Mon avis sur: LEAN MASS

lean mass 1

Marque: BODYMAXX SPORTSNUTRITION (BMXX)

Dans Les weight ou mass gainers: amis ou ennemis?, j’ai expliqué ce que l’on pouvait attendre de ce type de supplément, et ce qu’il ne fallait certainement pas en attendre. De même, j’ai avancé quelques critères susceptibles de permettre au consommateur de différencier les bons produits des gainers médiocres.

Un supplément de prise de poids ou « mass gainer », c’est classiquement un mélange de protéines et de glucides, selon un ratio adapté à ses objectifs. C’est souvent là que le bât blesse: avec une ration avoisinant parfois les 30/70 (30% de protéines, le reste en glucides), on obtient souvent un ratio déséquilibré avec une dose de protéines trop faible (pour un individu de 80kg, une dose de 30g par shake est un minimum), et une dose de glucides bien trop élevée, en sachant que l’organisme est limité dans sa capacité à transformer le glucose en glycogène, et qu’une partie du surplus finira dans le tissu adipeux. Quand il s’agit de glucides à index glycémique élevé, comme la maltodextrine, le dextrose ou l’amidon de maïs cireux (waxy maize), il faut ajouter un effet néfaste sur la glycémie, avec la possibilité de souffrir d’une hypoglycémie réactionnelle.

Je faisais le distingo entre deux utilisations des suppléments de prise de poids: 1) en lieu et place d’une collation, en tant que « collation d’urgence », bien que les collations solides soient toujours à privilégier, elles ne sont pas toujours pratiques 2) en post training, ou autour de l’entraînement, c’est à dire juste avant, voire pendant l’entraînement (une utilisation peu conventionnelle sur laquelle je reviendrai). Les gainers contenant surtout des glucides à index glycémique bas (poudre d’avoine, de patate douce, de quinoa) seront adaptés dans l’option 1) et 2), alors que ceux contenant des glucides à index glycémique élevé seront réservés à l’entraînement.

LEAN MASS 2

Les doses massives de ce type de glucides sont plus néfastes qu’autre chose pour l’organisme: la charge glycémique (qui s’obtient en multipliant l’index glycémique par la quantité de glucides, puis en divisant par 100) sera démesurée, et l’afflux d’une grande quantité de glucose (ou de polymères de glucose) est susceptible de provoquer des inconforts digestifs divers et variés. Si les gainers contenant des doses insensées de maltodextrine et de dextrose et des valeurs nutritionnelles stratosphériques (2000 calories par shake, parfois plus!) faisaient partie du paysage de la nutrition sportive dans les années 1990-2000, ils sont aujourd’hui complètement dépassés. Pourtant, je ne suis pas de ceux qui prônent le bannissement pur et simple des index glycémique élevés. Dans un mélange de glucides, ils ont clairement leur utilité, justement par leur vitesse d’assimilation et par leur digestibilité. Le tout est de les utiliser à bon escient et au moment opportun.

Après avoir rappelé ces pré-requis, entrons dans le vif du sujet: LEAN MASS, par BODYMAXX SPORTSNUTRITION (BMXX). Il se trouve que pour effectuer une séance « marathon », donc plus longue qu’à l’ordinaire, je cherchais un mélange de protéines de qualité aux temps d’assimilation différents pour assurer une libération prolongée d’acides aminés, et de glucides rapidement et facilement assimilables, le tout devant être digéré facilement et rapidement. Je prévoyais de prendre un shake juste avant la séance, pour épargner les réserves de glycogène, puis au milieu de cette longue séance, lors d’une pause d’une vingtaine de minutes. Certes, c’est une utilisation peu orthodoxe, et d’aucuns opposeront que l’utilisation d’un shake protéiné durant une séance peut impacter négativement les performances, en « pesant » sur l’estomac ou en mobilisant du sang pour la digestion plutôt que pour l’irrigation des muscles travaillés. Je réponds « protéines de qualité » et pause de 15-20 minutes avant la reprise de l’exercice. Je réponds également que plusieurs études, notamment menées par l’université de Maastricht aux Pays-Bas, ont mis en évidence le fait qu’un shake protéiné consommé pendant une longue séance était susceptible de réduire significativement le catabolisme musculaire, mais également d’accroître la synthèse protéique.

Mon avis:

En utilisant ainsi LEAN MASS de BODYMAXX SPORTSNUTRITION (BMXX), j’ai pu vérifier que le mélange de protéines contenu dans le produit se digère extrêmement facilement et rapidement. Aucun ballonnement et autres joyeusetés suivant parfois l’ingestion de protéines bas de gamme. Il faut reconnaître que BODYMAXX est une marque qui ne transige pas avec la qualité de ses ingrédients, est c’est une des seules marques (pour ne pas dire la seule) à accepter de me fournir des informations détaillées sur ceux-ci (certificats d’analyses, fiches produits, provenance des matières premières…).

Le produit est fabriqué en Belgique et les matières premières proviennent de France, Belgique, Pays-Bas et Irlande, pays qui disposent d’une production laitière importante. Il est ainsi rassurant d’appendre que la matière première ne provient pas de pays où les normes sanitaires sont moins contraignantes, et donc moins rigoureuses.

LEAN MASS contient une matrice de cinq sources de protéines, toutes issues du lait mais dont les temps d’assimilation sont différents, ce qui va assurer une libération progressives d’acides aminés dans le sang: nous avons ainsi du concentré de lactosérum (whey protein concentrate), de la caséine Micellaire (la protéine majoritaire du lait, dont la digestion est plus lente), de l’isolat de protéine de lactosérum (protéine obtenue par ultrafiltration, ne contenant presque plus de lactose et pouvant atteindre des taux plus élevés de protéines que le concentré), de l’hydrolisat de protéine de lactosérum (forme de whey obtenue par une hydrolyse, c’est à dire une réaction chimique utilisant une molécule d’eau pour couper les liaisons peptidiques entre les acides aminés composant la protéine, qui la rend plus rapidement assimilable, et aussi plus chère pour le producteur), et enfin de la caséinate de calcium (fabriqués à partir de la caillebotte issue de la coagulation acide du lait écrémé). C’est un mélange très complet, et quand on connaît le soin apporté par le fabricant dans la fabrication du produit, on sait que le shake que l’on va s’envoyer après la séance contiendra exactement ce qu’on a pu lire sur l’étiquette.

LEAN MASS contient également du lait écrémé en poudre, le lait étant un aliment prise de masse par excellence (évidement déconseillé aux intolérants au lactose), contenant des protéines (caséine et lactosérum), et des glucides: le lactose. Désormais diabolisé, le plus souvent par méconnaissance et par mode (le « sans »), il est nécessaire de rappeler quelques vérités à son sujet:

– Le lactose est un diholoside (ou disaccharide), composé d’une molécule de galactose et d’une molécule de glucose.

– Son index glycémique est modéré (40).

– Le lactose est la seule source alimentaire de galactose, qui possède de nombreuses fonctions biologiques, notamment au niveau neuronal et immunologique. En outre, le lactose pourrait jouer un rôle dans l’assimilation de minéraux comme le calcium, le zinc et le cuivre.

– Le lait humain contient 7,2% de lactose (le lait de vache en contient seulement 4,7%), qui fournit jusqu’à 50% des besoins énergétiques d’un nourrisson.

– Chez les sujets lactase-persistants, la production de l’enzyme digestive lactase persiste toute la vie durant et ne régresse pas. Chez les sujets lactase-deficients, l’intolérance ne survient que pour des doses de lactose supérieures à 10/12g par jour, soit un verre.

– Enfin, la propension à être intolérant au lactose ne concerne pas tout le monde: la baisse dans la production de lactase à l’âge adulte est moins répandue en Europe, en Amérique du Nord (dans les deux cas chez les individus d’origine européenne), en Inde et au Moyen-Orient que dans certains pays d’Asie et d’Afrique (notamment équatoriale), puisque ces derniers consomment traditionnellement moins de produits laitiers. Ainsi en Europe du Nord elle est quasi inexistante, alors qu’elle est prépondérante dans certains pays d’Asie.

Donc si vous n’êtes pas intolérant au lactose, vous n’avez à priori aucune raison de le retirer de votre alimentation (et non pour ceux qui se posent la question, je ne suis pas subventionné par le lobby des produits laitiers, ni par personne d’ailleurs).

LEAN MASS3

On retrouve également dans la composition de LEAN GAINER de l’inuline (une fibre alimentaire), du sucralose (édulcorant) et pour le parfum « creamy strawberry » (fraises à la crème), de la poudre de fraises, ce qui nous permet de conclure que LEAN GAINER contient également du fructose. C’est une bonne nouvelle car le fructose est le seul glucide à pouvoir reconstituer les réserves glycogéniques du foie (ce qui explique également ses effets néfastes sur la fonction hépatique. quand il est consommé en excès, notamment par des individus non sportifs).

Enfin, LEAN MASS affiche dans sa liste d’ingrédients de la maltodextrine. S’il s’agit d’un glucide polysaccharide bien connu des sportifs, car omniprésent dans les « boissons de l’effort », les lecteurs réguliers du blog savent probablement que c’est aussi un ingrédient que j’aime modérément trouver dans un supplément, en particulier quand ce n’est pas un intra-entraînement. Il y a plusieurs raisons à cela:

– en vertu de son index glycémique très élevé (105) la maltodextrine doit être réservée aux alentours de la séance, c’est à dire pendant ou éventuellement juste à la fin, quelques secondes après avoir reposé les altères sur le rack. Mais un supplément de prise de masse contenant de la maltodextrine ne devra pas être utilisé en lieu et place d’une collation par exemple, afin d’éviter l’hypoglycémie réactionnelle, la prise de gras et à long terme la résistance à l’insuline.

– c’est un polysaccharide controversé: certaines études ont mis en évidence de possibles risques de perturbation de la flore intestinale dus à la maltodextrine, comme du reste à de nombreux édulcorants de synthèse. Il est en outre avéré que la maltodextrine provoque chez certaines personnes des désordres intestinaux divers (on va éviter les détails).

– Enfin c’est un ingrédient extrêmement bon marché. Ainsi, quand vous le trouvez sur la liste d’ingrédients d’un complément alimentaire, vous pouvez légitimement vous demander si sa présence est justifiée par ses propriétés (qui se résument à sa vitesse d’assimilation, et à la possibilité de disposer d’énergie rapidement, propriétés partagées par le dextrose ou l’amidon de maïs) ou par son prix dérisoire pour la fabricant …

Conclusion:

LEAN MASS par BODYMAXX SPORTSNUTRITION n’est pas un mauvais produit. Pour ma part il a parfaitement répondu à l’utilisation que je voulais en faire, c’est à dire une recharge instantanée et très digeste en glucides à index glycémique élevé et en protéine rapidement assimilable pour les séances très longues. Il m’est également arrivé de prendre une (38g) ou deux dosettes de LEAN MASS (76g) juste avant une grosse séance, ce qui donne réciproquement 19g de protéines et 14g de glucides, et 38g de protéines/28g de glucides. J’ai même mélangé une dosette de LEAN MASS avec une dose de preworkout dont le parfum était compatible (fruits rouges), et cette séance fut infernale, de l’énergie et une congestion impressionnante.

LEAN MASS allie donc un mélange de protéines de lactosérum très qualitatives et un cocktail de glucides contenant lactose (lait en poudre), fructose (poudre de fruits) et maltodextrine. De quoi épargner ou renflouer les réserves en glycogène musculaire et hépatique, et délivrer de l’énergie graduellement. Néanmoins, je ne peux qu’être sur la réserve concernant la présence de maltodextrine, que je déplore concernant LEAN MASS. Une protéine aussi qualitative aurait mérité de meilleurs glucides, soit un mélange d’index glycémiques élevés et bas (waxymaize/poudre d’avoine ou poudre de patate douce), soit uniquement de la poudre d’avoine et/ou de patate douce, ce qui permettrait de consommer LEAN MASS en lieu et place d’une collation, et d’être véritablement … LEAN! J’ai fait remonter ces suggestion, peut-être pourra-t-on espérer un LEAN MASS V2 qui pourrait devenir le meilleur gainer du marché.

 

       NOTE: 7,5/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement par mail (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

 

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

Ingrédients : mélange de protéines (concentré de protéine de lactosérum, caséine micellaire, isolat de protéine de lactosérum (contenant de la lécithine de soja), caséinate de calcium, maltodextrine, arômes, lait écrémé en poudre, fibre alimentaire (inuline), acide citrique, épaississant (sodium carboxy methyl cellulose), sodium, sucralose,  poudre de fruits (pour le parfum fraises à la crème : poudre de fraises).

Valeurs nutritionnelles /100g /130g
Énergie 375kcal 491kcal
1594kj 2084kj
Lipides 1,0g 1,3g
Dont saturés 0,6g 0,8g
Glucides 76g 99g
Dont sucre 12g 16g
Fibres 1,2g 1,6g
Protéines 15g 20g
Sodium 0,28g 0,36g
Créatine Monohydrate 2000mg 2600mg
L-Glutamine 2000mg 2600mg
BCAA 2:1:1 COMPLEX
-L-Leucine 1071mg 1392mg
-L-Valine 690mg 897mg
-L-Isoleucine 723mg 940mg

 

LEAN MASS est un complément alimentaire.

Mon avis sur: MAMMOTH MASS

MAMMOTH 1

Marque: INTERACTIVE NUTRITION™

Dans mon article Les weight ou mass gainers: amis ou ennemis? , j’ai exposé mon opinion sur les suppléments de prise de masse, plus communément appelés « weight gainers » ou simplement « gainers ». Contrairement aux protéines en poudre, les gainers sont des complexes alliant des protéines (issues d’une ou de plusieurs sources) et des glucides: on vise donc ici l’assimilation d’une quantité importante de nutriments et de calories, dans l’optique d’une prise de masse qui idéalement se rapprochera le plus possible d’une prise de masse musculaire « sèche ». L’objectif n’est pas ici de détailler le processus de prise de masse, même s’il est utile de souligner, pour les débutants au moins, que les mass gainers ne constituent en rien une solution miracle pour prendre du muscle, et ne remplacent évidemment pas une diète intelligente et équilibrée. Un autre point que l’on peut rappeler pour ne pas avoir à y revenir, c’est qu’une prise de masse musculaire est impossible naturellement sans un excèdent calorique. C’est l’alchimie entre un entraînement intense et adapté et une balance calorique positive qui aboutira in fine à la création de tissu musculaire. Or un excédent calorique implique souvent une prise de gras et d’eau. Pour le gras, on peut limiter la casse en ajustant au plus près son excédent calorique, en répartissant au mieux protéines/glucides/lipides, et en consommant des aliments de qualité. Quant à l’eau, le stockage du glucose sous forme de glycogène musculaire entraîne mécaniquement une rétention d’eau musculaire (et non sous-cutanée) puisque pour un gramme de glycogène le corps retient de trois à quatre grammes d’eau. C’est ce qui explique la prise de poids importante lors d’un rebond glucidique (« carbs loading, god damn it! »[1]), et permet aux compétiteurs d’avoir des muscles plus gros et plus « pleins ».

Les bases étant posées, j’ai écrit dans Les weight ou mass gainers: amis ou ennemis? qu’un gainer bien formulé peut être un allié précieux pour une prise de masse réussie. Il peut permettre de remplacer effacement un repas ou une collation en cas d’emploi du temps contraint, et d’ingurgiter une quantité importantes de calories autour de la séance tout en les assimilant rapidement. Ainsi, lors de mon test de MAMMOTH MASS, j’ai consommé un shake contenant deux dosettes (30g de protéines, 114g de glucides, pas loin de 625 calories, tout de même) 45 minutes avant la séance, et deux dosettes immédiatement après celle-ci. Une heure après, j’enchaînais avec un repas solide complet.

MAMMOTH 2

Après un mois de test, je vous livre donc mon avis et mes conclusions sur le désormais emblématique MAMMOTH MASS, de la marque canadienne INTERACTIVE NUTRITION™.

Mon avis: 

Concernant la composition, INTERACTIVE NUTRITION™ à joué avec MAMMOTH MASS la carte des aliments « santé » et donc de la qualité. On y retrouve ainsi comme sources de glucides des flocons d’avoine, de la patate douce et du quinoa, tout cela en poudre évidemment. On croirait le panier de course type du bodybuilder, avec des glucides qualitatifs et des index glycémiques de, respectivement, 60, 70 et 35 (environ), soit plutôt modérés. Ce cocktail renferme en outre des vitamines et minéraux intéressants, des « bons lipides » (acides gras insaturés dans les flocons d’avoine) et même des ecdysteroïdes qui auraient selon certaines études de légers effets anabolisants, raison pour laquelle certaines marques vous en vendent à prix d’or (ECDYSONE de PEAK INTERNATIONAL, Béta-ecdysterone de WEIDER), présents dans le quinoa. Dommage que le tableau soit terni par l’éternelle maltodextrine, dont nous ignorons ici la proportion exacte.

Concernant les sources de protéines, MAMMOTH MASS contient un mélange de protéines à assimilation lente et rapide, ce qui est judicieux car la libération des acides aminés dans le sang se fait graduellement, et il est prouvé que la prisé post-entraînement d’un mélange lactoserum/caséine a un effet anabolique plus prononcé que la protéine de lactosérum seule.

La formule de MAMMOTH MASS est complétée par un judicieux mélange d’acides aminés (acides aminés ramifiés – Leucine isoleucine Valine – ainsi que de la glutamine et de la glycine) ainsi que par l’ajout de lipides apportant omégas 6 et 9 (Acide linoléique, poly-insaturé, et acide oléique mono-insaturé dans l’huile de tournesol) et les fameux triglycérides à chaînes moyennes de l’huile de noix de coco, composée d’environ 60% de TCM (acides laurique, caprylique, caprique). Ceux-ci sont plébiscités pour leur faculté à être digérés plus rapidement, sans recours à la lipase, et à être mobilisables rapidement comme source d’énergie (raisin pour laquelle on les conseille parfois en « intra-workout », à tort ou à raison, durant les régimes cétogènes) Une mention particulière pour le choix de ces ingrédients, en particulier les acides aminés: le mélange BCAA/glutamine/glycine est exactement celui que ajoute à mes shakes « faits maison », en raison de leur propriétés respectives. Ainsi, au moins au niveau de la composition, MAMMOTH MASS correspond quasiment à tout point de vue à ce que je pourrais me concocter moi-même comme shake post-séance, du moins au niveau de la composition. Quant au goût, je dois à contrecœur avouer que j’ai été un peu déçu. Non pas que le parfum « chocolat » soit mauvais, mais quand on achète un gainer on imagine quelque chose de délicieusement décadent, ayant le goût du péché, quelque part entre la glace Ben&Jerry’s au brownie et votre dessert maison préféré. Le but est après tout également de se faire plaisir. Certaines protéines en poudre sont si savoureuses que le pot de 920g se vide en quelques jours. Avec MAMMOTH MASS, je n’ai pas été atteint par cette frénésie.

Conclusion: 

Je peux dire sans hésiter que MAMMOTH MASS est un bon supplément de gain de poids. Il assure un bon équilibre entre des glucides majoritairement qualitatifs (« complexe de glucides propres », nous dit l’emballage) et des protéines à diffusion rapide et lente, sans oublier les lipides. La miscibilité est excellente, ce qui est un atout remarquable pour un « gainer », par définition très dense en nutriments. En revanche je conseille soit de le passer au mixeur, soit de le mélanger vigoureusement avec une bonne quantité d’eau (« very important to put the water in first » – de qui est cette citation mythique?), et de le laisser reposer quelques minutes avant dégustation, pour que la dissolution de la poudre soit parfaite.

mammoth 3

MAMMOTH MASS se digère étonnamment très bien pour un gainer si calorique: je n’ai expérimenté ni ballonnements ni inconfort d’aucune sorte, ce qui n’aurait pas été surprenant au vu de l’avalanche de nutriments consécutive à sa prise, même avec deux dosettes au lieu des quatre recommandées!

Le parfum n’est pas renversant, sans être pour autant rédhibitoire, même si pour un produit de cette catégorie on aurait pu s’attendre à mieux.

Dernier bémol, mais de taille, l’ajout de l’éternelle maltodextrine qui fait un peu tache sur une étiquette par ailleurs franchement « propre », a fortiori quand la répartition exacte des différents ingrédients n’est pas mentionnée. Qu’on ajoute une petite quantité de glucides à index glycémique élevé (celui de la maltodextrine est de 95), cela peut se défendre (de moins en moins, cependant), mais cela interdit de consommer MAMMOTH MASS en milieu de journée en lieu et place d’une collation, à moins que l’on ne tienne pas du tout à son tour de taille et que l’on soit dans un esprit « dirty bulk ». En revanche, pour une utilisation autour de la séance , je considère que MAMMOTH MASS est un produit de qualité, bien formulé, et que je peux par conséquent recommander.

 

       NOTE: 8/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement par mail (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

 

Ingrédients :

Mélange de glucides (maltodextrine, flocons d’avoine, patate douce, quinoa), mélange de proteines (concentré de protéine de lactosérum (contient du lait), isolat de protéine de lactosérum (contient du lait), caséine micellaire (contient du lait), caséine de calcium (contient du lait), mélange d’acide aminés Mommoth (glycine, L-glutamine, L-leucine, L-isoleucine, L-valine), huile de tournesol, huile de noix de coco en poudre (fournit des triglycérides á chaînes moyennes).

Valeurs nutritionnelles:

mammoth compo

[1] Rich PIANA, évidemment.

Mon avis sur: SUPERCARB FAST

IMG_6456

Marque: Full Force Nutrition

Par Alex, MuscleXperience team

Full Force Nutrition est la marque «low cost» de SCITEC NUTRITION. Elle propose une gamme de suppléments basiques et de formules simples à des prix très accessibles.

Lire la suite