Mon avis sur : FOCUS XT

file3.png

Marque : SERIOUS NUTRITION SOLUTIONS

Par Alex, musclexperienceteam

Il y a quelques temps j’ai retrouvé dans une boutique en ligne l’un des produits phares de mes années d’études, quand je passais des nuits blanches à ingurgiter des pages et des pages d’informations, et que ma concentration devait être optimale, sans faille et sans relâchement. Bien sûr il existe dans les pharmacies des formules dédiées aux étudiants (contenant peu ou prou toujours la même chose, de la vitamine C, de la caféine anhydre et/ou du guarana), mais le plus souvent elles ne feront pas grand chose pour vous au-delà d’un certain stade de fatigue intellectuelle. La vitamine C n’a aucune utilité quand elle est surdosée, quant à la caféine, si elle a bien des mérites, elle tend vers le développement d’une accoutumance rapide, et surtout elle peut provoquer, à haute dose de la nervosité, de l’anxiété et des insomnies, ce qui n’est pas vraiment intéressant dans le cadre de la préparation d’examens. Cela fait quelques temps déjà que ces années sont derrière moi, aussi j’ai été étonné de le voir encore disponible, tant les produits se renouvellent rapidement sur la marché de la nutrition sportive. Pour qu’un produit reste disponible et sa formule plus ou moins inchangée pendant plusieurs années d’affilée, c’est que les clients sont au rendez-vous, et qu’ils en ont pour leur argent, ce qui est pour moi une sorte de mantra.

FOCUS XT étant pour moi une sorte de madeleine de Proust (pauvre Proust décidément je le mets à toutes les sauces), j’ai décidé de retenter le coup. Évidemment je ne suis plus étudiant, mais pour autant j’ai toujours besoin d’une concentration surhumaine, pour encaisser de longues journées de travail et – surtout – donner le meilleur à la salle. Et là aussi, FOCUS XT peut avoir un intérêt évident pour les athlètes qui éprouvent une fatigue passagère, qui s’entraînent tôt le matin, ou après une nuit agitée ou mouvementée (…), ou qui recherchent simplement un surcroît de motivation. Oui, les pudibonds du « manger sain » et de « l’important c’est de participer » appelleront ça une « conduite dopante », mais vous connaissez mon avis là-dessus : tant que c’est 1) non nocif pour la santé 2) légal, il n’y a pas de mal à s’améliorer sois-même, ça s’appelle juste évoluer. FOCUS XT ne contient pas de substances prohibées, vérifiez cependant toujours la conformité d’un produit à votre législation nationale avant de le commander.

Dans les publicités que l’on peut trouver aux États-Unis en ou Grande-Bretagne pour FOCUS XT, le produit est vendu comme étant particulièrement adapté aux besoins des personnes ayant besoin d’une concentration accrue : les sportifs évidemment, mais également les étudiants, et les professionnels travaillant sur des plages horaires étendues ou décalées et nécessitant une concentration sans faille, notamment les infirmières et les pompiers. Pour l’avoir testé d’abord dans le cadre estudiantin, puis sportif, j’ai véritablement mis à l’épreuve ce produit, et je peux dire sans hésiter qu’il ne m’a jamais déçu.

file2.png

FOCUS XT a été élaboré par SERIOUS NUTRITION SOLUTIONS pour renforcer la concentration et la vigilance sans provoquer de nervosité ou d’anxiété. Il contient évidemment de la caféine, à une dose raisonnable de 200mg, qui est également le maximum autorisé par portion au sein de l’Union Européenne (d’où les dernières versions de certains brûleurs, notamment le Euro stacker 4, allégée pour l’Europe). On y retrouve également de la tyrosine, acide aminé participant à la synthèse des catécholamines : (Substance chimique de l’organisme appartenant aux neurotransmetteurs fabriqués par les neurones) : l’adrénaline, la noradrénaline B, la dopamine B. La tyrosine est également le précurseur de la DOPA  (3,4-dihydroxyphénylalanine), substance intermédiaire dans la synthèse des catécholamines précitées.  C’est un booster naturel et efficace du système nerveux, auquel j’ai recours en cas de fatigue ou de lassitude. FOCUS XT contient de la choline, que j’ai déjà évoqué (sous une forme différente, la L-alpha-glycerylphospohorylcholine ou α-GPC ) dans . Mon avis sur : TESTED GH BOOSTER

La choline, qui fait partie des vitamines du groupe B, est le précurseur de l’acétylcholine, un neurotransmetteur, et de lipides composant la membrane des cellules. On la trouve en grande quantité dans les aliments comme le foie (où elle a été identifiée la première fois à la fin du XIXème siècle), dans le jaune d’œuf et le soja. On retrouve la choline dans les suppléments nootropiques car son action sur le cerveau, et notamment la concentration, sont avérés. Elle fait d’ailleurs l’objet de recherches prometteuses comme thérapie alternative dans le traitement de la maladie d’Alzheimer1.

SERIOUS NUTRITION SOLUTIONS a également ajouté à sa formule, fort judicieusement, de la l’Acetyl L-Carnitine (ALCAR). Comme je l’ai expliqué dans mon article La carnitine et la fonte adipeuse : mythe commercial ou réalité scientifique ?, plusieurs études ont mis en évidence des effets positifs de la carnitine sur la mémoire et le déclin cognitif lié à l’âge, ce qui serait dû à l’action de la carnitine sur les mitochondries des cellules. Intégrer de la carnitine dans un complexe destiner à accroître la capacité de concentration fait donc sens.

file1

Outre l’Acetyl-L-Carnitine, on retrouve également dans FOCUS XT de la DMAE ou  diméthylaminoéthanol ou déanol, substance apparentée à la choline et à l’acétylcholine citées plus haut. Son principal intérêt est d’augmenter les niveaux d’acétylcholine dans le cerveau, et par voie de conséquence augmenter la vigilance et les facultés de mémorisation. Si l’on retrouve la DMAE à l’état naturel dans le poisson, notamment dans les anchois, celle que l’on trouve dans les suppléments est synthétique. La DMAE aurait également la capacité de réduite la quantité de lipofuscine (un pigment composé de débris moléculaires) dans les cellules, ce qui en fait un produit intéressant du point de vue d’une démarche anti-âge. Substance actuellement légale et disponible en Europe, elle fait aujourd’hui l’objet d’un début de polémique du fait de ses propriétés nootropiques.

SERIOUS NUTRITION SOLUTIONS a également intégré dans son FOCUS XT de la vinpocétine, dérivé synthétique de la vincamine, vinca-alcaloïde extrait des feuilles de la petite pervenche. Elle exerce une action vasodilatatrice (sur les vaisseaux du cerveau mais pas seulement) par une inhibition de la phosphodiestérase (comme les médicaments contre la dysfonction érectile), et par l’augmentation des taux d’adénosine monophosphate cyclique, qui intervient dans l’action des neurotransmetteurs.

Enfin, on retrouve dans FOCUS XT de l’huperzine A, peut-être ma petite favorite de ce stack. l’huperzine A est un alcaloïde extrait d’une espèce de lycopode, le Lycopodium serratum ou Huperzia serrata. L’uperzine A est un inhibiteur de l’acétylcholinestérase, c’est à dire qu’ils retardent la rupture de l’acétylcholine libérée dans les fentes synaptiques, entraînant une amélioration de la neurotransmission cholinergique, d’où leur utilisation dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. L’huperzine A est aujourd’hui disponible comme nootropique destiné au soutien des fonctions cognitives, pour les personnes âgées ou soumises à des efforts intellectuels intenses. Je réagis particulièrement bien à cette substance, que j’ai pu tester seule, et dont les effets sont subtils (ce n’est pas un stimulant) mais indéniables.

file.png

Mon ressenti :

FOCUS XT de SERIOUS NUTRITION SOLUTIONS est de mes suppléments favoris quand il s’agit pour moi de rester concentré et entièrement mobilisé durant un laps de temps resserré mais crucial. Préparation d’examens, d’épreuves en tout genre, période chargée au travail avec une forte amplitude horaire et des attentes importantes. Je connais le laïus habituel de ceux qui n’ont de cesse de critiquer les « conduites dopantes », mais clairement pour moi il ne s’agit pas de cela. A périodes exceptionnelles solutions exceptionnelles, et c’est justement ce que nous promet, et nous offre (enfin il faudra le payer si vous voulez l’essayer) SERIOUS NUTRITION SOLUTIONS.

FOCUS XT me permet à la fois de combattre la fatigue, la concentration qui flanche, mais également le stress mental qui peut se faire sentir durant ces moments. Je l’avais testé uniquement en période d’examens, je peux désormais dire qu’avant une grosse séance, si vous avez besoin d’un surcroît d’énergie, si des idées parasites dues à un collègue que vous avez envie de gifler ou à votre ex envahissante vous assaillent, où simplement après une nuit trop courte, FOCUS XT peut être un allié de poids.

Concernant l’arôme, j’ai toujours opté pour « Blue raspberry » (myrtille bleue) et je dois dire que ça passe plutôt bien. La formule contient des arômes naturels, et les édulcorants utilisés sont l’acesulfame et le sucralose, donc pas de trace d’aspartame ou d’autres édulcorants contestés ; tout cela sans sucre, ce qui est appréciable.

Conclusion :

FOCUS XT a été un must pour moi durant mes années estudiantines, et je redécouvre aujourd’hui avec plaisir ce produit de qualité dans le cadre sportif. Comme à l’époque, il ne me déçoit pas, et il faut reconnaître qu’avec ou sans, on voit la différence. Le risque est évidemment d’y avoir recours de manière systématique, ce qui gommera en quelque sorte l’aspect « coup de fouet » exceptionnel. Pour moi, FOCUS XT est le pot à conserver dans son placard pour les grands jours, ceux où l’on a pas le droit à l’erreur, qu’il s’agisse d’activité professionnelle ou de performances à la salle. Une dose suffit, je suis allé au-delà et je dois dire qu’il n’y a aucune plus-value à augmenter le dosage au-delà de deux dosettes, quitte à les répartir en deux temps sur la journée.

En bref, FOCUS XT est un produit de qualité, que j’ai longuement éprouvé, et que je peux recommander. Attention, en raison de sa formule, ce produit n’est pas disponible partout, notamment dans certains pays d’Europe occidentale et au Canada, ou de bonnes alternatives existent. Vérifiez vos législations nationales avant d’acheter !

Note : 9/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement par mail (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

 

Serving Size/pour une dose: 1 Heaping Scoop/une dosette bombée (12 grams)
Servings Per Container: 30
Amount Per Serving/ quantités par dose:Calories 20
Carbohydrates 3 1%
Sugars/sucre : 0

Focus XT Blend/formule Focus XT 9800mg
– Choline Bitartrate
– L-Tyrosine
– Acetyl-L-Carnitine
– DMAE
– Vinpocetine
– Huperzine A

Caffeine/ Caféine: 200 mg.

Other ingrédients /Autres ingrédients:

Arômes naturels/Natural flavors, Acesulfame Potassium, Sucralose, FD&C Red #40.

Direction/conseils d’utilisation  

As a dietary supplement, mix 1 heaping scoop with 8 ounces of water or your favorite beverage. Shake well or stir to avoid settling.For maximum results, consume 1 serving 10 to 30 minutes prior to the time that effects are desired to begin. If using 2 servings daily, space dosages out at least 6 to 8 hours apart. Many individuals find it helpful to consume 1 serving per day everyday, and to consume a 2nd serving on days as needed.

Comme supplément alimentaire, mélanger une dosette bien remplie avec 0,1 litre d’eau ou de votre boisson préférée. Bien mélanger pour éviter les grumeaux. Pour obtenir des résultats maximums, consommer de 10 à 30 minutes avant le moment ou l’apparition des effets désirés sont souhaités. Si vous utilisez deux doses par jour, espacez les au moins de 6 à 8 heures. Beaucoup d’utilisateurs trouvent utile de consommer une dose par jour tous les jours, et une deuxième les jours où cela est nécessaire.

1.Fu ALLi QDong ZHHuang SJWang YXSun MJ.Alternative therapy of Alzheimer's disease via supplementation with choline acetyltransferase, Neurosci Lett. 2004 Sep 30;368(3):258-62.

 

Publicités

Mon avis sur : ATTACK 2.0

ATTACK 1

Marque : SCITEC NUTRITION®

ATTACK est une ancienne référence du catalogue SCITEC®. Il y a bien 7/8 ans, je hantais déjà les boutiques de nutrition sportive près de chez moi, et je pouvais voir ces pots sur les étagères, qui attendaient patiemment que je les ouvre et que j’y plonge ma dosette en quête de sensations nouvelles (ceux qui verront une parabole érotique dans cette réminiscence de jeunesse ont l’esprit mal placé). Etrangement j’ai attendu très longtemps avant de le tester, peut-être parce que la formule me paraissait un peu trop sage. Plusieurs formes de créatine, de la glutamine, de l’arginine comme précurseur de l’oxyde nitrique, de la tyrosine pour soutenir le système nerveux… Des choix classiques mais judicieux. En 2018, enfin, je me suis décidé à tester cette version 2.0 et à vous livrer mon ressenti sur ce produit.

ATTACK 2.0 est une formule vasodilatatrice pré-entraînement sans stimulants. C’est déjà en soi un avantage, puisque la majorité des produits de cette catégorie contiennent de la caféine (l’Europe est moyennement favorable aux mélanges de stimulants, on trouve rarement de la théobromine, parfois de la synéphrine ; les législations américaine et canadienne permettent plus de fantaisie). La formule est construite autour de trois « piliers » : force, énergie, congestion.

En ce qui concerne la force, SCITEC NUTRITION® nous a concocté une matrice de cinq types de créatines, censés agir concomitamment pour assurer un approvisionnement maximal des cellules musculaires en créatine durant l’entraînement, et donc une fourniture en énergie (ATP) plus importante : la matrice « CREA-BOMB ». Où s’arrête la réalité scientifique, où commence le fantasme marketing, c’est parfois assez difficile à déterminer. En prenant 30 minutes avant la séance un mélange de créatine monohydrate, de créatine monohydrate micronisée MicronTec, de créatine anhydre, pyruvate de créatine et de citrate de créatine, vous êtes sûr de mettre toutes les chances de votre côté pour ne pas manquer de l’un des composés les plus reconnus en nutrition du sport. Notons cependant que 5 grammes (dosage US, UK) sur une prise c’est beaucoup (les recommandations européennes s’orientent vers 3g par jour), et que l’on conseille généralement de consommer ces 3 grammes en plusieurs prises lors des principaux repas, ce qui favoriserait son assimilation. En ce qui me concerne j’ai toujours été partisan de la prise de créatine avant (voir pendant) et après la séance, consommée avec des glucides pour favoriser son assimilation. C’est après tout le moment où l’on en a le plus besoin, pendant l’effort et juste après, pour reconstituer les stocks mobilisés durant la séance. Sur le cocktail proposé par SCITEC NUTRITION®, je suis un peu plus sceptique. L’objectif est sans doute de saturer les muscles de leurs clients, mais aussi de leur en mettre plein la vue, alors que la créatine monohydrate est la seule dans ce « stack » à avoir fait réellement ses preuves. Qu’elle soit micronisée favorise sans doute son assimilation, et pour le reste, c’est discuté, et discutable.

ATTACK 2

En ce qui concerne l’énergie, SCITEC NUTRITION® a inclus dans ATTACK 2.0 un complexe de vitamines du groupe B, nécessaires au métabolisme, et de la taurine, acide aminé aux multiples vertus que ce soit pour le sportif ou pour monsieur tout le monde : la taurine aurait notamment un rôle bénéfique sur la performance, un effet atténuateur de la fatigue liée à l’exercice, et pourrait lutter contre le stress oxydatif.

Pour la congestion, SCITEC NUTRITION® a incorporé dans ATTACK 2.0 l’inévitable arginine, sous sa forme d’arginine alpha-cétoglutarate (AAKG), la plus plébiscitée pour ses prétendus effets vasodilatateurs. Si ceux-ci sont controversés, l’effet perturbateur de l’arginine sur la production d’hormone de croissance post-exercice est quant à lui bien réel (La vérité sur l’arginine dans les suppléments pré-entraînement). Je conseille de l’éviter avant la séance, ce n’est donc pas un bon point pour ATTACK 2.0. On retrouve également de l’ ornithine et de la glutamine, de l’acide malique ainsi que de la tyrosine, acide aminé fréquemment ajouté au formules pré-entrainement pour ses effets sur la vigilance et la concentration et qui a fait ses preuves dans ce domaine: la tyrosine participe en effet à la synthèse des catécholamines (l’adrénaline, la noradrénaline B, la dopamine B). SCITEC NUTRITION® a également ajouté une pincée d’extrait de fénugrec (trigonella foenum-graecum) dans un proprietary blend ou « mélange déposé », ce qui permet de ne pas indiquer dans quelle quantité, sans que l’on sache vraiment ce qu’il fait ici. Personnellement je suis un grand amateur de fénugrec, supplément peu onéreux et recelant une myriade de bénéfices pour la santé, la récupération et même la prise de muscle. Le fenugrec a notamment une action positive sur le métabolisme des glucides, sur l’augmentation de l’appétit, et de la testostérone libre. En bref, ça ne peut pas vous (nous) faire de mal.

ATTACK 3

Que dire de ATTACK 2.0 ? Lets’try it !

Mon ressenti :

Avec les formules pré-entraînement, pas besoin de tester le produit pendant plusieurs jours afin de savoir si l’on a fait un bon investissement ou pas. Dans le cas d’ATTACK 2.0, l’enjeu est minime puisque le prix est plutôt modique : comptez entre 12 et 15€ pour un pot de 320g, aux alentours de 25 € pour un pot de 720g, hors promotion bien entendu. Pour autant, on attend d’un « booster » pré-entraînement qu’il tienne ses promesses, comme d’un investissement qu’il soit rentable. Je dois avouer que c’est plutôt mal engagé, puisque si la formulation a l’air plutôt correcte quant aux composés employés (hormis peut-être l’arginine, qui est néanmoins appréciée par certains même si elle peut impacter la récupération post-séance, comme nous l’avons vu plus haut), les dosages sont eux largement insuffisants. Ainsi, pour une dose (un quart de dosette, soit 5g), on ingurgite 2,5g de créatine (toutes sources confondues), 300mg de glutamine, 250mg de taurine, 50mg de tyrosine…  Si l’on peut se satisfaire d’une dose de 2,5g de créatine en pré-entraînement, les autres composés ont, avec des dosages si faibles, une présence tout au plus cosmétique ici. Cela explique que lors de mon test, il m’ait fallu environ une vingtaine de grammes (soit quatre doses !) pour ressentir un accroissement de la congestion et de l’énergie durant la séance. Il n’y a pas de secret, quand vous voyez sur l’étiquette plus de milligrammes que de grammes (on parle bien ici d’acides aminés), la chose est mal engagée. A ce régime, le petit pot fait long feu. La congestion obtenue était significative, sans être extraordinaire, rien que l’on ne puisse obtenir avec quelques grammes de citrulline malate.

Il est à noter que ce dosage recommandé est indiqué sur les pots vendus au sein de l’Union européenne hors Grande-Bretagne (qui du reste ne sera plus dans l’UE dans quelques mois).  Sur les pots vendus en Grande-Bretagne, et dans certains pays hors UE(dans l’Est), le dosage recommandé est de 10g par prise, ce qui donne le double des valeurs dont 5g de créatine (l’étiquetage UE est adapté aux recommandations de l’Autorité européenne de sécurité des aliments – EFSA – sur laquelle sont alignés la plupart des pays de l’UE, mais pas tous, certains irréductibles résistent encore et toujours.

Conclusion :

ATTACK 2.0 est un vasodilatateur honnête, sans être exceptionnel : sa formule est classique, un effet énergisant sans être pour autant excitant (ce qui ravira les athlètes cherchant à éviter les stimulants comme la caféine pour cause d’entraînements tardifs, ou en cours de sevrage caféique), et un goût plutôt réussi (j’ai opté pour le parfum « cerise », mais  ATTACK 2.0 est également décliné en parfums « Pink limonade » et Poire). Je dirais donc que c’est un produit adapté pour les pratiquants débutants, qui cherchent à pousser un peu plus loin leur entraînement sans pour autant verser dans des formules bourrées de caféine et parfois hors de prix. ATTACK 2.0 conviendra également à l’autre extrémité du spectre des pratiquants, c’est-à-dire ceux qui cherchent à compenser ce que l’âge leur a fait perdre en vigueur (je ne parle pas de la pilule bleue) à la salle, sans pour autant vouloir subir insomnies et  anxiété du fait d’une overdose de synéphrine, caféine  ou d’autres alcaloïdes du même genre. Pour ma part je ne regrette pas mon achat, j’ai obtenu ATTACK 2.0 à un prix défiant toute concurrence, et il était parfaitement adapté à l’usage que je voulais en faire, c’est-à-dire un petit « plus » revigorant en cas d’entraînements nocturnes consécutifs à une journée de travail chargée. Je n’ai pas à m’en plaindre, ATTACK 2.0 a fait le job. Il ne faut pas en attendre des miracles, certes les dosages ressemblent à la composition d’une limonade pour enfants, certes les noms des matrices élaborées par SCITEC NUTRITION® sont tous plus ronflants les uns que les autres, mais dans l’ensemble c’est un booster correct.

 

NOTE : 7/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement par mail (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

 

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

 

Une dose: 5 g (1⁄4 dosette)

Vitamine B3 : 1.25 mg

Acide folique (acide glutamique) : 15 mcg

« Attack! Stack » Marque déposée :4458.5 mg

Matrice de créatines « Crea-Bomb » : 2500 mg

Monohydrate de créatine, monohydrate de créatine micronisée MicronTec, créatine anhydre, pyruvate de créatine, citrate de créatine

Dont créatine pure: 2208 mg

L-Glutamine (300 mg), Taurine (250 mg), L-Tyrosine (50 mg), Chlorhydrate de L-Ornithine (25 mg)

Précurseur oxyde nitrique

Chlorhydrate de L-arginine : 1000 mg

Matrice de soutien Krebs-Cycle               333.5 mg

Acide citrique (318,5 mg), acide malique (10 mg), AKG (5 mg)

Ingrédients :

Cerise: monohydrate de créatine, chlorhydrate de L-Arginine, arôme (cerise), acide citrique anhydre, L-Glutamine, taurine, antiagglomérant (phosphate tricalcique), édulcorants (acésulfame K, sucralose), L-Tyrosine, monohydrate de créatine micronisée Microntec, chlorhydrate de L-Ornithine, acide L-malique, AKG, créatine anhydre, citrate de créatine, pyruvate de créatine, colorant (Carmoisine**), nicotinamide, acide folique.

Pink lemonade: monohydrate de créatine, chlorhydrate de L-Arginine, acide citrique anhydre, L-Glutamine, arôme (pink lemonade), taurine, édulcorants (acésulfame K, sucralose), antiagglomérant (phosphate tricalcique), L-Tyrosine, colorant (rouge de betterave), monohydrate de créatine micronisée Microntec, chlorhydrate de L-Ornithine, acide L-malique, AKG, créatine anhydre, citrate de créatine, pyruvate de créatine, nicotinamide, acide folique.

Poire: monohydrate de créatine micronisée Microntec, chlorhydrate de L-Arginine, monohydrate de créatine, arôme (poire), L-Glutamine, taurine, acide citrique anhydre, édulcorants (acésulfame K, sucralose), antiagglomérant (phosphate tricalcique), L-Tyrosine, , chlorhydrate de L-Ornithine, acide L-malique, AKG, créatine anhydre, citrate de créatine, pyruvate de créatine, nicotinamide, acide folique

Recommandations fabricant :

 Mode d’emploi:

Mélanger une dose (5 g) par jour avec 250 ml. Utiliser 30 minutes avant l’entraînement, après l’entraînement ou avant un repas.

Infos allergènes:

Produit fabriqué dans un atelier utilisant du lait, du soja, d’oeufs, du gluten, des arachides, du poisson et des crustacés.

Attention:

Les compléments alimentaires doivent être utilisés dans le cadre d’un mode de vie sain et ne pas être utilisés comme substituts d’un régime alimentaire varié et équilibré. A conserver hors de portée des enfants. Ne pas dépasser la dose journalière recommandée

ATTACK 2.0 est un complément alimentaire

La vérité sur l’arginine dans les suppléments pré-entraînement

Par Alex Rees, MuscleXperience team

Un rapide coup d’œil sur la composition des dix vasodilatateurs/boosters d’oxyde nitrique pré-entrainement (« preworkout ») les plus vendus vous confirmera ce que vous savez surement déjà : l’acide aminé arginine est l’ingrédient incontournable de ces formules censées améliorer la congestion et fournir un surcroît d’énergie aux adeptes de la fonte. Cet acide aminé protéinogène considérée comme non essentiel chez l’homme peut être produit par le corps humain, en quantité possiblement insuffisante par l’organisme selon l’état de santé des individus, d’où un nécessaire apport alimentaire. Son utilisation dans les formules pré-entraînement remonte au temps glorieux des premiers prototypes de cette catégorie de suppléments qui aujourd’hui domine l’industrie de la nutrition sportive, c’est-à-dire au début des années 2000 (Si ma mémoire est bonne, la première version du NO-XPLODE de BSN est sortie en 2005). Les bodybuilders n’avaient pas attendu BSN pour se supplémenter en L-arginine, utilisée de longue date pour ses effets supposés sur la sécrétion d’hormone de croissance endogène. Aussi, ceux qui ont un peu de vécu derrière eux ont-ils pu connaître la bonne vieille arginine Veyron en ampoules, bien chargées en saccharose (l’arôme caramel était plutôt réussi), que l’on achetait à l’époque en pharmacie.

temp

Avant l’arrivée fracassante de NO-XPLODE sur le marché, les suppléments pré-entrainements étaient inexistants, et l’arginine était principalement utilisée avant le coucher sur un estomac vide (ce qui était censé favoriser une plongée plus rapide dans la phase de sommeil profond, et donc la sécrétion d’hormone de croissance) ainsi qu’au réveil, à jeun.

temp(1)

Avec l’arrivée des vasodilatateurs dans l’industrie de la nutrition sportive, il a fallu trouver des ingrédients capables d’augmenter la sensation de congestion, et donc le niveau d’oxyde nitrique dans le sang, ce dernier étant responsable de la dilatation des vaisseaux sanguins. L’acide aminé arginine étant converti dans ces vaisseaux par l’enzyme (oxydoréductase si l’on veut être précis) oxyde nitrique synthase (NOS) en oxyde nitrique (ou monoxyde d’azote), il était logique de penser qu’une supplémentation en arginine ferait drastiquement grimper le taux d’oxyde nitrique et nous offrirait un « pump » sans égal.

Ce ne fut pas tout à fait vrai, en partie puisque l’arginine, du moins sous la forme L-arginine chlorohydrate, est très mal assimilée par l’organisme, d’abord au niveau de l’estomac, puis au niveau des intestins. Les marques de nutrition ont donc sorti progressivement de multiples formes d’arginine, arginine alpha cétoglutarate (AAKG), Arginine ethyl ester (censée avoir une meilleure disponibilité), et récemment l’arginine nitrate, à laquelle j’ai consacré un article (Mon avis sur : TESTED ARGININE NITRATE). Si certaines de ces nouvelles formes d’arginine sont effectivement plus assimilables, l’impact véritable de l’ingestion d’arginine sur la production d’oxyde nitrique semble être limité, certaines études ont même conclu à un résultat nul[1], que ce soit sur l’augmentation de l’afflux sanguin ou sur celle de la synthèse protéique. D’autres ont conclu à des résultats plus nuancés[2].

temp(2)

On a vu précédemment que l’arginine est aussi utilisée en sa qualité de secretagogue naturel de l’hormone de croissance. Elle était utilisée au coucher et/ou au réveil, mais la mode est aux « preworkouts ». Le marketing nous dit donc que consommer de l’arginine avant l’entrainement créerait un environnement hormonal intéressant pour la construction musculaire. Qu’en est-il vraiment ?

Je vais casser l’ambiance: chez les sujets jeunes comme âgés, l’administration par voie oral d’arginine avant ou pendant l’entrainement n’augmente pas la sécrétion d’hormone de croissance induite par l’exercice[3]. C’est un lieu commun, mais une fois encore la nature est bien faite : après un exercice physique intense, l’hypophyse produit un pic d’hormone de croissance, qui participe à un environnement favorable à la récupération musculaire. Une étude publiée en 1999 dans The journals of gerontology. Series A, Biological sciences and medical sciences, Gerontological Society of America a ainsi montré que l’ingestion d’arginine n’amplifiait pas ce pic naturel, et semblait même interférer avec lui. Cela a été confirmé quelques années plus tard, et si la consommation d’arginine après une séance de musculation (ou d’un autre sport) est susceptible d’élever le niveau d’hormone de croissance et d’IGF1[4], avant la séance c’est l’inverse qui se produit. C’est scientifiquement prouvé, la prise d’arginine avant un exercice physique affecte négativement la production naturelle d’hormone de croissance qui intervient post exercice[5]. L’on parle ici d’une baisse conséquente, puisque dans l’étude publiée dans le très sérieux International journal of sport nutrition and exercise metabolism en 2014, l’ingestion de 6g d’arginine par des athlètes entraînés avant un entraînement en résistance a fait chuter les niveaux d’hormone de croissance et d’IGF1 de … 41%.

Cela n’empêche pas le marché d’être inondé de formules pré-entraînement incluant de l’arginine : Arginine X-PLODE (WEIDER), PUMP SERUM (PEAK NUTRITION), EPIC PUMP (encore PEAK – contient 6 000 mg de L-Arginine AKG et 2,000 mg de nitrate de L-arginine par portion !), HOT BLOOD (SCITEC NUTRITION), les différentes versions du C4 (CELLUCOR), ANIMAL PUMP (UNIVERSAL)… La liste est interminable.

temp(5)

En prenant ces produits avant une séance, vous troquez votre si précieuse et si rare hormone de croissance endogène contre une congestion certes agréable et gratifiante mais aussi éphémère, et vous compromettez votre récupération. L’arginine peut tout à fait avoir sa place dans votre programme de supplémentation, mais est à exclure avant l’exercice : dans une optique de gain musculaire à long terme, et à moins de disposer d’hormone de croissance synthétique, mieux vaut bannir définitivement de votre arsenal les preworkouts contenant de l’arginine, quelle que soit sa forme.

 

Alex REES, le 08/04/2018

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement dans vos mails (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

 

 

 

[1] Tang JE, Lysecki PJ, Manolakos JJ, MacDonald MJ, Tarnopolsky MA, Phillips SM., Bolus arginine supplementation affects neither muscle blood flow nor muscle protein synthesis in young men at rest or after resistance exercise, J Nutr. 2011 Feb;141(2):195-200. doi: 10.3945/jn.110.130138. Epub 2010 Dec 29.

[2] Alvares TS, Conte CA, Paschoalin VM, Silva JT, Meirelles Cde M, Bhambhani YN, Gomes PS, Acute l-arginine supplementation increases muscle blood volume but not strength performance, Appl Physiol Nutr Metab. 2012 Feb;37(1):115-26. doi: 10.1139/h11-144. Epub 2012 Jan 17.

[3] Marcell TJ, Taaffe DR, Hawkins SA, Tarpenning KM, Pyka G, Kohlmeier L, Wiswell RA, Marcus R., Oral arginine does not stimulate basal or augment exercise-induced GH secretion in either young or old adults, J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 1999 Aug;54(8):M395-9.

[4] Zajac A, Poprzecki S, Zebrowska A, Chalimoniuk M, Langfort J. Arginine and ornithine supplementation increases growth hormone and insulin-like growth factor-1 serum levels after heavy-resistance exercise in strength-trained athletes, J Strength Cond Res. 2010 Apr;24(4):1082-90.

[5] Forbes SC, Harber V, Bell GJ., Oral L-arginine before resistance exercise blunts growth hormone in strength trained males, Int J Sport Nutr Exerc Metab. 2014 Apr;24(2):236-44. doi: 10.1123/ijsnem.2013-0106. Epub 2013 Nov 13.

Mon avis sur: AMINO MAXX

AMINO MAXXé

Marque : BODYMAXX SPORTSNUTRITION

Par Alex, MuscleXperience team

En ce moment je m’entraîne le soir, plutôt tard, et la problématique à laquelle je suis confronté est de trouver un bon vasodilatateur/booster d’oxyde nitrique sans stimulants. Si cela semble très simple sur le papier, c’est en fait une tâche ardue, puisque la quasi totalité des produits de cette catégorie actuellement sur le marché contiennent de la caféine (1,3,7-triméthylxanthine ou méthylthéobromine selon les étiquetages, mais c’est la même chose), ou au moins du thé vert ou du guarana, qui en contiennent également. Il convient de noter que même pour les pratiquants de musculation qui s’entraînent le matin ou l’après-midi, la caféine, si elle a un effet certain sur la force et les performances, finit par ne plus agir en raison d’une forte accoutumance du corps. On doit alors augmenter la dose pour ressentir les mêmes effets, ce qui peut induire des effets néfastes pour le corps (irritabilité, troubles du rythme cardiaque…). En outre, à long terme, la caféine pourrait engendrer une résistance à l’insuline. La prudence et la modération sont donc de mise.

AMINO MAXX '

BODYMAXX SPORTSNUTRITION a répondu à cette problématique, en nous livrant AMINO MAXX, un complexe d’acide aminés axé autour de la congestion, de l’énergie et de la récupération. Comme sait le faire la marque, c’est une formule simple, sans fioritures, avec uniquement ce dont on a besoin :

  • Un complexe d’acides aminés ramifiés (BCAA), ratio 2:1:1, ou l’acide aminé Leucine, clé de l’anabolisme musculaire, est majoritaire

  • De la bêta-alanine, qui favorise l’énergie et la force durant un entraînement en résistance

  • de la L-citrulline DL-malate, l’acide aminé citrulline, le must en matière de congestion et d’énergie, conjugué à de l’acide malique (qui est un acide dicarboxylique, d’oû le « DL » , intermédiaire du cycle de Krebs, l’une des voies métaboliques majeures chez l’homme comme chez la plupart des autres espèces).

  • De la taurine, dont l’impact sur l’endurance et la récupération ne sont plus en débat, et qui présente également de multiples bienfaits pour la santé (au niveau cardiovasculaire notamment)

  • de la glutamine, acide aminé le plus abondant dans le corps et primordial pour la récupération.

  • Last but not least, de l’arginine, que l’on ne présente plus. Elle est nécessaire à la synthèse de l’oxyde nitrique, qui favorise une meilleure vasodilatation et un meilleur débit sanguin.

Tout y est, sauf peut-être la bétaïne, qui par son rôle dans la régularisation de l’hydratation cellulaire et de l’homéostasie des fluides agit en prévention de la baisse des performances consécutive à la désydratation. La bétaine aurait également un impact sur la production d’homone de croissance et d’IGF1 durant l’entrainement, ainsi que sur les performances de manière générale, ce qui en aurait fait un ajout interessant dans AMINO MAXX. Peut-être pour la prochaine version !

AMINO MAXX3.jpg

Mon ressenti :

Produit très agréable à consommer, AMINO MAXX apporte énergie et congestion sans excitabilité. On ressent vraiment une bonne congestion, mais tout en douceur. On est loin des boosters hardcore proposés par certains concurrents, mélangeant caféine synéphrine et théacrine, qui vous tiennent éveillé pendant 48h après la séance et vous rendent à moitié psychotique et paranoïaque. Rien de tout cela avec AMINO MAXX, même si pour ma part j’ai dû mettre deux dosettes de 10,3g dans mon shaker pour en ressentir pleinement les effets.

Conclusion :

AMINO MAXX est le genre de produit vraiment salvateur pour ceux d’entre nous qui s’entraînent le soir (ou la nuit, tels des loups garous), et recherchent un petit vasodilatateur sympa, apportant les sensations sur la force et la congestion sans apport de stimulants, ou pour les personnes vraiment sensibles aux stimulants. En tout cas c’est un produit qualitatif, qui répond à un besoin précis : apporter un plus pour la congestion, l’énergie intra-workout et la récupération, sans l’apport massif de caféine et sa cascade d’effets secondaires parfois délétère. En bonus, le parfum que j’ai choisi, Fruity berry mix, est juste irréel. Délicieux, on croirait vraiment un cocktail sans alcool. En bref, MuscleXperience approved !

NOTE : 7,5/10

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

Valeurs pour 110g

Pour une portion

(10,3g+250 ml d’eau)

 Ajr

Energie (kJ)

1475

153

 –

Energie (kcal)

347

36

 –

Graisse (g)

0

0

 –

– dont saturées (g)

0

0

 –

Glucides (g)

0,5

<0,5

 –

– dont sucre (g)

0,1

<0,5

 –

Fibres (g)

<0,5

<0,5

 –

Protéines (g)

85

8,8

 –

Sodium (g)

0,01

<0,01

<1

Ingredients:

L-leucine, Beta alanine, L citrulline DL-malate (1:1), Taurine, L-glutamine, L-isoleucine, L-valine, L-arginine, Acid (citric acid), Flavourings, Sweetener (sucralose), Anti-caking agent (silicon dioxide), Colours (anthocyanin, carmine).

Suggestion d’utilisation :

Mélangez une dosette(10,3 g) d’AMINO MAXX avec 250 ml d’eau froide. Prendre une dose par jour, avant l’entraînement.

Avertissements:

Les suppléments alimentaires ne remplacent pas un mode de vie sain!

Ne dépassez pas les dosages recommandés!

Tenez ce produit hors de portée des enfants!

AMINO MAXX est un complément alimentaire.

Mon avis sur : TESTED ARGININE NITRATE

FullSizeRender-8

Marque : TESTED NUTRITION

Par Alex, MuscleXperienceteam

Pour nous autres piliers de salle, il existe une quête mystique, quasi sacrée, que Saint-Arnold comparaît autrefois à l’orgasme : la congestion. Pour l’atteindre et la maximiser, je suis évidemment toujours à l’affût des dernières nouveautés en matière de suppléments, et il se trouve qu’une nouvelle venue a récemment fait son entrée sur scène : l’arginine nitrate.

Pour tester ce composé fraichement débarqué dans les magasins de nutrition sportive, j’ai opté pour l’arginine nitrate de la marque canadienne TESTED NUTRITION, qui m’avait plutôt séduit avec quelques-unes de ses références, notamment TESTED ANTI-ESTRO. La marque cherche à se démarquer en proposant des formules simples, ne comptant le plus souvent qu’un ingrédient et dosé de manière optimale, et c’est le cas pour TESTED ARGININE NITRATE. 500mg d’arginine nitrate par capsule, et rien d’autre. Let’s try it !

La supplémentation en L-arginine est bien connue des adeptes de la musculation et du fitness cherchant à accroître la vasodilatation en stimulant la production d’oxyde nitrique (également appelé monoxyde d’azote ou oxyde azotique, de formule NO). L’arginine est en effet impliquée dans la production d’oxyde nitrique dans une réaction catalisée par l’enzyme oxyde nitrique synthase. Se supplémenter en arginine avait donc du sens, mais plusieurs études datant de quelques années maintenant sont venues contredire cette séduisante perspective : une supplémentation accrue en L-arginine n’entraînerait pas d’augmentation du taux d’oxyde nitrique chez l’être humain. Qu’est ce qu’on a pu en absorber, pourtant, via tous ces boosters de NO vendus à grand coup de photos d’athlètes aux physiques striés et veineux… Mais rassurons-nous, le débat n’est pas encore tranché, et l’arginine présente bien d’autres vertus, notamment la capacité d’augmenter, certes modestement, la production d’hormone de croissance.

FullSizeRender-10

Revenons à nos moutons : TESTED ARGININE NITRATE. De formule C6H15N5O5 , l’arginine nitrate comprend une molécule de l’acide aminé arginine et un groupe nitrate, reliés par une liaison hydrogène.

L’utilisation des nitrates (NO3) dans la supplémentation sportive est relativement récente. Si une avalanche de suppléments intègrent l’arginine nitrate à leurs formules (Chrome NO3 de Cellucor, YOK3D, de USP Labs, Ritual de ANS…), il ne semble pas que ce soit le « netx big thing » de l’industrie du fitness . Des travaux ont cependant montré un effet ergogénique potentiel, notamment sur les fibres musculaires de type II (fibres rapides dites « blanches ») des athlètes réalisant des efforts de forte intensité, comme les sports de force dont la musculation1.

La supplémentation en nitrates serait particulièrement bénéfique quand les niveaux d’oxygène sont bas ou moyens, et pourrait contribuer à mieux « rentabiliser » l’oxygène utilisé pendant par le sportif pendant l’effort. En effet, j’ai remarqué que durant les séances où j’ai utilisé TESTED ARGININE NITRATE, je n’ai ressenti une amélioration de la congestion « normale » qu’en milieu voire en fin de séance, ce qui est peut-être dû à la baisse des niveaux d’oxygène consécutive à l’effort.

Les marques qui commercialisent l’arginine nitrate ou l’incluent dans leurs formules « preworkout » nous promettent ceci : un débit sanguin amélioré, une vasodilatation plus importante, un apport en nutriments augmenté, un aspect plus « veineux » et de manière générale une amélioration des performances physiques. Est-ce justifié ?

Mon ressenti :

Les gélules de TESTED ARGININE NITRATE sont dosées à 500mg. Lors de mes deux premières séances de test, à l’occasion desquelles j’ai travaillé les pectoraux, les bras et les jambes, j’ai pris deux gélules 30 minutes avant la séance, sans autre supplément pré-séance. Résultat ? Imperceptible.

Par la suite, j’ai opté pour le protocole suivant : deux gélules 30 minutes avant la séance, puis deux autres environ 20 minutes après le début de celle-ci. Je m’entraîne généralement une heure et demie, et en suivant ce mode opératoire j’ai bien ressenti un petit quelque chose au niveau du « pump ». un petit quelque chose donc rien de transcendant, et puisque j’ai utilisé TESTED ARGININE NITRATE seul, je n’ai pas ressenti les autres sensations procurées par un « booster » classique, énergie, renforcement de la concentration (caféine, tyrosine), paresthésie (bêta-alanine).

Pour finir ma boîte de 120 gélules, j’ai simplement ajouté TESTED ARGININE NITRATE à mon stack pré-entraînement. De bonnes sensations, de l’énergie et de la congestion à revendre, mais dans cette configuration difficile de connaître la part jouée par TESTED ARGININE NITRATE, sans compter que si cet ajout devait être durable, ce produit ne serait pas forcément rentable, puisque la boîte est vendue entre 20 et 25€ dans la plupart des boutiques de diététique sportive en ligne. A choisir entre un stack d’acides aminés classiques et TESTED ARGININE NITRATE, je choisis donc sans hésiter le premier.

Conclusion :

TESTED ARGININE NITRATE n’est pas un mauvais produit. Ce n’est pas non plus le phénomène tel qu’il est parfois présenté par certaines marques qui commercialisent la molécule, en tout cas pas à mon humble avis. Un simple petit mélange arginine AAKG ou L-arginine, citrulline malate et bêta-alanine reste bien moins onéreux, et beaucoup plus efficace. Si vous avez les moyens, vous pouvez, au moins pour tester, inclure un à deux grammes d’arginine nitrate à ce « combo » éprouvé, vos performances n’en seront certainement pas tirées vers le bas. Vous pouvez également fort bien vous en passer !

NOTE : 6/10

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

Informations nutritionnelles

Quantité de la portion: 2 gélules

Nombre de portions: 60

Par portion

Arginine nitrate 1000 mg

Ingrédients:

Arginine nitrate, Cellulose microcristalline, Stéarate de Magnésium, Gélatine, Eau

Instructions Tested Arginine Nitrate

Prendre deux capsules une à deux fois par jour.

 

Avertissement Tested Arginine Nitrate: Consultez un professionnel de santé avant de commencer un programme diététique ou physique. Ne convient pas aux personnes de moins de 18 ans. Garder hors de la portée des enfants. Stocker dans un endroit sec et frais. Ne pas utiliser si le bouchon de sécurité est cassé.

Ces données n’ont pas été évaluées par la FDA.

Ce produit n’est pas destiné à diagnostiquer, traiter, soigner ou prévenir quelques maladie que ce soit.

Arginine nitrate est un complément alimentaire.

1Jones, A.M. (2014) Influence of dietary nitrate on the physiological determinants of exercise performance: a critical review. Applied Physiology, Nutrition and Metabolism 39, 1019-1028

Mon avis sur : HOT BLOOD 3.0

img_0334

Marque : SCITEC NUTRITION®

Par Alex, MuscleXperience team

En matière de boosters « preworkout  » comme en matière de cinéma, je suis toujours un peu circonspect vis-à-vis des références faisant l’unanimité. Certains diront que je suis élitiste, voire snob, d’autres savent que je suis simplement à la recherche  de l’excellence, et parfois il est vrai, de l’exotisme.

HOT BLOOD 3.0 est tout sauf un produit exotique. Placé parmi les meilleures ventes en matière de boosters pré séance en Europe, c’est, dit-on dans les salles (« tu as testé HOT  » BLOUD  » », m’a-t-on quelque fois demandé) et lit-on sur le net, une valeur sûre. Il fallait bien que je me décide un jour à le tester. HOT BLOOD 3.0, let’s try it !

img_0333

Au niveau de la composition, pas de surprises, nous avons les ingrédients classiques dans ce genre de formulation :

  • Une matrice de cinq formes de créatines différentes : la bonne vieille créatine monohydrate (micronisée « MicronTec », donc sous forme de micro particules censée faciliter l’assimilation de la créatine), de la Kre-Alkalyn®, forme de créatine « tamponnée » popularisée dans les années 2000 pour avoir un Ph basique, ce qui éviterait les troubles du transit liés à l’acidité (je n’en ai pour ma part jamais fait l’expérience), pour sa propension à ne pas se transformer en créatinine (alors qu’en réalité si la prise d’une dose significative de créatine fait monter le taux sanguin de créatinine, celui-ci ne sera plus un marqueur de la fonction rénale), et ne pas être toxique (la créatine monohydrate, à condition de respecter les dosages recommandés notamment par l’EFSA et l’ANSES – 3g par jour – n’est pas toxique, sauf à la prendre conjointement avec certains médicaments). D’autres arguments de vente affirment qu’elle ne provoquerait pas de rétention d’eau, et qu’elle ne nécessiterait pas de « phase de charge ». La rétention d’eau consécutive à la consommation de créatine est un faux problème : il ne s’agit pas d’eau sous-cutanée mais  stockée à l’intérieur des cellules musculaires, ce qui constitue un effet secondaire plutôt positif : si sur le long terme la créatine permet bien de gagner en force, de de prendre plus lourd et de construire plus de masse musculaire, cette augmentation du volume des myocytes permet en théorie de paraître plus « gonflé ». Le vrai problème des pratiquants qui consomment (voire se surchargent) en créatine, c’est qu’ils se gavent de glucides, et ce sont lesdits glucides qui provoquent une vraie rétention d’eau sous-cutanée. HOT BLOOD 3.0 contient également de la créatine pyruvate, résultant de la liaison de la créatine et de l’acide pyruvique. Dans les muscles, une partie de la créatine disponible se lie au phosphate pour donner de la phosphocréatine qui elle-même se lie à l’adénosine diphosphate (ADP) pour créer l’adénosine triphosphate (ATP), source d’énergie musculaire impliquée dans de nombreuses réactions biochimiques. Le pyruvate étant également impliqué dans des processus de production d’énergie sous forme d’ATP (le pyruvate issu de la glycolyse intègre après sa décarboxylation oxydative en Acétyl-Coa le cycle de KREBS, dont l’un des produits est l’ATP), ce mariage peut avoir du sens… Même si en l’état actuel des recherches rien n’indique que cette forme soit supérieure à la créatine monohydrate. HOT BLOOD 3.0 affiche également dans sa composition du citrate de créatine et du phosphate de créatine, autrement dit la phosphocréatine qui est la forme directement utilisable pour le muscle pour créer l’ATP. Contrairement à d’autres formes « innovantes » de créatine dont la preuve de la supériorité n’a pas été  apportée, le phosphate de créatine a montré une capacité à augmenter le poids des athlètes et la capacité de travail anaérobie (ce qui est le cas de la musculation ou du cardio en fractionné ou high-intensity interval training (HIIT) de manière significative.
  • Un complexe d’acides aminés mêlant de l’arginine (pour la congestion), de la tyrosine (participant à la synthèse des catécholamines, l’adrénaline, la noradrénaline B, la dopamine B, elle est également le précurseur de la DOPA; la tyrosine est susceptible d’augmenter la vigilance et la concentration) de la taurine, qui joue un rôle important dans le métabolisme des lipides et augmente la sensibilité à l’insuline (et le taux de testostérone !) et de l’ornithine HCL, dont le double intérêt est d’être un précurseur de la citrulline (donc d’influer sur la production d’oxyde nitrique) et d’impacter positivement la sécrétion de facteurs de croissance (hormone de croissance, insulin-like growth factor-1 ou IGF-1, insulin-like growth factor-binding protein 3 ou IGFBP-3) , en particulier quand elle est prise conjointement avec de l’arginine.  
  • Un complexe de vitamines du groupe B (jouant un rôle majeur dans le métabolisme) et d’électrolytes (sodium, le plus important durant la séance en particulier si elle s’éternise, et du magnésium).
  • Le Multi-complexe « Hot blood », qui joint à des acides aminés soutenant la performance, la congestion (Bêta-alanine, Arginine AAKG, L-citrulline DL-malate) et le métabolisme (Acetyl L-Carnitine) une dose de caféine, incontournable dans les pre workout contenant des stimulants, des « polymères de glucose » (des glucides à IG élevé, mais polymères ça fait plus scientifique : il n s’agit que de dextrose) et de la Biopérine® pour optimiser l’assimilation du cocktail. Il faut cependant noter que si l’influence de l’arginine prise avant ou pendant la séance sur la congestion musculaire est largement battue en brèche par la recherche, l’AAKG (arginine et α-cétoglutarate, cétoacide intervenant également dans le cycle de KREBS) l’est tout autant, plusieurs études faisant peser de sérieux doutes sur son efficacité (elle de de surcroît plus chère).
  • Pour finir, HOT BLOOD 3.0 affiche dans sa composition un complexe d’antioxydants de bonne facture, où l’on retrouve un extrait de thé vert (Camellia sinensis), de l’extrait de pépin de raisin (qui en plus influence positivement le taux de testostérone) et de l’acide alpha-lipoïque, l’un des antioxydants les plus puissants disponibles actuellement. Est-ce une bonne idée de joindre ce genre de complexe à un booster pré séance ? La question fait l’objet de débat, mais la réponse est a priori négative : les antioxydants viendraient atténuer les effets positifs de l’exercice en brouillant les signaux transmis par les dérivés réactifs de l’oxygène (DRO, en anglais reactive oxygen species ou ROS), tels que les radicaux libres, qui influeraient positivement sur l’anabolisme post-entraînement. Nous ne trancherons par ce débat dans ce court article, mais limiter la prise d’antioxydants autour  de la séance semble être un choix plus judicieux.

 

Mon ressenti :

Il faut bien le reconnaître, j’ai été quelque peu déçu par les effets de HOT BLOOD 3.0. Peut-être est-ce qu’à force d’en entendre parler je m’attendais vraiment à quelque chose d’exceptionnel, mais en respectant le dosage recommandé je n’ai pas ressenti ce « pump » tant recherché, suivi de l’envie irrépressible de pousser l’entraînement au-delà de mes limites. Il faut dire que j’en teste beaucoup, des preworkouts, et parfois j’ai vraiment l’impression d’être habité par les flammes de l’Enfer. En mettant deux doses de HOT BLOOD 3.0 dans mon shaker, j’ai malgré tout fait l’expérience d’une énergie appréciable, et même d’un certain sentiment de bien-être pendant la séance (est-ce dû à la théanine contenue dans le thé vert ?). Je n’ai éprouvé aucun bénéfice à aller au-delà des deux doses (40g, tout de même…), même pas de la fébrilité due à la dose conséquente de caféine. Fait notable, je n’ai ressenti aucune paresthésie (vous savez, les petits picotements dus à la bêta-alanine qui remontent jusque dans les oreilles), ce qui me laisse quelque peu songeur puisqu’ on la ressent généralement dès un ou deux grammes.

img_0336

Conclusion :

HOT BLOOD 3.0 n’est pas un mauvais produit. La composition est plus que correcte pour un supplément de cette gamme, et le prix (environ 16€ pour 300g, un peu plus de 30€ pour 820g n’est pas délirant. Problème, avec une seule dose les effets se font désirer, et avec deux doses par séance (voire un peu plus pour ma part) HOT BLOOD 3.0 est tout de suite moins économique.

Le goût que j’ai choisi, à savoir « orange juice » (jus d’orange) n’est pas mauvais. En revanche un important dépôt se forme au fond du shaker, la dissolution n’est donc pas optimale.

Je dirai qu’ HOT BLOOD 3.0 est un booster pré séance d’entrée de gamme, parfait pour commencer en douceur dans cette catégorie de produits. Si en revanche vous êtes un utilisateur expérimenté habitué aux sensations fortes, et que vous voulez de l’acide dans les veines, des sueurs froides sur le front et la rage au ventre durant votre séance… passez votre chemin.

NOTE : 6,5/10

 

Ingrédients et valeurs nutritionnelles : Une dose : 20ml

 

Par dose

%AJR*

Vitamine B5

35 mg

219%

Vitamine B7

7,5 µg

15%

Vitamine B9

30 µg

15%

Magnésium

56,7 mg

15%

Calcium

202 mg

25%

Caféine (teneur totale)

80 mg

 
Matrice Hot Blood    
Matrice Multi-créatine

3430 mg

 
  dont créatine

3000 mg

 
(Créatine monohydrate, Kre-alkalyn, créatine pyruvate, créatine citrate, créatine monohydrate micronisée Microntec. )    
Matrice d’acides aminés

4250 mg

 
( L-arginine HCI (3000mg), L-tyrosine (1000 mg), Taurine (200 mg), L-ornithine (50 mg)    
Complexe Hot Blood

2322 mg

 
L-arginine alpha cétoglutarate (1200 mg), bêta-alanine (500 mg), acétyl L-carnitine HCI (250 mg), L-citrulline DL-malate (200 mg), caféine (62 mg), L-carnitine L-tartrate (55 mg), carbonate dhydrogène de sodium (50 mg), Bioperine® (5 mg)    
Complexe Anti-oxydant

210 mg

 
Extrait de thé vert (180 mg), extrait de pépins de raisin (20 mg), acide alpha lipoïque (10 mg)

Ingrédients : Orange sanguine: maltodextrine, créatine monohydrate, créatine monohydrate micronisée Mircontec, correcteur d’acidité (acide citrique anhydre), L-arginine alpha cétoglutarate 2:1, dextrose, L-tyrosine, arôme (orange sanguine), tricalcium phosphate, bêta-alanine, hydrochlorure d’acétyle L-carnitine, carbonate de magnésium, L-citrulline DL-malate 1:1, taurine, extrait de feuille de correlia sinensis (> 50% polyphénols), édulcorants (acésulfame-K, sucralose), colorants (rouge betterave, curcuma, carmoisine**), créatine pyruvate, caféine anhydre, L-carnitine L-tartrate, agent anti coagulant (dioxyde de silice colloïdal), L-ornithine hydrochlorure, carbonate d’hydrogène de sodium, nicotinamide, extrait de pépin de vitis vinifera (95% proanthocyanidine), créatine citrate, acide alpha lipoïque, monohydrate de créatine tamponnée Kre-alkalyn®, extrait de piper nigrum (fruit) Bioperine®, D-biotine, acide ptéroylmonoglutamique.

img_0335

Précautions :

  •    Comme pour tous les programmes d’exercices, régimes alimentaires ou compléments alimentaires, consultez votre médecin au préalable.
  •    Tenir hors de portée des enfants
  •    Ne doit pas être utilisé par les mineurs, femmes enceintes ou allaitantes.
  •    Ne pas dépasser la dose prescrite.
  •    Doit être utilisé dans le cadre d’une alimentation variée et d’un mode de vie sain, ne peut remplacer une nutrition équilibrée.
  •    Teneur élevée en caféine.
  •    Ne pas consommer de caféine ou autres stimulants du système nerveux pendant la prise de ce supplément.
  •    Suspendez la prise de ce supplément en cas de manifestation délétère inhabituelle.

Infos allergènes : Produit fabriqué dans une usine traitant des protéines de lait, du soja, des œufs, du gluten et des arachides.

Mon avis sur : NITRIUM II

img_8743

Marque : BODYMAXX SPORTSNUTRITION (BMXX)

 

Par Alex, MuscleXperience team

La marque néerlandaise BODYMAXX SPORTSNUTRITION, dont la ISO WHEY avait réussi haut la main le test que je lui avait fait passer il y a quelques mois, a sorti il y a peu un preworkout dont la composition m’a, en tout cas sur le papier, plutot séduit.

Je suis en  effet toujours à la recherche de sensations fortes durant l’entrainement, j’aime sentir ce supplément d’énergie courir dans mes veines et la congestion irréelle qui doit s’en suivre… Si on ne m’a pas vendu de la camelotte prétendument hardcore contenant 50mg de caféine, 200mg d’arginine et un savant mélange de poudre de perlimpinpin. Quand je m’entraîne, je suis à la salle pour souffrir, suer, déchirer de la fibre musculaire, pas pour boire de la limonade.

NITRIUM II se propose donc de suppléer de la manière la plus efficace possible aux besoins de l’athlète pendant la séance, sous plusieurs angles :

L’apport d’énergie, avec un mélange de glucides permettant d’avoir un taux de glucose sanguin optimal avant la séance, ce qui permet de ne pas « taper » dans ses réserves (le glycogène musculaire): dextrose, fructose, palatinose et waxy maize, amidon de maïs cireux en français, donc trois index glycémiques élevés et un bas, le palatinose. Avec un index glycémique de 32, ce diholoside est produit industriellement à partir du saccharose et se caractérise par une libération lente de glucose dans le sang.

Pour accroître la production d’énergie, BODYMAXX SPORTSNUTRITION a intégré à ce preworkout une matrice de trois forme de créatines différentes : créatine monohydrate micronisée (dont les particules sont de plus petite taille que celles de la monohydrate classique, ce qui rend son asboprtion plus aisée), créatine « tamponnée » (buffered), autre nom de la kre-alkalyn, forme de créatine dont l’avantage majeur est de ne pas se convertir en créatinine avant d’atteindre les muscles grâce à son pH basique, et enfin de la créatine α-cétoglutarate, créatine à laquelle on a attaché une molécule d’acide α-cétoglutarique. Ce dernier est un intermédiaire dans le cycle de Krebs ou cycle de l’acide citrique, voie métabolique produisant des substrats énergétiques qui assurent l’essentiel des besoins en énergie de la cellule. Il suit la glycolyse et précède la chaîne respiratoire, les deux autres voies métaboliques qui produisent la majorité de l’ATP. L’ATP étant issu de la liaison entre la phosphocréatine et l’ADP, on comprend la plus-value que peut représenter cette forme de créatine par rapport à une monohydrate classique: elle permettrait aux personnes ne répondant habituellement pas à la créatine de bénéficier de ses effets, même si la bonne vieille créatine monohydrate reste incontestablement la plus largement étudiée et documentée. La formule contient également de la taurine, grand classique des suppléments pré-entraînements, qui permet aux cellules musculaires de retenir plus d’eau, comme le fait la créatine, jouant ainsi un effet synergique avec cette dernière.

img_8745

Pour amplifier la congestion musculaire dont nous sommes en quête perpetuelle, NITRIUM II contien évidemment de l’arginine, de la bêta-alanine, dont les effets sur l’amélioration de la force et la performance sont avérés, et deux formes de citrullines, L-citrulline DL-Malate (1:1) et L-citrulline.

NITRIUM II contient enfin un cocktail de stimulants et de composants agissant sur la concentration: l’incontournable tyrosine, acide aminé participe à la synthèse des catécholamines (l’adrénaline, la noradrénaline B, la dopamine B), de la caféine (200mg pour la dose recommandée de 14g de NITRIUM II), et de l’extrait d’orange amère titré à 5% de synéphrine et 35% d’hesperidine. La synéphrine et la caféine sont deux puissants stimulateurs du système nerveux, et possède de sucroît une capacité à oxyder les lipides, tout comme les catécholamines dont la tyrosine est un précurseur et qui stimulent l’hydrolyse des tryglicérides contenues dans les adipocytes. Nous avons donc un effet stimulant doublé d’un impact positif sur la fonte adipeuse. Sur la prise conjointe de caféine et de synéphrine, merci de vous reporter à la note en fin d’article.

La formule est complétée par un complexe des BCAA sur la nécessité desquels on ne revient pas, de la vitamine B3 en soutien du métabolisme, du glycerol qui, quand il est consommé avec de l’eau, permet une meilleure hydratation et peut permettre une amélioration de la performance en aérobie et anaérobie, et un extrait de ginseng sibérien (éleuthérocoque) standardisé, souvent conseillé aux sportifs car réputé pour être une plante adaptogène (qui améliore la résistance du corps aux divers stress) aux propriétés  immunostimulantes.

img_8746

Mon ressenti :

Une liste d’ingrédients a beau être prometteuse, seule l’épreuve de la salle permet d’affirmer qu’un preworkout apporte vraiment un plus à une séance, et je dois avouer qu’assez souvent c’est la déception qui domine car les marques de nutrition en font parfois trop niveau marketing pour vendre leurs produits. On s’attend donc à un produit hardcore qui se révèle en deçà de la réalité.

Rien de tel avec NITRIUM II.  BODYMAXX SPORTSNUTRITION n’en fait pas des tonnes, la marque nous livre une formule pré-entraînement qui supporte l’énergie et le métabolisme ainsi que la croissance et le maintien de la masse maigre, et après l’avoir essayé pendant deux semaines je peux dire que le job est fait. Je n’ai pas gagné de masse, mais je n’en ai pas perdu. Par contre niveau énergie je dois dire qu’avec une simple dose de 14g (l’équivalent de deux dosettes) j’ai vraiment senti un surcroit d’énergie et un « pump » dans les avant-bras dès les premières répétitions. Comme je ne suis pas toujours un garçon raisonnable j’ai continué mon test avec trois dosettes (ce que je ne recommande évidemment à personne!) vingt minutes avant chaque séance (environ 20g de poudre) et là… La RAGE ! Et j’ignore si c’est à mettre sur le compte de la saison estivale, de NITRIUM II ou des deux conjugués, mais j’ai rarement eu aussi chaud et transpiré autant pendant une séance ! Derniers points, accessoires mais néanmoins appreciables: l’arôme et la miscibilité: l’arôme « Fresh lemon » (citron frais) est léger discret et naturel, et la miscibilité est parfaite: à peine agité avec de l’eau, aucun résidu ne se forme au fond du shaker.

Conclusion :

NITRIUM II a été une très bonne surprise : crée par une marque qui n’a pas (encore) la notoriété de certains poids lourds de la nutrition sportive en Europe, BODYMAXX SPORTSNUTRITION fait sur ce coup aussi bien, voire mieux que certains classiques. Un produit bien dosé qui apporte un supplément d’énergie indéniable, un support pour la concentration et la congestion, et éventuellement à la fonte adipeuse. Avec un preworkout cela correspond à mon cahier des charges, et là il est respecté. NITRIUM II est proposé à la vente aux alentours de 35€, ce qui correspond au prix attendu pour cette catégorie de suppléments. Mon seul regret est la rareté des produits BODYMAXX SPORTSNUTRITION actuellement, mais ceux-ci devraient être bientôt plus largement distribués. En deux mots: MuscleXperience approved!

NOTE : 8/10

Information importante : Certains pays, notamment la Suède, le Danemark et le Canada, ont interdit les compléments alimentaires associant synéphrine (alcaloïde présent dans l’écorce d’orange amère, Citrus aurantium) et caféine. Précisons que la synéphrine n’est pas seulement présente dans l’écorces de ces agrumes, mais dans tous les fruits de cette catégorie, à des doses variables. En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail recommande de ne pas utiliser conjointement ces deux composants et souligne les risques inhérents à la consommation de synéphrine par les personnes à risques (les conclusions de cette agence sont disponibles sur son site internet). Certains blogueurs nutrition/santé se font l’écho de ces recommandations (ce qui ne les empêchent pas d’écrire pour des sites qui commercialisent des produits associant les deux). Plusieurs marques, deux poids lourds de la nutrition sportive auxquels j’ai déjà consacré des articles, commercialisent des produits associant caféine et synéphrine. De nombreuses études effectuées sur ces deux composants seuls ou associés infirment ces conclusions, et pointent un risque seulement avec l’association d’un dosage très élevé en caféine. Il appartient à chacun de prendre ses précautions, ses responsabilités et bien évidemment de respecter sa législation nationale. Dans l’état actuel du droit, la synéphrine n’est pas interdite en France, en Belgique, en Suisse, en Allemagne… En cas de doute, vérifiez votre législation nationale.

Teneur élevée en caféine. Déconseillé aux enfants ou aux femmes enceintes. Ce produit ne doit pas être pris pendant l’allaitement et chez les patients souffrant de maladies cardiaques, d’hypertension et d’hypersensibilité à l’un des constituants de la préparation.

img_8744

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

Valeur nutritionnelle /14g /100g
Energie 40kcal 289kcal
172kj 1227kj
Protéines 8,4g 60g
Glucides 0,96g 6,9g
Dont sucre 0,8g 5,9g
Lipides 0,2g 1,4g
Dont saturés 0,2g 1,4g
Sodium 0,0002g 0,02g
Ingrédients actifs /14g /100g
BCAA 2:1:1 2000mg 14,29g
L-Leucine,L-Valine,L-Isoleucine
L-Arginine 1000mg 7,14g
AAKG COMPLEX 500mg 3,57g
-L-Arginine 328mg 2,18g
-Alpha Ketoglutarate Calcium 172mg 1,15g
CREATINE COMPLEX 2000mg 14,29g
– créatine monohydrate micronisée 840mg 6g
–Buffered Creatine (créatine tamponnée) 700mg 5g
–Creatine AKG 461mg 3,29g
– Dont  créatine 1,6g 11g
Beta-Alanine 1500mg 10,71g
L-Citrulline DL-Malate(1:1) 800mg 5,71g
Taurine 1000mg 7,14g
L-Tyrosine 100mg 714mg
Ginseng sibérien 400mg 2,86g
(Eleutherococcus Senticosus Root Extract)
Glycerol Monostearate 200mg 1429mg
Orange amère 50mg 0,4g
(Citrus Aurantium 100% Fruit Extract)
Cafféine anhydre 200mg 1429mg
Vitamin B3 40mg 286mg
(sous la forme de Niacinamide)

NITRIUM II est un complément alimentaire.

Article sponsorisé