouche de ses détracteurs, le sulfate de chondroïtine peut être absorbé et assimilé oralement, et que l’on en retrouve dans le liquide synovial des articulations suite à son ingestion.
  • Le MSM ou methylsulfonylméthane (225mg par dose) : metabolite du dimethyl-sulfoxide (DMSO). Il s’agit d’un composé soufré, d’aspect cristallin auquel l’industrie de la complémentation et de la supplémentation attribue bien des vertus : anti-inflammatoire, il aurait une action bénéfique sur la paroi intestinale, et combiné à la glucosamine et/ou à la chondroïtine, serait efficace pour soulager les douleurs articulaires et notamment celles dues à l’arthrose. Le Methylsulfonylméthane aurait également une action antioxydante en réduisant le stress oxydatif lié à l’exercice. Si ce composé paraît prometteur, son efficacité reste encore à ce jour sujet à caution.

Dans mon article consacré JOINT-X , je regrettais l’absence de certains minéraux essentiels à l’entretien des articulations, dont le silicum (oligo-élément reminéralisant) et le manganèse (oligo-élément nécessaire entre autres chose à une bonne densité osseuse). D’autres comme le calcium et le cuivre y contribuent également. En effet, le silicium est un élément nécessaire à la synthèse des tissus dont les os, les tendons, les muscles et les ligaments, et de manière générale au bon fonctionnement de l’organisme, qui en contient environ 7g. S’il est présent en quantités importantes dans de nombreux tissus, les concentrations diminuent drastiquement avec l’âge, en particulier dans la peau et le cartilage. Impliqué dans la synthèse du collagène, sa présence dans un complexe destiné à maintenir la santé articulaire fait sens. En outre, le silicium potentialise l’action du zinc et du cuivre, ce dernier ayant été incorporé à la formule de CHONDROSTÉO. Le silicium intégré dans CHONDROSTÉO est issu d’extrait de bambou, donc de source naturelle (pour ceux qui comme moi ingèrent quotidiennement des quantités indécentes de flocons d’avoine, il est à noter que comme le bambou, l’avoine est particulièrement riche en silicum, même si le traitement post récolte est susceptible d’amoindrir cette teneur).  

img_0169

CHONDROSTÉO contient également le manganèse que j’appelais de mes vœux dans ma review de JOINT-X de SCITEC NUTRITION®, minéral dont la carence peut s’avérer fâcheuse chez l’être humain (malformations osseuses, troubles de la reproduction…) et du calcium dont l’importance pour le maintien du capital osseux et cartilagineux est primordiale.

La composition de CHONDROSTÉO est complétée par un mélange d’extraits végétaux réputés pour soulager les douleurs articulaires, dont de l’Harpagophytum (Harpagophytum procumbens, ou « griffe du diable, plante poussant dans l’hémisphère sud et particulièrement en Afrique australe où elle fait l’objet d’une utilisation traditionnelle, et utilisée en phytothérapie comme anti-inflammatoire, pour soulager les rhumatismes et l’arthrite.

On y trouve également de la reine des prés (Filipendula ulmaria), traditionnellement utilisée pour atténuer de manière naturelle les douleurs, notamment articulaires, musculaires et rhumatismales etc.

CHONDROSTÉO contient enfin de l’extrait de cassis, également utilisé en phytothérapie en raison des propriétés de certains de ses flavonoïdes, pour soulager les douleurs musculaires et articulaires (il est souvent conseillé dans les cas d’arthrose du genou et de crises de goutte), et que l’on retrouve souvent associé à l’Harpagophytum.

img_0165

Mon ressenti :

Quand j’ai commencé le test de CHONDROSTÉO, je consommais déjà un supplément contenant de la glucosamine, de la chondroïtine et du MSM. Si je ne peux affirmer avec certitude que CHONDROSTÉO ait été pour moi plus efficace que son prédécesseur, je dois en revanche reconnaître que mes articulations sont beaucoup moins douloureuses aujourd’hui qu’il y a huit semaines. Il est évidemment difficile de jauger de l’efficacité d’un produit destiné à soutenir la santé articulaire, l’amélioration se voyant généralement sur le moyen ou long terme. Par contre, quand un produit est complètement inefficace, on s’en rend vite compte. Avec le recul je peux donc dire que CHONDROSTÉO a rempli sa mission me concernant, et pour l’instant il figure en haut de la liste de mes suppléments pro-articulaires favoris. Pas parce que la marque est réputée ou que le packaging est attrayant, mais parce que c’est un produit bien formulé, bien dosé, et que son prix est abordable (environ 25€ pour 180 comprimés).

img_0167

Conclusion :

CHONDROSTÉO est un supplément destiné à soutenir la santé articulaire, à favoriser l’assouplissement des articulations, à améliorer la mobilité articulaire et à maintenir le capital osseux. Ce supplément est bien formulé, il contient les composés phares de cette catégorie de supplément, mais également un complexe d’oligo-éléments et d’extraits végétaux intelligemment sélectionnés pour agir en synergie. Le dosage de chaque composé a été établi à partir des dosages reconnus comme efficaces chez l’homme, et son format n’est pas contraignant (trois comprimés par jour en une prise). Son prix (environ 25€ pour 180 comprimés) en fait un supplément au bon rapport qualité prix.

Concernant les douleurs articulaires dont je souffre régulièrement, j’ai pu noter leur atténuation concomitante avec la consommation de CHONDROSTÉO et d’un complexe d’oméga 3 et 6. Je suis donc satisfait de ce produit, et ne peux que le recommander.  

NOTE : 8,5/10

Ingrédients : glucosamine HCL (crustacés), plantes : extrait d’harpagophytum – reine des prés (poudre) – feuilles de cassis (poudre) – extrait de bambou 40%, silice, minéraux : phosphate tricalcique – carbonate de calcium (maltodextrine) – gluconate de manganèse – gluconate de cuivre, MSM, chondroïtine sulfate (poisson), anti-agglomérants : stéarate de magnésium – mono et di glycérides d’acides gras.

Ingrédients d’enrobage : hydroxypropyl methyl cellulose, hydroxypropylcellulose, cellulose microcristalline, acide stéarique, colorants : dioxyde de titane – indigotine. Possibilité de traces d’iode.

Valeurs nutritionnelles – Composition / 3 comprimés :

Glucosamine HCL ………………1126 mg

Chondroïtine sulfate ………….. 150 mg

MSM …………………………….. 225 mg

Extrait d’Harpagophytum …….. 146 mg

Reine des prés …………………. 124 mg

Cassis (feuille) …………………. 102 mg

Extrait de Bambou ……………… 102 mg

dont silice …………………………41 mg

Calcium …………………………. 134 mg ..16,8% VNR*

Manganèse……………………….2,6 mg …130% VNR*

Cuivre …………………………….1,5 mg …150% VNR*

*VNR = Valeurs Nutritionnelles de Référence.

Conseils d’utilisation: 3 comprimés en 1 prise avec un grand verre d’eau de préférence le matin au cours du petit déjeuner.

 

Mon avis sur : JOINT-X

img_9217

Marque : SCITEC NUTRITION®

Par Alex, MuscleXperience team

Les douleurs articulaires sont un cauchemar pour tout  sportif, et en particulier pour les pratiquants de musculation : elles freinent votre progression, entravent votre capacité à développer des charges lourdes, vous obligent à bannir certains exercices de votre programme d’entraînement, voire imposent parfois carrément l’arrêt provisoire de l’entraînement d’un ou plusieurs groupes musculaires.

C’est actuellement le problème auquel je suis confronté, avec une vieille blessure à l’épaule qui réapparait dès que je charge un peu trop au « couché », en particulier en période de restriction calorique.

De nombreux suppléments destinés à renforcer les articulations et à prévenir ou contenir la dégradation du cartilage sont désormais disponibles sur le marché. On y retrouve généralement les mêmes composants, à savoir du sulfate de glucosamine,  du sulfate de chondroïtine, du MSM (méthylsulfonylméthane), du collagène… Des complexes pleins de promesses pour les « hommes (et les femmes !)  blessé(e)s » comme moi, mais aux vertus souvent contestées. Pour beaucoup, y compris pour nombre d’experts reconnus ou autoproclamés, ces suppléments seraient purement et simplement inefficaces. Les composants seraient peu ou pas assimilables, voire tout simplement inopérants.

Des centaines d’études ont été menées depuis des décennies sur ces composants, en particulier sur le sulfate de glucosamine, le sulfate de chondroïtine et sur la prise simultanée de ces deux composés.

Si plusieurs essais et méta-analyses ont démontré une réelle amélioration dans la prise en charge de maladies articulaires comme l’arthrite grâce notamment à la glucosamine, d’autres ont remis en cause son efficacité. En outre, certains chercheurs ont critiqué les conclusions des essais qui s’étaient avéré positifs, pointant des failles dans la méthodologie employée.

Batailles d’experts, études contradictoires et arguments intéressés des marques commercialisant ces suppléments lucratifs, il est souvent difficile de s’y retrouver.  Comme toujours dans ces cas-là je ne connais qu’une méthode à toute épreuve : essayer par moi-même. JOINT-X de SCITEC NUTRITION®… Let’s try it !

img_9219

La glucosamine et la chondroïtine sont les deux composés les plus communément retrouvés dans les suppléments destinés à maintenir  la santé articulaire.

Le sulfate de glucosamine est un osamine (sucre aminé), qui sert à la synthèse de plusieurs macromolécules (par glycosylation, liaison d’un glucide –ose- à une chaîne peptidique), présentes dans différents tissus, dont le cartilage. C’est un composant de plusieurs polysaccharides dont la chitine contenue dans la carapace des crustacés et des insectes.  

La chondroïtine est une glycosaminoglycane sulfatée, macromolécules glucidiques formant notamment  d’importants composants des tissus conjonctifs (on peut citer aux côtés de la chondroïtine la kératane sulfate , composant de la kératine de ongles et des cheveux, et l’acide hyaluronique, que l’on retrouve également dans les articulations la peau etc).  Elle contribue à l’hydratation du cartilage, et par voie de conséquence à la souplesse des articulations. Le sulfate de chondroïtine a une action inhibitrice sur l’élastase, enzyme médiatrice de la dégradation du cartilage, et stimule la synthèse du collagène et des protéoglycanes dans les chondrocytes (cellules du cartilage). Il a été démontré que contrairement à ce que l’on entend souvent de la bouche de ses détracteurs, le sulfate de chondroïtine peut être absorbé et assimilé oralement, et que l’on en retrouve dans le liquide synovial des articulations suite à son ingestion.

Ces deux composés ont donné dans la myriade d’études qui ont été menées à leurs sujets  des résultats contradictoires; si plusieurs essais ont donné des résultats non concluants concernant les effets du sulfate de glucosamine et du sulfate de chondroïtine sur les douleurs articulaires et notamment sur les conséquences de l’arthrose, la grande majorité des essais réalisés indiquent un soulagement durable dû à ses composés, sans les effets secondaires des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

JOINT-X de SCITEC NUTRITION® intègre également dans sa formule du collagène hydrolysé. Même si cela n’est pas indiqué, il est probable qu’il s’agisse de collagène de poulet hydrolysé de type II, le plus communément retrouvé dans les suppléments en poudre ou encapsulé. Le collagène est une protéine présente dans toutes les structures du corps : peau, os, cartilages, tendons etc. Le collagène de type I est présent dans la peau et les tendons, le type II se retrouve dans le cartilage, et le type III dans les muscles et les vaisseaux sanguins.

Le collagène présent dans les suppléments est le même que celui utilisé dans l’industrie agroalimentaire : obtenu à partir de la gélatine, elle-même issue du broyage du cartilage, des os et de la couenne d’animaux, traitée puis extraite par hydrolyse. On en trouve partout : comme agent de texture, enrobage (capsules) des médicaments et suppléments etc.

Les mécanismes d’action du collagène sur les pathologies et les douleurs articulaires sont controversés, voire carrément douteuses. Il existe cependant quelques études concluantes, mais celles-ci ont utilisé des doses massives de collagène de poulet hydrolysé durant plusieurs mois. Dans le doute, et au vu du prix modique du collagène en poudre (qui coûte trois fois rien, à moins de l’acheter encapsulé dans une jolie boîte avec une étiquette griffée dessus). Il m’est déjà arrivé d’en faire des cures dans les périodes ou mes articulations me faisaient souffrir : un sachet de 250 ou 500g, que je verse directement dans un pot ou un sac de protéines (2,5 ou 5kg). Je n’ai pas constaté de guérison miraculeuse, mais les douleurs ont fini par passer. Quand cela ne peut pas faire de mal, ni à la santé, ni au porte-monnaie, pourquoi s’en priver ?

Last but not least, JOINT-X contient du MSM ou Methylsulfonylméthane, un metabolite du dimethyl-sulfoxide (DMSO). Il s’agit d’un composé soufré, sans couleur d’aspect cristallin auquel l’industrie de la complémentation et de la supplémentation attribue bien des vertus : anti-inflammatoire, il aurait une action bénéfique sur la paroi intestinale, et combiné à la glucosamine et/ou à la chondroïtine, serait efficace pour soulager les douleurs articulaires et notamment celles dues à l’arthrose. Le Methylsulfonylméthane aurait également une action antioxydante en réduisant le stress oxydatif lié à l’exercice. Cependant, il est nécessaire de rappeler qu’à l’heure où j’écris ces lignes la majorité des essais menés sur l’efficacité du MSM dans la prise en charge des pathologies articulaires ne se sont pas relevées concluantes : elle reste donc sujet à caution. Cela ne vous surprendra peut-être pas… Mais j’ai également  fait par le passé une longue cure de MSM en poudre, à des doses diverses, à une période où je souffrais de blessures articulaires aux coudes (Comme le collagène, en poudre ça ne coûte vraiment pas grand-chose).  Je ne saurais vous dire si cela a été bénéfique, ou pas … Toujours est-il que j’ai totalement recouvré l’usage de mes articulations et que je peux aujourd’hui à nouveau faire du curl barre lourd !

Mon ressenti :

Je l’ai dit, même si in fine l’efficacité du stack glucosamine/chondroïtine est souvent contestée, la plupart des essais concluent à une action synergique de ces deux composés et aux résultats suivants: réduction de la douleur, amélioration de la mobilité articulaire, ralentissement de la progression de l’arthrose et réduction du risque de remplacement de l’articulation par une prothèse.

Je n’en suis pas encore au remplacement de mon épaule par une prothèse, mais mon ressenti concernant ces trois composés (quatre avec le collagène… Mais faut-il vraiment en tenir compte, la gélatine étant un produit de consommation courante pour la grande majorité d’entre nous, en particulier quand nous consommons des suppléments) a été plutôt positif par le passé, est l’est encore une fois avec JOINT-X. Combiné avec du repos (un peu mais pas trop) et un complexe Oméga 3/6/9, j’ai constaté une réduction de mes douleurs et une mobilité retrouvée après six semaines. Je continue à consommer sulfate de glucosamine, sulfate de chondroïtine et MSM mais provenant d’un autre complexe d’une marque concurrente. Les effets demeurent, atténuations graduelle des douleurs, articulations moins sèche, retour de la performance.

Cependant, il est important de noter qu’il est extrêmement difficile de jauger individuellement l’efficacité d’un tel produit, ou la part de son action dans une convalescence pouvant mener à un retour à la normale. Il s’agit d’un supplément, non d’un médicament, et en décidant de se supplémenter on prend au moins le risque de ne pas trouver les effets escomptés. Pour ma part, je ne peux dire que du bien de JOINT-X (même si des produits concurrents sont au moins aussi bien dosés, et parfois mieux formulés, pour des prix plus attractifs, car moins connus). Je précise que durant tout la durée de mon test, j’ai consommé deux fois la dose recommandée soit huit gélules par jour, et qu’actuellement je conserve des dosages équivalents avec un autre produit.

img_9218

Conclusion :

JOINT-X de SCITEC NUTRITION® est un bon support de la santé articulaire. Une formule classique pour cette catégorie de produit, un dosage correct, un prix abordable (le pot de 90 gélules est disponible aux alentours de 15€ chez la plupart des revendeurs) . S’il est difficile d’être certain de l’efficacité qu’aura JOINT-X sur la mobilité et la santé de vos articulations, gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un supplément et non d’un médicament, et qu’il a vocation à entretenir vos articulations et non a soigner une quelconque pathologie. Pour moi ce test est concluant, même si avec huit gélules par jour (quatre si on suit la dose recommandée par SCITEC NUTRITION®) la boîte part vite. A regretter également l’absence de certains minéraux essentiels à l’entretien des articulations, je pense au silicium, au manganèse… Mais tout cela fera l’objet d’un autre article !

NOTE : 7/10

Ingrédients: Sulfate de glucosamine (mollusque), dextrose, collagène hydrolysé, unique: gélatine, sulfate de chondroïtine, méthylsulfonylméthane (MSM), anti-agglomérants: stéarate de magnésium, phosphate de calcium; colorants: dioxyde de titane, complexe cuivriques de chlorophyllines.

Informations nutritionnelles : Une dose : 4 gélules

 

Par dose

%AJR

Sulfate de Glucosamine

1024 mg

Sulfate de Chondroïtine

360mg

MSM (méthylsulfonylméthane)

200mg

†AJR non déterminés


Infos allergènes : Produit fabriqué dans une usine traitant des protéines de lait, du soja, des œufs, du gluten et des arachides.