Mon avis sur : CHLOROPHYLL LIQUID

Marque : MST® NUTRITION

Les Allemands de la marque de nutrition sportive MST® NUTRITION ne sont jamais avares en bonnes surprises. J’avais déjà été impressionné par leur COLLAGEN PEPTIDES + BIOTIN de très haute qualité, mais voila qu’ils récidivent avec CHLOROPHYLL LIQUID, une formule de chlorophylle liquide hyper concentrée, aromatisée et sans sucre.

Je vous avoue que quand MST® m’a contacté afin de tester ce supplément, j’ai été quelque peu surpris. En effet, s’il m’est arrivé de lire quelques articles sur les bienfaits (supposés ou avérés) de la chlorophylle sur l’organisme, je n’avais jamais vraiment creusé la question, ni envisagé de me faire une cure, pour la bonne et simple raison que je n’identifiais pas de besoin pouvant être comblé par ce composé.

L’opportunité m’étant donnée, j’ai donc joué le cobaye volontaire, et effectué une grande quantité de recherches pour cerner les bénéfices que pouvait m’apporter une supplémentation en chlorophylle. Je précise que j’ai entre trente et quarante ans, que je fais beaucoup de sport et notamment de musculation, sans néanmoins faire de compétition, et que mes objectifs principaux sont de conserver un physique athlétique, mince et musclé, si possible d’accroître ma masse musculaire et de continuer à améliorer ma composition corporelle, tout minimisant au maximum les effets du vieillissement. Au fil des années, les suppléments aux propriétés anti-âge sont venu concurrencer dans mon arsenal les suppléments visant à accroître la masse musculaire et à diminuer la masse adipeuse. Concernant la musculation et le fitness, briller c’est bien, mais durer c’est encore mieux.

Les chlorophylles (car elles sont plurielles) sont les principaux pigments assimilateurs des végétaux photosynthétiques, c’est à dire les végétaux dont les feuilles comportent des cellules végétales (les chloroplastes) qui transforment l’énergie lumineuse et le dioxyde de carbone en énergie chimique utilisée pour synthétiser de la matière organique. Ce sont des pigments liposolubles qui donnent aux plantes et aux algues leur couleur verte.

L’on peut s’interroger sur l’utilité d’une supplémentation en chlorophylle, d’abord parce que ses bienfaits sont largement méconnus, et ensuite parce que l’on pourrait être tenté de se dire que la consommation d’une quantité importante de légumes verts pourrait être suffisante. En effectuant de rapides recherches, on se rend compte que les allégations santé et « bien-être » autour de la chlorophylle foisonnent littéralement. Pêle-mêle, on peut lire que la chlorophylle contiendrait des antioxydants supérieurs à ceux contenus dans le thé vert, le chocolat ou le résveratrol, favoriserait une augmentation de la production de globules rouges, absorberait les toxines, servirait de « désodorisant interne » en se liant aux amines responsables des mauvaises odeurs corporelles, aurait un effet normalisateur sur le transit sans être laxatif, La chlorophylle renforcerait également le système immunitaire, et posséderait des vertus anti-inflammatoires et cicatrisantes. Des effets anti-cancer sont évoqués1. On a également beaucoup parlé de la chlorophylle, notamment sur les réseaux sociaux, pour aider à combattre l’acné. Elle serait efficace, de manière générale, contre les problèmes de peau, notamment l’eczéma.

La chlorophylle joue par ailleurs un rôle de chélation sur plusieurs familles de molécules toxiques. Elle est notamment efficace contre les substances produites par de nombreux phénomènes de combustion (gaz d’échappement, chauffage au bois, cuisson au gril…), les métaux lourds,  les substances produites lors des cuissons d’aliments et certains déchets métaboliques, et aurait un effet détoxifiant sur le foie.

Une liste de bienfaits assez impressionnante, mais qu’en est-il dans les faits ? Nombre d’études existent effectivement, le problème majeur de la plus grande partie de celles-ci étant la méthodologie de utilisée, le plus souvent contestable voire douteuse.

Un article intéressant publié en 2014 dans le sérieux Journal of dietary supplements est venu faire un peu le tri dans ces allégations2, et il en ressort que bien peu de ces dernières sont aujourd’hui scientifiquement prouvées. Restent une teneur indéniable en antioxydants, et donc sur les radicaux libres3, ainsi qu’une action antibactérienne, notamment sur l’aflatoxine, une mycotoxine produite par certains champignons proliférant notamment sur des graines conservées en atmosphère chaude et humide qui peut contaminer de nombreux produits alimentaires4, et dont le pouvoir cancérigène est élevé, mais également sur d’autres bactéries5 Les propriétés de la chlorophylle sur les odeurs corporelles sont également avérées, facilement vérifiables, ainsi que les propriétés anti-inflammatoires de la chlorophylle6, qui la rendent particulièrement utile pour le sportifs.

Au final, et uniquement d’après les recherches facilement accessibles que l’on peut faire sur ce composé intéressant, la chlorophylle en tant que supplément semble être une source de discorde entre ses promoteurs, qui ne jurent que par elle et lui attribue un rôle de fontaine de jouvence et de remède quasi miraculeux, et ses détracteurs qui crient à la fraude. Même s’il est difficile de se faire une opinion en quelques jours ou en quelques semaines, je dois avouer que cette querelle m’a intrigué et m’a donné encore plus envie de tester la chlorophylle liquide par moi-même pour me forger ma propre opinion.

Mon ressenti :

Même si cela est écrit en toutes lettre, on va le répéter pour que ça soit clair : il s’agit ici d’un ressenti, non d’un avis médical (puisque je ne suis pas médecin), donc d’un avis n’ayant aucune vocation thérapeutique.

J’ai effectué un test d’une durée de deux semaines concernant la CHLOROPHYLL LIQUID de MST® NUTRITION. Je ne savais pas comment consommer ce supplément, j’ai donc respecté les préconisations du fabriquant, à savoir 10ml de chlorophylle diluée dans un verre d’eau, environ trente minutes avant le repas du midi. J’ai conservé la bouteille, une fois ouverte, au réfrigérateur, pour préserver les propriétés du produit.

Je me suis demandé plus haut pourquoi consommer de la chlorophylle liquide, alors qu’il pourrait suffire de consommer une grand quantité de légumes verts pour « avoir sa dose ». Et bien non, ce n’est pas aussi simple. La chlorophylle présente dans les légumes ou les plantes n’est pas assimilable. Les suppléments de chlorophylle contiennent donc de la chlorophylline cuivrique de sodium, soluble dans l’eau et biodisponible. L’assimilation de la chlorophylle est donc grandement améliorée, ce qui permet de bénéficier entièrement de ses bénéfices, et notamment de ses propriétés antioxydantes.

La composition de CHLOROPHYLL LIQUID de MST® NUTRITION est saine : pas de lipides, pas de sucre, aucun additif douteux et uniquement des glucides sous forme de polyols, qui sont des édulcorants glucidiques faiblement digestibles, qui ne sont que partiellement absorbés par l’intestin. Le produit ne contient pas de sucralose ou d’acesulfame. Son parfum à la mente est plutôt agréable, il fait évidemment penser aux chewing gum chlorophylle / mentol du commerce.

La composition, le parfum, tout cela est positif. Mais Quid des effets réels et concrets de CHLOROPHYLL LIQUID de MST® NUTRITION , notamment sur la santé ?

Vous l’avez compris, il est quasiment impossible de juger de l’efficacité d’un tel produit sur le court terme. Cependant, en effectuant des recherches sur la chlorophylle, je me suis rendu compte que c’était probablement l’un des suppléments « santé » les plus sous-estimés actuellement, notamment grâce à sa teneur incroyable en antioxydants, ce qui protège des cellules et les mitochondries du stress oxydatif, mais également par ses propriétés anti-inflammatoires, qui commencent seulement à être découvertes par les scientifiques. La chlorophylle pourrait ainsi être un allié de poids pour les personnes s’inscrivant dans une démarche anti-âge.

Concernant les autres bénéfices de la CHLOROPHYLLE, hasard de calendrier ou pas, je n’aurais pas pu mieux tomber, si j’ose dire : j’ai attrapé le COVID la première semaine de mon test. Si la chlorophylle ne m’a pas empêché de développer certains symptômes et d’être vraiment diminué (notamment du fait de la fatigue et de la fièvre) pendant quelques jours, j’ai été débarrassé de ce satané virus en une semaine. La CHLOROPHYLLE m’a t-elle aidé, impossible à prouver, mais étrangement j’en ai la conviction. Je me suis senti récupérer très vite, et j’ai eu l’impression que la CHLOROPHYLLE me « nettoyait » de l’intérieur (je ne parle pas de désordre digestifs, même si le transit est amélioré et accéléré). Remarquons, en outre, que l’effet « désodorisant naturel » est flagrant, et supprime une grande partie des odeurs corporelles. Que dire d’autre sur ma cure de CLOROPHYLLE ? Et bien, que ce soit lié ou pas, je me suis senti plutôt en forme malgré le contexte, avec un sommeil réparateur, une belle peau, et un appétit réduit, ce qui est apparemment un effet « secondaire » de la CLOROPHYLLE, et ce qui pourrait en fait un allié lors d’un régime amincissant.

Conclusion :

Après avoir consciencieusement suivi une cure de deux semaines de CHLOROPHYLL LIQUID, je peux affirmer que les effets, s’ils sont subtils, sont réels. Il est évidemment impossible d’affirmer que ce produit a des effets santé à long terme, il faudrait d’ailleurs le consommer sur le long terme pour en bénéficier, ou au moins effectuer des cures régulières. Mon ressenti a cependant été très bon au niveau du bien-être et de la forme générale. En outre, avoir un ingrédient de plus dans mon cocktail antioxydant est une bonne chose, et si le même supplément lutte contre l’inflammation, c’est encore mieux. Si en plus, ce composé naturel bien que transformé est susceptible d’éliminer certains déchets particulièrement tenaces (je pense au métaux lourds, mais également aux déchets métaboliques) et soutient le système immunitaire, il devient carrément incontournable.

D’après mes recherches et d’après ce que j’ai pu constater par moi-même, la supplémentation en chlorophylle est un pari sur l’avenir, avec un composé très prometteur mais dont le potentiel reste largement méconnu. Je ne dis pas que se supplémenter en chlorophylle est nécessaire, mais en revanche après un certain âge (disons trente ans…) et si l’on s’inscrit dans une démarche anti-âge , c’est à dire tout faire pour vieillir moins vite, mieux et en meilleur santé, CHLOROPHYLL LIQUID me semble être un ajout judicieux à une routine de suppléments. Je ne pense pas en consommer au long cours toute l’année, mais effectuer deux à trois cures par an me semble être une bonne idée, pour un investissement somme toute assez minime.

NOTE: 9/10

CHLOROPHYLL LIQUID est disponiblei ici : aufen MST® Nutrition Collagen, BCAA, EAA, Eiweiß, Omega 3, Kreatine. (mst-nutrition.de)

– 10 % sur CHLOROPHYLL LIQUID avec le code MXP.

Ingrédients et valeurs nutritionnelles :

Eau, glycerol, chlorophylline cuivrique de sodium, arôme, acide citrique, gomme xanthane, sorbate de potassium (conservateur), mono et diglycérides d’acides gras.

Pour 10ML :

calories : 11,4kcal

Lipides : 0,1g

Glucides : 4,6g

dont sucre : ≤ 0,1g

Dont polyols : 4,5g

Fibres : ≤ 0,1g

Protéines : ≤ 0,1g

1Chemopreventive potential of chlorophyllin: a review of the mechanisms of action and molecular targets. Nagini S1, Palitti F, Natarajan AT.

2Catherine Ulbricht, Rebecca Bramwell, Marisa Catapang, Nicole Giese, Richard IsaacThuy-Duong Le, Julie Montalbano, Shaina Tanguay-Colucci, Nicole J Trelour, Wendy Weissner, Regina C Windsor, Jayme Wortley, Heeja Yoon, Mario M Zeolla, An evidence-based systematic review of chlorophyll by the Natural Standard Research Collaboration, Journal of dietary supplements, 2014 Jun;11(2):198-239.

3The protective effect of chlorophyllin against oxidative damage and its mechanism🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22943759

4Aflatoxines dans les denrées alimentaires, rapport de l’EFSA

5Antimicrobial_activity_of_chlorophyll-based_solution_on_Candida_albicans_and_Enterococcus_faecalis🔗 https://www.researchgate.net/publication/43335937

6Appian Subramoniam, Velikkakathu V Asha, Sadasivan Ajikumaran Nair, Sreejith P Sasidharan, Parameswaran K Sureshkumar, Krishnan Nair

Rajendran, Devarajan Karunagaran, Krishnan Ramalingam, Chlorophyll revisited: anti-inflammatory activities of chlorophyll a and inhibition of expression of TNF-α gene by the same

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s