Mon avis sur : ATTACK 2.0

ATTACK 1

Marque : SCITEC NUTRITION®

ATTACK est une ancienne référence du catalogue SCITEC®. Il y a bien 7/8 ans, je hantais déjà les boutiques de nutrition sportive près de chez moi, et je pouvais voir ces pots sur les étagères, qui attendaient patiemment que je les ouvre et que j’y plonge ma dosette en quête de sensations nouvelles (ceux qui verront une parabole érotique dans cette réminiscence de jeunesse ont l’esprit mal placé). Etrangement j’ai attendu très longtemps avant de le tester, peut-être parce que la formule me paraissait un peu trop sage. Plusieurs formes de créatine, de la glutamine, de l’arginine comme précurseur de l’oxyde nitrique, de la tyrosine pour soutenir le système nerveux… Des choix classiques mais judicieux. En 2018, enfin, je me suis décidé à tester cette version 2.0 et à vous livrer mon ressenti sur ce produit.

ATTACK 2.0 est une formule vasodilatatrice pré-entraînement sans stimulants. C’est déjà en soi un avantage, puisque la majorité des produits de cette catégorie contiennent de la caféine (l’Europe est moyennement favorable aux mélanges de stimulants, on trouve rarement de la théobromine, parfois de la synéphrine ; les législations américaine et canadienne permettent plus de fantaisie). La formule est construite autour de trois « piliers » : force, énergie, congestion.

En ce qui concerne la force, SCITEC NUTRITION® nous a concocté une matrice de cinq types de créatines, censés agir concomitamment pour assurer un approvisionnement maximal des cellules musculaires en créatine durant l’entraînement, et donc une fourniture en énergie (ATP) plus importante : la matrice « CREA-BOMB ». Où s’arrête la réalité scientifique, où commence le fantasme marketing, c’est parfois assez difficile à déterminer. En prenant 30 minutes avant la séance un mélange de créatine monohydrate, de créatine monohydrate micronisée MicronTec, de créatine anhydre, pyruvate de créatine et de citrate de créatine, vous êtes sûr de mettre toutes les chances de votre côté pour ne pas manquer de l’un des composés les plus reconnus en nutrition du sport. Notons cependant que 5 grammes (dosage US, UK) sur une prise c’est beaucoup (les recommandations européennes s’orientent vers 3g par jour), et que l’on conseille généralement de consommer ces 3 grammes en plusieurs prises lors des principaux repas, ce qui favoriserait son assimilation. En ce qui me concerne j’ai toujours été partisan de la prise de créatine avant (voir pendant) et après la séance, consommée avec des glucides pour favoriser son assimilation. C’est après tout le moment où l’on en a le plus besoin, pendant l’effort et juste après, pour reconstituer les stocks mobilisés durant la séance. Sur le cocktail proposé par SCITEC NUTRITION®, je suis un peu plus sceptique. L’objectif est sans doute de saturer les muscles de leurs clients, mais aussi de leur en mettre plein la vue, alors que la créatine monohydrate est la seule dans ce « stack » à avoir fait réellement ses preuves. Qu’elle soit micronisée favorise sans doute son assimilation, et pour le reste, c’est discuté, et discutable.

ATTACK 2

En ce qui concerne l’énergie, SCITEC NUTRITION® a inclus dans ATTACK 2.0 un complexe de vitamines du groupe B, nécessaires au métabolisme, et de la taurine, acide aminé aux multiples vertus que ce soit pour le sportif ou pour monsieur tout le monde : la taurine aurait notamment un rôle bénéfique sur la performance, un effet atténuateur de la fatigue liée à l’exercice, et pourrait lutter contre le stress oxydatif.

Pour la congestion, SCITEC NUTRITION® a incorporé dans ATTACK 2.0 l’inévitable arginine, sous sa forme d’arginine alpha-cétoglutarate (AAKG), la plus plébiscitée pour ses prétendus effets vasodilatateurs. Si ceux-ci sont controversés, l’effet perturbateur de l’arginine sur la production d’hormone de croissance post-exercice est quant à lui bien réel (La vérité sur l’arginine dans les suppléments pré-entraînement). Je conseille de l’éviter avant la séance, ce n’est donc pas un bon point pour ATTACK 2.0. On retrouve également de l’ ornithine et de la glutamine, de l’acide malique ainsi que de la tyrosine, acide aminé fréquemment ajouté au formules pré-entrainement pour ses effets sur la vigilance et la concentration et qui a fait ses preuves dans ce domaine: la tyrosine participe en effet à la synthèse des catécholamines (l’adrénaline, la noradrénaline B, la dopamine B). SCITEC NUTRITION® a également ajouté une pincée d’extrait de fénugrec (trigonella foenum-graecum) dans un proprietary blend ou « mélange déposé », ce qui permet de ne pas indiquer dans quelle quantité, sans que l’on sache vraiment ce qu’il fait ici. Personnellement je suis un grand amateur de fénugrec, supplément peu onéreux et recelant une myriade de bénéfices pour la santé, la récupération et même la prise de muscle. Le fenugrec a notamment une action positive sur le métabolisme des glucides, sur l’augmentation de l’appétit, et de la testostérone libre. En bref, ça ne peut pas vous (nous) faire de mal.

ATTACK 3

Que dire de ATTACK 2.0 ? Lets’try it !

Mon ressenti :

Avec les formules pré-entraînement, pas besoin de tester le produit pendant plusieurs jours afin de savoir si l’on a fait un bon investissement ou pas. Dans le cas d’ATTACK 2.0, l’enjeu est minime puisque le prix est plutôt modique : comptez entre 12 et 15€ pour un pot de 320g, aux alentours de 25 € pour un pot de 720g, hors promotion bien entendu. Pour autant, on attend d’un « booster » pré-entraînement qu’il tienne ses promesses, comme d’un investissement qu’il soit rentable. Je dois avouer que c’est plutôt mal engagé, puisque si la formulation a l’air plutôt correcte quant aux composés employés (hormis peut-être l’arginine, qui est néanmoins appréciée par certains même si elle peut impacter la récupération post-séance, comme nous l’avons vu plus haut), les dosages sont eux largement insuffisants. Ainsi, pour une dose (un quart de dosette, soit 5g), on ingurgite 2,5g de créatine (toutes sources confondues), 300mg de glutamine, 250mg de taurine, 50mg de tyrosine…  Si l’on peut se satisfaire d’une dose de 2,5g de créatine en pré-entraînement, les autres composés ont, avec des dosages si faibles, une présence tout au plus cosmétique ici. Cela explique que lors de mon test, il m’ait fallu environ une vingtaine de grammes (soit quatre doses !) pour ressentir un accroissement de la congestion et de l’énergie durant la séance. Il n’y a pas de secret, quand vous voyez sur l’étiquette plus de milligrammes que de grammes (on parle bien ici d’acides aminés), la chose est mal engagée. A ce régime, le petit pot fait long feu. La congestion obtenue était significative, sans être extraordinaire, rien que l’on ne puisse obtenir avec quelques grammes de citrulline malate.

Il est à noter que ce dosage recommandé est indiqué sur les pots vendus au sein de l’Union européenne hors Grande-Bretagne (qui du reste ne sera plus dans l’UE dans quelques mois).  Sur les pots vendus en Grande-Bretagne, et dans certains pays hors UE(dans l’Est), le dosage recommandé est de 10g par prise, ce qui donne le double des valeurs dont 5g de créatine (l’étiquetage UE est adapté aux recommandations de l’Autorité européenne de sécurité des aliments – EFSA – sur laquelle sont alignés la plupart des pays de l’UE, mais pas tous, certains irréductibles résistent encore et toujours.

Conclusion :

ATTACK 2.0 est un vasodilatateur honnête, sans être exceptionnel : sa formule est classique, un effet énergisant sans être pour autant excitant (ce qui ravira les athlètes cherchant à éviter les stimulants comme la caféine pour cause d’entraînements tardifs, ou en cours de sevrage caféique), et un goût plutôt réussi (j’ai opté pour le parfum « cerise », mais  ATTACK 2.0 est également décliné en parfums « Pink limonade » et Poire). Je dirais donc que c’est un produit adapté pour les pratiquants débutants, qui cherchent à pousser un peu plus loin leur entraînement sans pour autant verser dans des formules bourrées de caféine et parfois hors de prix. ATTACK 2.0 conviendra également à l’autre extrémité du spectre des pratiquants, c’est-à-dire ceux qui cherchent à compenser ce que l’âge leur a fait perdre en vigueur (je ne parle pas de la pilule bleue) à la salle, sans pour autant vouloir subir insomnies et  anxiété du fait d’une overdose de synéphrine, caféine  ou d’autres alcaloïdes du même genre. Pour ma part je ne regrette pas mon achat, j’ai obtenu ATTACK 2.0 à un prix défiant toute concurrence, et il était parfaitement adapté à l’usage que je voulais en faire, c’est-à-dire un petit « plus » revigorant en cas d’entraînements nocturnes consécutifs à une journée de travail chargée. Je n’ai pas à m’en plaindre, ATTACK 2.0 a fait le job. Il ne faut pas en attendre des miracles, certes les dosages ressemblent à la composition d’une limonade pour enfants, certes les noms des matrices élaborées par SCITEC NUTRITION® sont tous plus ronflants les uns que les autres, mais dans l’ensemble c’est un booster correct.

 

NOTE : 7/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement par mail (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

 

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

 

Une dose: 5 g (1⁄4 dosette)

Vitamine B3 : 1.25 mg

Acide folique (acide glutamique) : 15 mcg

« Attack! Stack » Marque déposée :4458.5 mg

Matrice de créatines « Crea-Bomb » : 2500 mg

Monohydrate de créatine, monohydrate de créatine micronisée MicronTec, créatine anhydre, pyruvate de créatine, citrate de créatine

Dont créatine pure: 2208 mg

L-Glutamine (300 mg), Taurine (250 mg), L-Tyrosine (50 mg), Chlorhydrate de L-Ornithine (25 mg)

Précurseur oxyde nitrique

Chlorhydrate de L-arginine : 1000 mg

Matrice de soutien Krebs-Cycle               333.5 mg

Acide citrique (318,5 mg), acide malique (10 mg), AKG (5 mg)

Ingrédients :

Cerise: monohydrate de créatine, chlorhydrate de L-Arginine, arôme (cerise), acide citrique anhydre, L-Glutamine, taurine, antiagglomérant (phosphate tricalcique), édulcorants (acésulfame K, sucralose), L-Tyrosine, monohydrate de créatine micronisée Microntec, chlorhydrate de L-Ornithine, acide L-malique, AKG, créatine anhydre, citrate de créatine, pyruvate de créatine, colorant (Carmoisine**), nicotinamide, acide folique.

Pink lemonade: monohydrate de créatine, chlorhydrate de L-Arginine, acide citrique anhydre, L-Glutamine, arôme (pink lemonade), taurine, édulcorants (acésulfame K, sucralose), antiagglomérant (phosphate tricalcique), L-Tyrosine, colorant (rouge de betterave), monohydrate de créatine micronisée Microntec, chlorhydrate de L-Ornithine, acide L-malique, AKG, créatine anhydre, citrate de créatine, pyruvate de créatine, nicotinamide, acide folique.

Poire: monohydrate de créatine micronisée Microntec, chlorhydrate de L-Arginine, monohydrate de créatine, arôme (poire), L-Glutamine, taurine, acide citrique anhydre, édulcorants (acésulfame K, sucralose), antiagglomérant (phosphate tricalcique), L-Tyrosine, , chlorhydrate de L-Ornithine, acide L-malique, AKG, créatine anhydre, citrate de créatine, pyruvate de créatine, nicotinamide, acide folique

Recommandations fabricant :

 Mode d’emploi:

Mélanger une dose (5 g) par jour avec 250 ml. Utiliser 30 minutes avant l’entraînement, après l’entraînement ou avant un repas.

Infos allergènes:

Produit fabriqué dans un atelier utilisant du lait, du soja, d’oeufs, du gluten, des arachides, du poisson et des crustacés.

Attention:

Les compléments alimentaires doivent être utilisés dans le cadre d’un mode de vie sain et ne pas être utilisés comme substituts d’un régime alimentaire varié et équilibré. A conserver hors de portée des enfants. Ne pas dépasser la dose journalière recommandée

ATTACK 2.0 est un complément alimentaire

Publicités

Mon avis sur : TESTED GH BOOSTER

TESTED 1

Marque : TESTED NUTRITION

Par Alex, MuscleXperience team

Dans la catégorie des optimisateurs hormonaux naturels, aux côtés des fameux « boosters de testostérone », on trouve aujourd’hui une pléthore de suppléments censés agir comme des sécrétagogues naturels de l’homone de croissance.

L’hormone de croissance (Growth hormone en anglais, soit GH en abrégé, ou HGH, human growth hormone), est une hormone polypeptidique (donc composée de plusieurs peptides, molécules comprenant au moins deux résidus d’acides aminés reliés par la liaison peptidique) de 191 acides aminés, secrétée la partie antérieure de l’hypophyse et plus particulièrement par les cellules somatropes, d’où les appellations de somatotropine ou de somatropine qui sont également données à l’hormone de croissance. Il s’agit donc d’une hormone produite naturellement par l’organisme, principalement durant l’enfance et l’adolescence. Cette sécrétion entame un inexorable déclin peu après le cap de la vingtaine, et dégringole à partir de trente ans. A quarante ans, elle n’est plus que la moitié de ce qu’elle était dix ans plus tôt. A soixante ans, elle devient négligeable.

L’hormone de croissance est sécrétée par l’hypophyse par pics (pulses en anglais) qui surviennent principalement la nuit lors des phases de sommeil profond, mais également après l’exercice physique, ou à l’occasion d’une hypoglycémie. C’est donc à ces moments clés (on oublie l’hypoglycémie, même si le fait de consommer un « booster » de GH le ventre vide fait sens) que l’on pourrait opter pour une formule optimisatrice de l’hormone de croissance, formule naturelle évidemment puisque musclexperience.com n’a pas vocation à renseigner les utilisateurs sur des substances réglementées ou prohibées.

TESTED 2

Ces produits naturels sont le plus souvent des complexes d’acides aminés dont les effets secretagogues ont été plus ou moins significativement mis en évidence lors de recherches, parfois fort peu concluantes. Les plus répandus sont l’arginine, la lysine et l’ornithine, seuls ou combinés (voir par exemple Mon avis sur : GH SURGE). La glycine a également fait ses preuves, tout comme le GABA (acide γ-aminobutyrique) dont la prise peut être conseillée au coucher, de préférence sur un estomac vide.

Avec TESTED GH BOOSTER, la marque canadienne TESTED NUTRITION introduit un nouveau venu dans le club très fermé des secrétagogues naturels reconnus de l’hormone de croissance, j’ai nommé la L-alpha-glycerylphospohorylcholine ou α-GPC (on trouve parfois choline alfoscerate, il s’agit de la même substance). Il s’agit d’un composé de la choline que l’on retrouve dans le cerveau ainsi que dans le lait. Récent dans l’industrie de la supplémentation sportive, l’α-GPC a fait une entrée remarquée comme nootropique, auquel on a notamment attribué des propriétés positives sur la cognition. La L-alpha-glycerylphospohorylcholine a d’ailleurs fait l’objet d’études dans ce domaine, qui tendraient à en faire une piste intéressante dans le traitement de la maladie d’Alzheimer1.

L’ α-GPC a également été étudié comme potentiel ergogène a destination des athlètes, et les résultats ont été très encourageants2. Mais vous l’aurez compris, c’est son effet secretagogue qui nous intéresse ici, puisque c’est ainsi que l’ α-GPC est présenté par TESTED NUTRITION dans son TESTED GH BOOSTER. Celui semble ne pas être douteux, puisqu’il a été prouvé qu’une dose de 1g d’ α-GPC prise par voie orale avait la capacité d’augmenter la production d’hormone de croissance dans un délai de 60 à 120 minutes3. La question est de savoir si cette augmentation des pics naturels est capable de se répercuter sur la performance sportive, la récupération et éventuellement la construction musculaire (couplée avec une activité d’entraînement en résistance, évidemment). On se rappellera des précédents malheureux du GABA voire précédemment de l’arginine, présentés à cor et à cri comme le « next big thing » de l’industrie, pour être finalement recyclés (l’arginine comme vasodilatateur – voir mon article « La vérité sur l’arginine dans les suppléments pré-entraînement » – le GABA comme aide au sommeil) et remis à leur juste place par la réalité : celle de suppléments, pour lesquels il faut avoir des attentes raisonnables. Au moins, la marque canadienne TESTED NUTRITION ne nous vend pas [que] du rêve, mais un produit apparemment validé par des études sérieuses, et dosé comme il faut puisque une prise (deux gélules) apporte 900mg de L-alpha-glycerylphospohorylcholine, soit pas loin de la dose reconnue comme efficace dans l’étude citée plus haut.

TESTED 3

Alors, après deux mois de test, que dire de TESTED GH BOOSTER ?

Mon ressenti :

J’ai donc essayé TESTED GH BOOSTER pendant deux mois, à raison de deux gélules par jour une heure avant l’entraînement les jours « on », et vingt minutes avant le coucher des jours de repos (c’est bien d’en prendre, paraît-il, parfois), pour bénéficier des pics de sécrétion naturels. Et contre toute attente (je suis plutôt méfiant de nature), j’ai rapidement ressenti un effet subtil mais néanmoins incontestable, à la fois sur l’énergie durant la séance et sur la récupération post-exercice. J’ai pu noter que les soirs où je m’entrainais tard, après une dure journée de travail, TESTED GH BOOSTER me permettait d’attenuer la fatigue et de boucler ma séance de manière satisfaisante. Une concentration accrue, mais sans la nervosité qui peut accompagner la prise de certains suppléments stimulants, et sans l’anxiété qui peut être générée par ceux-ci, bien au contraire. La plus-value durant l’entraînement, si elle reste subtile, fut cependant pour moi certaine.

Les jours de repos, j’avais opté pour la prise de deux comprimés peu avant le coucher. Résultat : un sommeil de bébé, proche de celui que l’on peut avoir avec une prise de 2/3g de GABA, avec un révéil moins difficile qu’à l’accoutumée.

Conclusion :

Je dois avouer que TESTED GH BOOSTER a dépassé mes attentes. Il ne faut évidemment pas placer d’attentes démesurées dans ce type de « booster » d’ hormones de croissance, vous n’obtiendrez pas d’effet approchant ceux de produits dopants, ne vous fourvoyez pas. L’objectif est ici d’optimiser sa production naturelle, afin de bénéficier d’une meilleure récupération, d’une concentration accrue durant l’exercice, d’effets bénéfiques sur le sommeil qui est un allié indispensable pour tout sportif, bodybuilder ou non, et éventuellement de bénéficier d’une action anti-âge (tout en épargnant son porte monnaie et en restant dans la légalité). Concernant cette dernière, je pense que le test a été trop court pour pouvoir observer des effets notables. En ce qui concerne l’effet nootropique sur la concentration, ainsi que sur la récupération et la qualité du sommeil, l’action de TESTED GH BOOSTER de TESTED NUTRITION a été pour moi plutôt positive, en tout cas bien plus que celle de complexes d’acides aminés comme l’arginine/ ornithine/lysine (complexes dont l’impact sur la performance et la récupération sont incertains, et qui sont le plus souvent sous-dosés). TESTED GH BOOSTER est-il pour autant un « must » ? Je ne m’avancerai pas à ce point. Mais si vous traversez une période un peu chargée, avec un sommeil rare et/ou de qualité médiocre, et que vous avez quelques €uros (ou Dollars, ou Francs Suisses, ou CFA …) à investir, TESTED GH BOOSTER n’est pas un mauvais choix.

NOTE : 7/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement dans vos mails (sur l’application mobile dans  l’onglet contact, sur la page d’accueil sur ordinateur ou tablette).

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

Portion: 2 gélules

L-alpha-glycerylphospohorylcholine

900 mg

Autres ingrédients: Phosphate dicalcique, Cellulose microcristalline, Stéarate de Magnésium, Gélatine, Eau

Instructions Tested GH Booster

Prendre deux gélules avant entrainement ou avant le coucher. Pour une performance augmenté et une puissance maximale, prendre 2 gélules 30 minutes avant votre entrainement.

Avertissement Tested GH Booster : Garder hors de la portée des enfants. Ne pas dépasser la dose journalière recommandée ! Ne pas utiliser chez les moins de 18 ans. Consultez un professionnel de santé avant de commencer un programme diététique ou physique.

Note importante: nous vous conseillons de consulter un médecin ou un nutritionniste si vous n’êtes pas sûr(e) de pouvoir consommer ce produit sans risques.

 

TESTED GH BOOSTER est un complément alimentaire.

 

1Traini E, Bramanti V, Amenta F, Choline alphoscerate (alpha-glyceryl-phosphoryl-choline) an old choline- containing phospholipid with a still interesting profile as cognition enhancing agent, Curr Alzheimer Res. 2013 Dec;10(10):1070-9

2David Bellar, Nina R. LeBlanc, and Brian Campbell, The effect of 6 days of alpha glycerylphosphorylcholine on isometric strength, J Int Soc Sports Nutr. 2015; 12: 42. Published online 2015 Nov 17.

3Kawamura T, Okubo T, Sato K, Fujita S, Goto K, Hamaoka T, Iemitsu M, Glycerophosphocholine enhances growth hormone secretion and fat oxidation in young adults, Nutrition. 2012 Nov-Dec;28(11-12):1122-6. doi: 10.1016/j.nut.2012.02.011. Epub 2012 Jun 5.

 

 

Mon avis sur : THERMONAT

THERMONAT&

Marque : HK NUTRITION

En matière de suppléments agissant sur la fonte adipeuse, la simplicité est souvent un gage d’efficacité. Certaines formules disponibles sur le marché combinent des dizaines d’ingrédients, misant sur la « synergie » entre ces différents composés. Ne soyons pas naïfs, il s’agit souvent d’impressionner le consommateur avec une liste à la Prévert de composés sous-dosés, provoquant parfois de interactions néfastes voire dangereuses. Il peut aussi s’agir d’ingrédients sous-dosés, controversés ou mal utilisés: par exemple inclure du chitosan ou du nopal, qui sont des bloqueurs de lipides, dans un brûle-graisse thermogénique spécifiquement conçu pour être consommé avant ou pendant l’effort, donc l’estomac vide, est simplement inutile. Saupoudrer une formule de quelques milligrammes de CLA (acide linoleique conjugué) de L-carnitine ou de cétones de framboises (dont aucune étude sérieuse n’a prouvé l’efficacité) l’est tout autant.

Parmi les composés les plus efficaces pour augmenter le métabolisme basal et donc la fonte adipeuse figurent les thérmogéniques (du grec ancien θερμός, thermós : chaud). Ces composés favorisent la mobilisation des graisses corporelles en augmentant la température du corps. Parmi ceux-ci, l’on peut citer la caféine et ses variantes (guaranine, théine, il s’agit de 1,3,7-triméthylxanthine ou méthylthéobromine, formule C8H10N4O2, donc le même alcaloïde), la synéphrine (présente dans les agrumes), ou encore la capsaïcine, alcaloïde présent dans le poivre ou le piment.

Je suis en période de régime, et augmenter mon métabolisme basal est exactement ce que je vise en ce moment. A la recherche d’un produit à la fois simple et efficace, j’ai décidé de tester THERMONAT, de la jeune marque française HK NUTRITION.

THERMONAT5

HK NUTRITION est une marque plutôt récente sur le marché, mais elle dispose déjà d’un catalogue solide, et surtout d’arguments de poids du point de vue qualité : HK NUTRITION mise en particulier d’avantage sur la qualité et la traçabilité de ses produits que sur des noms et des emballages tapageurs. Les composés végétaux inclus dans ses produits, s’ils proviennent d’un peu partout sur la planète, sont conditionnés, testés et fournis par un fournisseur d’ingrédients naturels dans les domaines de la nutrition et de la santé reconnu internationalement et basé en France : cela garantit la qualité constante et la fiabilité des produits, qu’il s’agisse de la standardisation des extraits, de leur pureté (tests notamment sur les métaux lourds et les pesticides) ou de l’absence d’OGM.

La qualité se retrouve également dans le choix des gélules : HK NUTRITION n’a pas fait le choix des gélules en gélatine bovine ou en gélatine végétale bas de gamme, mais a opté pour du pullulan (E1204), un polysaccharide obtenu par fermentation végétale dont le procédé de fabrication n’implique aucun additif, solvant ou conservateur. Le pullulan est reconnu pour mieux protéger les substances sensibles à l’oxygène que les gélules de gélatine classiques. Ce procédé d’encapsulation est en outre garanti sans OGM et sans gluten. Ainsi, on ne retrouve pas dans les produits HK NUTRITION ces additifs douteux et omniprésents dans l’industrie agroalimentaire mais également dans nos suppléments sous forme de nano particules: dioxyde de titane, stéarate de magnésium, dioxyde de silicium etc.

THERMONAT4

Alors, Quid de THERMONAT ? Une formule simple, qui réunit deux valeurs sûres en matière de fonte adipeuse : le thé vert, et l’extrait de piment rouge.

  • Concernant le thé vert (Camellia Sinensis), c’est un des composés les plus
  • connus et les plus communs dans les formules brûle-graisses, et à raison puisque c’est l’un des plus efficaces. Sa composition chimique comprend des polyphénols ou « tanins », dont une multitude de flavonoïdes catéchines, flavonols etc.). Parmi cette myriade de composés phytochimiques, citons  l’Epigallocatéchine-3-gallate, un très puissant antioxydant qui aurait un effet positif sur la composition corporelle, la régulation de la glycémie et le système cardio-vasculaire. L’un des points forts de THERMONAT est que le consommateur dispose des informations exactes concernant la teneur en polyphénols, en catéchines et en Epigallocatéchine-3-gallate. Une gélule contient ainsi :
  • 339mg de Polyphénols totaux
  • 60,3mg de catéchines totales
  • 19,23mg d’ Epigallocatéchine gallate

Le thé vert contient également de la caféine, improprement appelée « théine », à raison de 29,4mg pour une gélule de THERMONAT. L’action de la caféine sur l’oxydation des graisses et bien documenté, il s’agit d’un classique quasiment incontournable dans les « brûleurs » thermogéniques.

Le thé vert contient d’autres nutriments intéressants, notamment des vitamines (vitamine C, E, B2 et B3) et minéraux (fer, potassium, calcium…), des acides aminés dont de l’arginine, de la glutamine, de la lysine et de la théanine.

THERMONAT3

En vertu de ses propriétés antioxydantes, le thé vert jouit d’un indice ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity, capacité d’absorption des radicaux oxygénés en français, qui indique les capacités antioxydantes des aliments) élevé. Outre ses effets « brûle-graisses » et drainants, il s’agit donc d’un composé intéressant du point de vue purement santé.

  • THERMONAT affiche également dans sa composition un extrait de piment rouge, sous forme de CAPSIMAX®, un extrait de piment rouge indien de très haute qualité, hautement bio-disponible et standardisé en capsaïcine (2mg de capsaicinoids par gélule). Encore une fois HK NUTRITION fait bien les choses, en sélectionnant ce qui se trouve de mieux sur le marché actuellement. La capsaïcine (du latin Capsicum, poivre) stimule la production d’adrénaline et de noradrénaline, et a un impact positif sur la dépense énergétique et l’oxydation des graisses. Son impact sur l’oxydation des graisses dans l’organisme a été mis en évidence dans plusieurs études[1].

HK NUTRITION a donc fait les choses bien, pour formuler un produit simple mais soigné, où rien n’est laissé au hasard. Au niveau de la qualité, THERMONAT remplit largement notre cahier des charges. Qu’en est-il concernant son efficacité ?

Mon ressenti :

L’objectif que l’on doit assigne à un supplément alimentaire découle directement de la signification de ce mot : par définition un supplément est un produit dont on n’a pas besoin, mais qui est susceptible d’apporter un petit plus, ce 1% qui fera (ou pas) la différence. Certains parlent de produit de croyance, car les effets ne sont que rarement quantifiables et vérifiables. Il ne faut donc pas s’attendre à des effets immédiats, sauf peut-être avec certains preworkouts qui vous occasionneront excitabilité, irritabilité, tremblements, insomnies, troubles gastriques etc.

Pourtant, avec THERMONAT, j’ai fait l’expérience d’une suée épique dès la prise de ma première gélule, lors d’une séance de cardio mémorable dont je suis sorti trempé. L’effet thermogénique se fait donc parfaitement ressentir, que l’on préfère prendre THERMONAT avant une séance d’entraînement ou au cours des repas, comme HK NUTRITION le recommande. En effet, l’effet thermogénique peut être intéressant au cours de la séance puisqu’il va s’ajouter à celui lié à l’exercice physique. D’un autre côté, dans les études menées sur les effets de la capsaïcine sur l’obésité et l’oxydation des graisses, la prise de capsaïcine avait lieu durant les repas. HK NURITION conseille donc de prendre une gélule de THERMONAT avant le petit-déjeuner et une autre avant le déjeuner. C’est l’utilisation pour laquelle j’ai opté après mon premier essai, et je dois dire que l’effet fut plutôt concluant : même si je n’ai effectué le test que durant un mois (une boîte contient 60 gélules, soit une cure d’un mois), les résultats sur la balance et dans le miroir sont indéniables. Je n’en suis pas surpris, puisque la composition de THERMONAT ne comprend que deux ingrédients dont l’efficacité est scientifiquement prouvée.

Conclusion :

Ce test m’a permis de découvrir une nouvelle marque intéressante, dont la philosophie est résolument tournée vers la qualité des matières premières utilisées. C’est en effet plutôt désagréable de se rendre compte qu’une marque de nutrition sportive, dont la finalité devrait être de contribuer à améliorer ou en tout cas à maintenir votre bon état de santé et vos performances, fait des économies en utilisant des conditionnements, gélules ou agents de charge ou de texture bas de gamme et potentiellement toxiques pour l’organisme humain. C’est véritablement un symptôme du délabrement moral de certains acteurs économiques prêt à mettre en danger la santé de leurs clients pour s’enrichir: les « consommateurs » que nous sommes veulent des produits « santé », on va leur en vendre, mais en faisant des économies de bout de chandelles quitte à les empoisonner avec des actifs végétaux bourrés de pesticides et des nanoparticules qui seront stockées dans les tissus corporels pendant des décennies. Les petits sous avant tout !

La démarche de HK NUTRITION est inverse, en cherchant à maximiser la qualité de ses produits quitte à rogner sur ses marges. C’est la preuve que l’on peut vendre des produits de qualité, efficaces et sûrs à la fois, et tirer son épingle du jeu face à la concurrence.

J’ai été agréablement surpris par THERMONAT : simple, efficace, sain, et vendu à un prix raisonnable puisque la boîte de 60 gélules est vendue au prix de 25, 90€ sur le site de la marque et dans les boutiques qui la distribuent. C’est un produit que je recommande les yeux fermés.

 

NOTE : 9/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement dans vos mails (sur l’application mobile dans  l’onglet contact, sur la page d’accueil sur ordinateur ou tablette).

 

 

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

thé vert indien (camellia sinensis), piment rouge indien (capsicum annuum L), Gélules : PULLULAN (E1204)

Recommandations d’HK NUTRITION : prendre 2 gélules par jour, 1 le matin et 1 le midi avant les repas

THERMONAT est disponible sur le site de HK NUTRITION.

[1] Notamment Pilou L. H. R. Janssens, Rick Hursel, Eveline A. P. Martens, and Margriet S. Westerterp-Plantenga, Acute Effects of Capsaicin on Energy Expenditure and Fat Oxidation in Negative Energy Balance.

 

Mon avis sur: AMINO MAXX

AMINO MAXXé

Marque : BODYMAXX SPORTSNUTRITION

Par Alex, MuscleXperience team

En ce moment je m’entraîne le soir, plutôt tard, et la problématique à laquelle je suis confronté est de trouver un bon vasodilatateur/booster d’oxyde nitrique sans stimulants. Si cela semble très simple sur le papier, c’est en fait une tâche ardue, puisque la quasi totalité des produits de cette catégorie actuellement sur le marché contiennent de la caféine (1,3,7-triméthylxanthine ou méthylthéobromine selon les étiquetages, mais c’est la même chose), ou au moins du thé vert ou du guarana, qui en contiennent également. Il convient de noter que même pour les pratiquants de musculation qui s’entraînent le matin ou l’après-midi, la caféine, si elle a un effet certain sur la force et les performances, finit par ne plus agir en raison d’une forte accoutumance du corps. On doit alors augmenter la dose pour ressentir les mêmes effets, ce qui peut induire des effets néfastes pour le corps (irritabilité, troubles du rythme cardiaque…). En outre, à long terme, la caféine pourrait engendrer une résistance à l’insuline. La prudence et la modération sont donc de mise.

AMINO MAXX '

BODYMAXX SPORTSNUTRITION a répondu à cette problématique, en nous livrant AMINO MAXX, un complexe d’acide aminés axé autour de la congestion, de l’énergie et de la récupération. Comme sait le faire la marque, c’est une formule simple, sans fioritures, avec uniquement ce dont on a besoin :

  • Un complexe d’acides aminés ramifiés (BCAA), ratio 2:1:1, ou l’acide aminé Leucine, clé de l’anabolisme musculaire, est majoritaire

  • De la bêta-alanine, qui favorise l’énergie et la force durant un entraînement en résistance

  • de la L-citrulline DL-malate, l’acide aminé citrulline, le must en matière de congestion et d’énergie, conjugué à de l’acide malique (qui est un acide dicarboxylique, d’oû le « DL » , intermédiaire du cycle de Krebs, l’une des voies métaboliques majeures chez l’homme comme chez la plupart des autres espèces).

  • De la taurine, dont l’impact sur l’endurance et la récupération ne sont plus en débat, et qui présente également de multiples bienfaits pour la santé (au niveau cardiovasculaire notamment)

  • de la glutamine, acide aminé le plus abondant dans le corps et primordial pour la récupération.

  • Last but not least, de l’arginine, que l’on ne présente plus. Elle est nécessaire à la synthèse de l’oxyde nitrique, qui favorise une meilleure vasodilatation et un meilleur débit sanguin.

Tout y est, sauf peut-être la bétaïne, qui par son rôle dans la régularisation de l’hydratation cellulaire et de l’homéostasie des fluides agit en prévention de la baisse des performances consécutive à la désydratation. La bétaine aurait également un impact sur la production d’homone de croissance et d’IGF1 durant l’entrainement, ainsi que sur les performances de manière générale, ce qui en aurait fait un ajout interessant dans AMINO MAXX. Peut-être pour la prochaine version !

AMINO MAXX3.jpg

Mon ressenti :

Produit très agréable à consommer, AMINO MAXX apporte énergie et congestion sans excitabilité. On ressent vraiment une bonne congestion, mais tout en douceur. On est loin des boosters hardcore proposés par certains concurrents, mélangeant caféine synéphrine et théacrine, qui vous tiennent éveillé pendant 48h après la séance et vous rendent à moitié psychotique et paranoïaque. Rien de tout cela avec AMINO MAXX, même si pour ma part j’ai dû mettre deux dosettes de 10,3g dans mon shaker pour en ressentir pleinement les effets.

Conclusion :

AMINO MAXX est le genre de produit vraiment salvateur pour ceux d’entre nous qui s’entraînent le soir (ou la nuit, tels des loups garous), et recherchent un petit vasodilatateur sympa, apportant les sensations sur la force et la congestion sans apport de stimulants, ou pour les personnes vraiment sensibles aux stimulants. En tout cas c’est un produit qualitatif, qui répond à un besoin précis : apporter un plus pour la congestion, l’énergie intra-workout et la récupération, sans l’apport massif de caféine et sa cascade d’effets secondaires parfois délétère. En bonus, le parfum que j’ai choisi, Fruity berry mix, est juste irréel. Délicieux, on croirait vraiment un cocktail sans alcool. En bref, MuscleXperience approved !

NOTE : 7,5/10

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

Valeurs pour 110g

Pour une portion

(10,3g+250 ml d’eau)

 Ajr

Energie (kJ)

1475

153

 –

Energie (kcal)

347

36

 –

Graisse (g)

0

0

 –

– dont saturées (g)

0

0

 –

Glucides (g)

0,5

<0,5

 –

– dont sucre (g)

0,1

<0,5

 –

Fibres (g)

<0,5

<0,5

 –

Protéines (g)

85

8,8

 –

Sodium (g)

0,01

<0,01

<1

Ingredients:

L-leucine, Beta alanine, L citrulline DL-malate (1:1), Taurine, L-glutamine, L-isoleucine, L-valine, L-arginine, Acid (citric acid), Flavourings, Sweetener (sucralose), Anti-caking agent (silicon dioxide), Colours (anthocyanin, carmine).

Suggestion d’utilisation :

Mélangez une dosette(10,3 g) d’AMINO MAXX avec 250 ml d’eau froide. Prendre une dose par jour, avant l’entraînement.

Avertissements:

Les suppléments alimentaires ne remplacent pas un mode de vie sain!

Ne dépassez pas les dosages recommandés!

Tenez ce produit hors de portée des enfants!

AMINO MAXX est un complément alimentaire.

Mon avis sur : GH SURGE

gh1

Marque: SCITEC NUTRITION®

Par Alex, MuscleXperienceteam

L’hormone de croissance (Growth hormone en anglais, soit GH en abrégé, ou HGH, human growth hormone), est une hormone polypeptidique (donc composée de plusieurs peptides, molécules comprenant au moins deux résidus d’acides aminés reliés par la liaison peptidique) de 191 acides aminés, secrétée la partie antérieure de l’hypophyse et plus particulièrement par les cellules somatropes, d’où les appellations de somatotropine ou de somatropine qui sont également données à l’hormone de croissance.

Hormone naturellement secrétée par le corps humain (dans le cas de l’hormone de croissance humaine, chaque espèce ayant sa déclinaison, par exemple la somatropine bovine – STB –  pour les bovins), sa seule évocation est dans certains pays est entachée d’opprobre, en raison d’une part du scandale de l’hormone de croissance contaminée qui a éclaté à la fin des années 90 et qui a donné lieu à des procès retentissants en France notamment, d’autre part aux nombreuses dérives liées à l’utilisation de somatotropine « naturelle » puis synthétique (hormone de croissance recombinée) dans certains milieux sportifs de haut niveau.

Ce qu’oublient les médias de masse en nous rebattant encore et toujours les oreilles avec les mêmes inepties, c’est que l’hormone de croissance est avant tout une hormone produite naturellement par le corps humain, essentielle pour la reproduction cellulaire et donc pour sa croissance, ainsi que pour sa santé. Si la production non régulée de cette hormone est pathologique, impactant la taille des os et des organes, et l’état de santé général de celles et ceux qui en souffrent (acromégalie, gigantisme), sa déficience conduit au nanisme, terme désignant une insuffisance de croissance pouvant avoir comme origine une insuffisance hypophysaire.

gh2

Encore une fois, les déformations et approximations médiatiques se révèlent nuisibles, car entretenir des niveaux sains d’hormone de croissance naturelle permet à tout à chacun et en particulier aux sportifs, de bénéficier d’un meilleur sommeil (et vice-versa), d’une meilleure récupération post-effort, et de mieux vieillir.  Comment un tel miracle est-il possible ? Et bien à  proprement parler il ne s’agit pas d’un miracle, mais avant tout d’hygiène de vie. Pratiquer une activité sportive intense et régulière et en particulier certains exercices, impliquant le maniement de charges lourdes, permet d’optimiser sa production naturelle de « GH ». Cette production est également influencée par la nutrition, et par la qualité du sommeil, la majeure partie de l’hormone de croissance endogène étant produite la nuit, durant les phases de sommeil profond. Il a en effet été mis en évidence qu’un sommeil profond et suffisant influait positivement sur la sécrétion nocturne d’hormone de croissance (mais pas seulement, puisque la prolactine, l’hormone lutéinisante et les hormones thyroïdiennes aussi sont concernées), et que la privation de sommeil entraîne des conséquences inverses[1].

On sait que certaines substances naturelles ou artificielles auraient la capacité (réelle ou supposée/fantasmée) d’induire une augmentation de la sécrétion de cette hormone : les secretagogues. On trouve dans cette catégorie des acides aminés, des extrais végétaux, et des substances de synthèse, illégales à la vente et à l’achat dans la plupart des pays et interdits aux athlètes participant à des compétitions. Les moins onéreux, et les plus accessibles, restent donc les acides aminés. Les recherches menées dans ce domaine ont principalement porté sur la L-lysine, la L-arginine, et la L-ornithine. La glycine pourrait compléter utilement ce trio de tête, classiques des « boosters de GH » naturels.

GH SURGE (littéralement « poussée de GH ») de SCITEC NUTRITION® est donc l’un des produits que la marque a lancé sur le marché dans cette gamme, avec son T/GH. Pour illustrer les publicités de ce différents produits, SCITEC NUTRITION® utilise les visuels de son athlète IFBB pro Cédric McMILLAN, qui n’en doutons pas un seul instant a eu recours à GH SURGE pour se batir son physique de titan. Business is business.

Au-delà de ces propos aigre-doux, que penser de GH SURGE ? Des études menées sur la combinaison L-lysine, la L-arginine et  L-ornithine concluent que celle-ci pourraient induire un modeste pic d’hormone de croissance entre 30 et 90 minutes après son ingestion, chez des hommes jeunes. D’autres réfutent cette hypothèse, mettant en avant l’inefficacité de cette combinaison, en particulier avant un exercice de résistance. Si l’on souhaite retenir les éléments positifs concernant ce « combo », retenons que s’il semble contre-productif quand il est absorbé autour de la séance, il pourrait avoir un impact positif sur la production endogène de GH pris au repos et l’estomac vide.

Mon ressenti :

On ne va pas se mentir : après un mois de test de GH SURGE à raison de deux doses par périodes de 24h, je ne peux faire état d’aucun ressenti particulier. J’ai opté pour une dose de trois comprimés le matin au réveil, et une autre au moment du coucher.  Pour autant je ne me sens pas plus mal qu’avant, ma récupération post-séance est correcte, bref je me porte bien. GH SURGE participe-t-il à mon bon état de santé général… Je pense que cela relève plus du domaine de la foi que de celui de la science.

gh3

Conclusion :

GH SURGE est un produit qui surfe sur les quelques études avançant la possible augmentation de la sécrétion de GH endogène chez l’homme du fait de la consommation de la combinaison L-lysine, L-arginine, et L-ornithine. S’il existe une clientèle, SCITEC NUTRITION® aurait tort de s’en priver. A mon avis, on peut tout à fait se passer de ce complément. Si l’on souhaite se rassurer sur sa production d’hormone de croissance, se donner un petit plus imperceptible sur le court et moyen terme, ou si vous bénéficiez d’une offre spéciale sur ce produit (si on vous l’offre dans un package par exemple, ce qui a été mon cas), pourquoi pas. Son prix est modique, généralement aux alentours de 10€, parfois moins (certaines boutiques en ligne le vendent à 15€, c’est trop cher pour trois acides aminés timidement dosés, navré). N’en attendez pas grand-chose, vous ne serez pas déçu.

[1] Notamment : Neuroendocrinological investigations during sleep deprivation in depression. II. Longitudinal measurement of thyrotropin, TH, cortisol, prolactin, GH, and LH during sleep and sleep deprivation, Baumgartner, Riemann D, Berger M. in Biol Psychiatry. 1990 Oct 1;28(7):569-87

 

NOTE : 5/10

 

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

Informations nutritionnelles

Une dose : 3 gélules

Par dose %AJR

L-arginine HCL   1050mg                †

L-lysine HCL       525mg  †

L-ornithine HCL                525mg  †

AJR non déterminés

 

Ingrédients:

Chlorhydrate de L-arginine, chlorhydrate de L-lysine, chlorhydrate de L-ornithine, tunique: gélatine, antiagglomérant: stéarate de magnésium, colorants: rouge allura AC**, bleu brillant FCF, dioxyde de titane.

 

GH SURGE est un complément alimentaire.

 

 

Mon avis sur : TRIBULUS PLUS

IMG_0468

Marque : QUAMTRAX

Par Alex, MuscleXperience team

Dans l’article que j’ai consacré au Tribulus terrestris, Le Tribulus terrestris au-delà du mythe, j’explique pourquoi cet extrait végétal controversé et parfois méprisé peut s’avérer utile pour un athlète naturel en quête d’un petit plus pouvant faire la différence. On ne cherchera pas à obtenir un quelconque effet hormonal, et a fortiori des résultats steroid-like : si certains essais menés sur des animaux (singes, lapins) concluent à une augmentation significative de la production hormones stéroïdes (testostérone, dihydrotestostérone mais aussi DHEA) consécutive à un traitement avec un extrait de Tribulus , d’autres ont infirmé l’hypothèse que le Tribulus terrestris était à même de stimuler le système endocrinien et les taux d’androgènes. Plusieurs études menées cette fois sur des hommes en bonnes santé (en particulier sur des sportifs) sont également arrivées à la conclusion que le Tribulus n’avait pas d’effet hormonal.

Au-delà des vertus attribuées en phytothérapie au Tribulus terrestris (il serait diurétique, analgésique, anti -inflammatoire, antibactérien), ce végétal présente quelques sérieux atouts:

  • C’est une plante dite adaptogène, ce qui la rend susceptible d’améliorer la réponse de l’organisme aux divers stress auxquels il peut être exposé, même si certains spécialiste jugent ce concept aujourd’hui dépassé.  
  • Ses effets sur la fonction érectile sont avérés : le Tribulus aurait un effet sur la relaxation des fibres musculaires lisses des corps caverneux de la verge et la production d’oxyde nitrique (NO) au niveau de leur endothélium.

Le Tribulus terrestris peut donc être une option utile pour l’athlète naturel en quête de performance à la salle ou sous la couette, pour peu que le produit soit sélectionné avec soin et la dose adaptée.

IMG_0469

Les bases étant ainsi posées, on peut se demander si  TRIBULUS PLUS, de la marque espagnole QUAMTRAX, est conforme à notre cahier des charges. En matière de Tribulus, il est assez basique : la qualité de l’extrait dépend :

  1. de son origine (Plusieurs experts recommandent logiquement de sélectionner en priorité les extraits végétaux  provenant d’Europe centrale, qui seraient plus riches en protodioscine, même si cette recommandation est à nuancer, les mécanismes d’action de la plante conservant à l’heure actuelle leur mystère).
  2. De son taux de saponines dont protodioscine (Elles sont les principes actifs de la plante, ce qui explique que le taux de saponines, dites stéroïdiennes car leur structure ressemble à celles de hormones stéroïdes, soit fièrement affiché par certaines marques de nutrition sportive).
  3. De son dosage

 

TRIBULUS PLUS passe-t-il le test ? Let’s try it !

Quand on opte pour un supplément, il faut toujours garder à l’esprit qu’il s’agit justement d’un supplément et pas d’un quelconque produit dopant. Les effets de nombre d’extraits végétaux, même s’ils sont réels, restent malgré tout le plus souvent subtils.  Pour expérimenter ces subtils effets, encore faut-il consommer l’extrait sous une forme assimilable, en respectant un dosage adapté. Encore une fois parler de dosage avec un extrait végétal est délicat : pour ma part je me base sur les études menées sur des humains ou à défaut sur des rats (ou des souris, ou des lapins…) en adaptant le rapport grammes/kilogramme de poids de corps, et également sur mon ressenti. Concernant le Tribulus, beaucoup d’athlètes naturels le juge inutile. Je ne suis pas de cet avis, le l’ai expliqué dans Le Tribulus terrestris au-delà du mythe.  

Il m’arrive donc fréquemment d’ajouter du Tribulus terrestris à un stack naturel, donc la composition peut varier. Gingembre, maca, Mucuna pruriens, fenugrec… Mais dans tous les cas de figure j’incorpore au moins 1,5 gramme de Tribulus. En dessous- les effets ne sont pas subtils, ils sont imperceptibles. Quand certaines marques mettent sur le marché des comprimés contenant jusqu’à 2 grammes d’extrait de Tribulus, forcément TRIBULUS PLUS de QUAMTRAX et ses 385mg ont l’air un peu légers. En outre, les gélules  de TRIBULUS PLUS ne contiennent selon l’étiquette, outre le sulfate de zinc, que 72,64% d’extrait, le reste étant de la maltodextrine, du stéarate de magnésium et du dioxyde de titane (rien d’exceptionnel dans des gélules, mais cela rend la teneur réel en principe actif encore plus tenue).  Ce ne sont pas les 10mg de sulfate de zinc par gélule qui ont été ajoutés à  la formule qui y changeront grand-chose.

Mon ressenti :

Aucun. Dire le contraire serait mentir : je suis en ce moment plutôt fatigué, j’encaisse moins bien les séances qu’il y a quelques mois, et le petit plus pour la récupération que j’attends généralement avec du Tribulus ne s’est pas fait sentir. Il est vrai qu’avec moins de 385mg d’extrait de Tribulus par gélule et 10mg de zinc, il ne faut pas s’attendre à grand-chose. En respectant le(s) dosage(s) préconisé(s) par QUAMTRAX (les recommandations diffèrent selon les emballages du même produit, ce qui ne facilite pas la lisibilité : sur mes boîtes le dosage recommandé est d’une gélule, sur d’autres QUAMTRAX conseille deux gélules après le repas, mais on trouve également des étiquettes mentionnant 3 gélules avant la séance… Dans le doute j’ai essayé les trois « protocoles » sur une semaine chacun, et la dernière semaine je suis passé à 4/5 gélules par jour pour les finir)) je n’ai donc ressenti aucun accroissement de force, d’amélioration et d’accélération de la récupération post entrainement, et évidemment je n’ai pas expérimenté de priapisme…  

Durant le mois qu’a duré mon test de TRIBULUS PLUS, j’ai donc davantage considéré ce produit comme étant du « ZINC PLUS », du zinc (oligo-élément essentiel à plus d’un titre, et en particulier concernant la synthèse de la testostérone et la spermatogénèse) agrémenté d’un petit quelque chose à l’efficacité bien incertaine. La dernière semaine de mon test, il m’est arrivé d’en gober une petite poignée, sans pour autant ressentir plus d’effets.   

IMG_0470

Conclusion :

Un supplément contenant du Tribulus et du zinc, et vendu comme un optimisateur hormonal, alors que les effets du Tribulus terrestris sur la production d’hormones androgènes ne sont pas démontrés scientifiquement, et que si une carence en zinc (fort rare) peut avoir des effets délétères sur la santé (et pas seulement sur les fonctions reproductives), une overdose de zinc ne fera pas monter votre taux de testostérone mais sera en revanche toxique pour votre organisme (il faudrait quand même dépasser les 150/200mg par jour).

QUAMTRAX n’indique pas l’origine géographique de son Tribulus, uniquement le taux de saponines (sur certains emballages, d’autres sont dépourvus de cette indication), qui serait de 40%. De même, l’on ne sait pas s’il s’agit du fruit ou des parties aériennes (qui contiennent des taux de saponines différents). Seul vrai point positif, le prix de TRIBULUS PLUS : moins de 10€ chez la plupart des revendeurs, c’est plutôt économique… Sauf si on envisage d’en consommer plusieurs grammes. Dans ce cas de figure, il est plus avantageux de préférer à TRIBULUS PLUS d’autres références, plus qualitatives et mieux dosées.

NOTE : 4/10

Composition et valeurs nutritionnelles : Pour deux gélules

Graisses 0.01g
Glucides 0.71g
Protéines 0.19g
Zinc 20mg
Tribulus terrestris 40% saponines 770mg

Ingrédients : Tribulus terrestris 40% de saponines, gélatine (capsules), sulfate de zinc, maltodextrine, Antiagglomérant (stéarate de magnésium), E171 (colorant), dioxyde de titane.

 

Mon avis sur : MULTIVITAMIN

Marque: BODYMAXX SPORTSNUTRITION (BMXX)

Par Alex, MuscleXperience team

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, un complexe multivitamines bien formulé et adapté aux besoins d’un organisme sollicité par un entraînement intensif se trouve en tête de liste des suppléments dont un sportif à la recherche de la performance ne devrait idéalement pas se passer. J’entends déjà l’éternelle ritournelle des fanatiques du  tout « naturel » : les vitamines et les minéraux naturellement présents dans la nourriture sont mieux assimilables, et son par conséquent à préférer à leurs homologues synthétiques. Ce n’est pas faux, mais il est nécessaire de rappeler la chose suivante : du fait du mode de vie occidental moderne, et de la prévalence des produits industriellement transformés sur les produits frais d’une part, de l’appauvrissement des sols surexploités d’autre part, il est désormais difficile de couvrir l’intégralité de ses besoins en vitamines et minéraux par la simple alimentation. Ce n’est pas impossible, mais il vous faudra alors ingurgiter une quantité importante de fruits, de légumes, d’œufs, viandes et poissons, en prenant garde à ne consommer que des marchandises biologiques, pour éviter d’avaler moult pesticides, résidus d’antibiotiques et de matière plastiques perturbateurs endocriniens etc etc.  Ça, c’est pour les omnivores, car en ce qui concerne les végétariens ou les végétaliens (vegan), le défi se révèle encore plus ardu. Pour ma part, même si je ne suis ni végétarien ni végétalien, et que je veille à m’alimenter de la manière la plus saine et la plus variée possible, je considère qu’un complexe multivitamines est un must, devant les vasodilatateurs, boosters de testostérone et autres brûleurs de graisses : c’est la base.

Ce type de compléments faisant partie de l’arsenal obligatoire de nombre de  pratiquants de musculation, la plupart des marques de nutrition sportive en ont intégré à leur catalogue. C’est le cas de BODYMAXX SPORTSNUTRITION, marque qui pour l’instant ne m’a jamais déçue et dont j’ai toujours plaisir à tester les produits. MULTIVITAMIN fera-t-il exception à la règle ? Let’s try it !

img_0394

On ne va pas se mentir, la plupart des complexes multivitamines disponibles sur le marché, qu’ils soient destinés à des sportifs ou non, ont une composition « basique » proche. De la vitamine A, des vitamines du groupe B, souvent de la vitamine D et E, parfois de la vitamine K. Concernant les minéraux, il y a les omniprésents (magnésium, calcium, manganèse), les plus rares et pourtant nécessaires (fer, chrome), les trop souvent absents ou sous-dosés (zinc, cuivre), et ceux dont on pourrait se passer (molybdène). La différence entre les produits concurrents se fait sur plusieurs critères :

  1. La composition et le dosage. Je suis toujours attentif aux dosages des vitamines du groupe B, à la vitamine C, ainsi qu’à certains minéraux (zinc, magnésium, manganèse, cuivre). Si le dosage de vitamine C est inférieur à 80 mg (soit l’apport journalier recommandé pour un adulte, qui en matière de vitamine C – acide ascorbique -, est un minimum), celui de zinc inférieur à 10mg (également AJR, l’apport nutritionnel conseillé étant situé entre 7 et 12mg par jour) ou le cuivre absent, je passe mon chemin.
  2.  La taille des comprimés. On y prête pas forcément attention, sauf quand ils sont tellement gros où anguleux qu’on n’arrive pas à les avaler. Pourtant, des comprimés minuscules censés contenir des dizaines de vitamines, minéraux voire extraits végétaux associés doivent inspirer de la méfiance : soit ils ne contiennent pas ce qui est imprimé sur l’étiquette (ou pas en totalité), soit les composés auront été tellement malmenés durant leur conditionnement que vous risquez de n’en retirer que bien peu de bénéfices.  
  3. Le prix. Nous parlons de vitamines en poudre, compactées et conditionnées. Même si le produit est de bonne facture et bien formulé, il faut savoir raison garder.

Mon ressenti :

Je ne vais pas vous dire que depuis que je prends deux comprimés de MULTIVITAMIN de BODYMAXX SPORTSNUTRITION tous les jours, je me sens beaucoup plus en forme, ma vie est devenue merveilleuse, j’effectue des prouesses à la salle de sport, et au lit, n’en parlons pas; ce ne serait pas vrai (enfin peut-être, mais pas grâce à MULTIVITAMIN). En revanche, je peux vous dire la vérité : MULTIVITAMIN est un complexe multivitamine bien formulé, complet, contenant tout ce que je cherche dans ce produit basique : De la vitamine A, de la vitamine C à 120mg, de la vitamine D et E, un complexe de vitamines du groupe B, et la quasi-totalité des minéraux que je traque sur les étiquettes (il ne manque que le potassium). Remarquons la présence de zinc, nécessaire à l’équilibre hormonal (il vous faudra cependant compléter cet apport, qui à lui seul n’est pas suffisant), et de cuivre, oligo-élément impliqué dans nombre de processus physiologiques (dont la formation du sang), et au bon fonctionnement hormonal, au niveau de la thyroïde, des glandes corticosurrénales et de l’hypophyse (le cuivre est notamment impliqué dans la production de l’hormone lutéinisante).

img_0393

Conclusion :

MULTIVITAMIN correspond à ce que j’en attendais : un complexe multivitamines complet, bien formulé et donc correctement dosé, dans un format pratique (le dosage recommandé par BODYMAXX SPORTSNUTRITION est de deux comprimés par jour), le tout à un prix accessible : aux alentours de 20€ la boîte de 120 comprimés chez les revendeurs proposant les produits BODYMAXX SPORTSNUTRITION : à raison de deux comprimés par jour, une boîte dure donc deux mois, ce qui est plutôt compétitif sur ce segment, BODYMAXX SPORTSNUTRITION  n’étant pas une marque discount ou low cost. Pas d’esbroufe, pas d’ajouts inutiles, un produit de qualité à un prix accessible. Musclexperience approved !  

NOTE : 8/10

Composition et valeur nutritionnelle :

Vitamin A 266μg
Vitamin C 120mg
Vitamin D 10μg
Vitamin K 60μg
Vitamin E 20mg
Vitamin B1 2,8mg
Vitamin B2 3,2mg
Vitamin B3 36mg
Vitamin B5-Acide pantothénique 12mg
Vitamin B6 4mg
Acide folique (Vit B9) 400mg
Vitamin B12 2μg
Biotine (Vitamine H) 300μg
Calcium 325mg
Magnesium 200mg
Iode 100μg
Fer 8mg
Selenium 50μg
Zinc 10mg
Cuivre 1mg
Manganèse 2mg
Chrome 50μg
Molybdène 50μg
Phosphore 250mg

Retrouvez BODYMAXX SPORTS NUTRITION sur Instagram et Facebook

MULTIVITAMIN est disponible en ligne chez FIGHT FITNESS EQUIPMENT