Mon avis sur: SUPER BCAA

Marque : SuperPhysique Nutrition

Les BCAA, ou acides aminés ramifiés (Branched amino acids en anglais) font partie de l’arsenal de base de tout pratiquant de musculation, et même de tout sportif un tant soit peu soucieux de ses performances. Si les avis sont partagés quant à leur infériorité par rapport aux complexes d’EAA (essential amino acids, sur cette « controverse je vous laisse relire mon article Acides aminés essentiels (EAA) ou acides aminés ramifiés (BCAA), lesquels choisir?) qui s’imposent progressivement sur le marché de la nutrition sportive, gageons que les BCAA ont encore de beaux jours devant eux, et pour cause : leurs rapport bénéfice/coût leur vaut incontestablement une place parmi les suppléments alimentaires les plus efficaces et les plus versatiles tout en étant peu onéreux, ce qui en fait, osons le dire, l’un des quelques suppléments alimentaires dont on ne peut – ou ne doit – pas se passer.

Conséquence logique de cette position de produit incontournable dans le juteux business de la nutrition sportive, l’offre est pléthorique, et on trouve le meilleur comme le pire, en passant par le moyen/passable. Comment, alors, différencier les bons produits des moins bons, voire des produits médiocres à fuir absolument ? Chacun a sa petite idée sur la question, et en fait c’est un positionnement très personnel qui dépend des priorités de chacun: santé, disponibilité, porte-monnaie, valeur-ajoutée de certains complexes par rapport à d’autres… Ce qui nous conduit immanquablement à scruter ce que j’appelle mes « points de contrôle » : Les prioritaires (composition, provenance, prix) et les secondaires mais néanmoins importants (texture, saveur…). Pourquoi prioritaires, pourquoi secondaires ? Parce que la composition ou encore la provenance l’emporteront toujours pour une personne sensée sur un critère comme la saveur. Je préfère en effet un produit sûr, à la traçabilité clairement établie, à un produit savoureux dont l’origine est douteuse, et/ou bourré d’additifs controversés et potentiellement néfastes pour ma santé, voire d’ingrédients contrefaits et non déclarés sur l’emballage. Inutile je pense de revenir aux rumeurs déjà anciennes concernant la matière première ayant servi à la fabrication d’acides aminés à bas coût dans la deuxième décennie des années 2000 ; on rappellera seulement que les acide aminés peuvent être isolés à partir de quasiment toutes les sources organiques, notamment certaines sources végétales (par fermentation), mais aussi animales, voire humaines : peau, os, cartilage, plumes … cheveux… Oui, je préfère savoir d’où viennent mes BCAA, et où ils sont fabriqués.

Savoir où sont fabriqués nos suppléments, avec quelle matière première, cela pourrait nous paraître être la moindre des choses, mais en fait quand on creuse un peu on se rend vite compte que ce n’est pas la règle : les fabricants ne l’indiquent pas toujours, jouant sur les ambiguïtés : on vous rassure en vous disant que le produit est fabriqué dans les règles de l’art, parfois dans une structure « fda approved » (ce qui impliquerait que ce soit aux USA), ou dans une usine répondant aux normes ISO 9001, HACCP… et en indiquant où se trouve le siège social de l’entreprise, sans vous dire où les produits sont fabriqués. Quant à la matière première, m’étant adressé à des dizaines de firmes au fil des années, je dois bien dire qu’obtenir des informations mêmes approximatives est souvent un vrai défi, et pour cause : personne n’achèterait une whey si l’on savait que la matière première est du lait lyophilisé produit dans un pays ou le respect des règles sanitaires est à géométrie variable.

Pourquoi vous raconter tout ça ? Parce que c’est rassurant de trouver des marques qui, à contre-courant de cette tendance à vendre des produits à l’origine douteuse en maximisant les profits au détriment de la santé des consommateurs, certaines marques plus confidentielles se battent pour offrir des produits transparents d’un point de vue qualitatif, à des prix honnêtes. Attention, on ne parle ici d’œuvres de bienfaisance. Mais il y a une différence entre faire de l’argent de manière éthique, en proposant des produits sains en toute simplicité, et en faire en trompant éhontément le consommateur. Je ne balance pas, ce n’est pas ici mon sujet. Mais quand les représentants de SuperPhysique Nutrition m’ont contacté pour me demander si je serais intéressé par un test de leur gamme de suppléments, j’ai été plutôt enthousiaste, car je savais plus ou moins à quoi m’attendre. Mais comme toute hypothèse doit être vérifiée pour être validée… Place au test.

SUPER BCAA de SuperPhysique Nutrition est un complexe d’acides ramifiés, dont la formule assez standard (un complexe 2 : 1: 1 ) est soutenue par l’ajout particulièrement judicieux de L-tyrosine et de guarana. Pourquoi judicieux ? Parce que ce sont deux suppléments qui font partie intégrante de ma routine de suppléments quotidiens ? Non. Parce que ce sont deux suppléments ayant une véritable valeur ajouté non seulement dans le cadre d’un entraînement sportif, mais aussi dans la vie de tous les jours.

La tyrosine et le guarana

Il y a bien longtemps que j’ajoute 5g de tyrosine et deux comprimés de guarana à mon premier café du matin, et je dois dire que c’est un « stack » qui me réussit plutôt bien. Ce cocktail a un réel effet sur mon humeur, ma motivation, mon énergie, et je pense qu’il contribue nettement à accélérer mon métabolisme. Rien d’étonnant à cela puisque la L-tyrosine participe à la synthèse des catécholamines: (Substances chimiques de l’organisme faisant partie des neurotransmetteurs fabriqués par les neurones) : l’adrénaline, la noradrénaline B, la dopamine B. L’on sait également que la tyrosine est aussi le précurseur de la DOPA  (3,4-dihydroxyphénylalanine), substance intermédiaire dans la synthèse des catécholamines précitées, et des hormones thyroïdiennes (formation de thyronine à partir de deux tyrosines). Ce rôle de précurseur vaut souvent à la tyrosine d’être intégrée aux formules de boosters pré-séances, mais également à des brûleurs de graisse.

Quant à la guarana (Paullinia cupana), il s’agit d’un arbuste originaire d’Amazonie popularisé en occident depuis une vingtaine d’années, notamment par le biais des boissons énergisantes (les premières, notamment le Dark Dog, sont arrivées dans les années 1990 en Europe, même si les sodas à la guarana existaient bien avant cela en particulier au Brésil). Il s’agit surtout de la plante connue contenant le plus haut taux de caféine au monde (4,5g de caféine pour 100g de graines). C’est donc une source de choix de caféine naturelle, et c’est celle qui a été retenue par SuperPhysique Nutrition pour ses SUPER BCAA. La valeur ajoutée de la guarana par rapport à la caféine anhydre est son assimilation plus lente par l’organisme, ce qui fournit une stimulation plus durable, soutenue par la présence moindre d’autres alcaloïdes (la théophylline, présente également dans le thé, et la théobromine, présente dans le cacao). Elle contient également de faibles quantités de catéchines et notamment d’épicatéchines, dont les bénéfices pour les sportifs sont reconnus (propriétés antioxydantes, vasodilatation, possible inhibition de la myostatine etc).

Ainsi, quand on regarde de près ce qu’affiche SuperPhysique Nutrition pour ses SUPER BCAA, c’est plutôt convaincant. Un complexe de BCAA améliorés, augmentés, mais pour autant rien de superflu ni de tape à l’œil. Mais tout aussi intéressant que les ingrédients présents dans la formule, on peut s’attarder sur ceux qui sont absents : agents de texture, de saveur, anti-agglomérants, et autres produits de remplissage. Ici pas de maltodextrine, de cellulose, de talc ou de dioxyde de silicium. Sur l’étiquette de SUPER BCAA nous avons (pour une dose de 10g de poudre) :

– 4g de leucine

– 2g d’isoleucine

– 2g de valine

– 1,334g de tyrosine

– 666mg d’extrait de guarana (dont 80mg de caféine).

Magie des chiffres, cela nous donne exactement 10g. Rien d’inutile, rien que l’on ne nous fasse payer sans que cela soit bénéfique à nos performances. En outre, ici rien d’opaque quant à la matière première et à la provenance : les SUPER BCAA sont produits en France dans un laboratoire français par un processus de fermentation de maïs non transgénique. C’est clair, net, sans bavures et sans ambiguïtés. Le produit est déclaré comme il se doit auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sur la plateforme Téléicare, preuve supplémentaire que la marque n’a rien à cacher (procédure obligatoire au demeurant fort peu respectée en France, y compris par des marques françaises commercialisant leurs produits principalement en France).

Une fois le pot de 500g ouvert et les dix premiers grammes dissous dans une petite bouteille d’eau, que dire de SUPER BCAA ? Et quel ressenti pendant et après l’entraînement ?

Mon ressenti :

Tout d’abord, parlons de la miscibilité. Les complexes de BCAA en poudre ont souvent la fâcheuse tendance de ne pas se dissoudre correctement. Cela est dû à la leucine, qui se dissout simplement moins bien que d’autres acides aminés comme la valine, la glutamine ou la glycine. Or SUPER BCAA a été élaboré de telle façon que le complexe se dissout plutôt bien. En ajoutant 10g de poudre à l’équivalent d’un ou deux verres d’eau dans un shaker et en secouant énergiquement, une solution légèrement trouble se formera avec une mousse à la surface, pour donner quelques minutes plus tard une boisson sans agglomérats, sans odeur et quasiment sans saveur. Si vous ne mélangez pas assez vigoureusement, de minuscules grumeaux peuvent rester en suspension, qui seront entièrement dissous dans les dix minutes qui suivront.

Concernant la saveur : point qui peut rebuter certains consommateurs désormais biberonnés aux BCAA aux saveurs exquises mais le plus souvent bien chimiques, les SUPER BCAA de SuperPhysique Nutrition ne sont pas aromatisés, leur goût est donc neutre. Vraiment neutre, pas avec cette espèce d’arrière goût infâme typique de la leucine qui gâchait totalement des BCAA en poudre des années 2000/2010, comme l’ancienne version des BCAA XPRESS de SCITEC NUTRITION®. Dans le cas de SUPER BCAA, la solution peut se boire nature, ou mélangée avec une boisson de votre choix : jus de fruit, sirop, soda pour les plus aventureux. Les flavouring drops proposées par certaines enseignes, les édulcorants en poudre ou du miel liquide peuvent également constituer des options viables. Pour ma part j’ai consommé SUPER BCAA nature, à l’ancienne, et avec un sirop sans sucre disponible pour quelques euros en grandes surface, et les deux passent bien. Plutôt qu’un désavantage, je préfère voir dans le fait que ces acides aminés ne soient pas aromatisés un bénéfice : en effet, libre au consommateur d’y ajouter ce qu’il veut, en fonction de ses goûts mais surtout de ses priorités, la première d’entre-elle étant pour un nombre grandissant de clients, leur santé. Au-delà des controverses toujours non tranchées concernant les dangers de l’aspartame (certaines études le disent cancérogène, d’autres, souvent financées par des groupes agroalimentaires, tendent à « démontrer » le contraire), il est désormais notoire que la plupart des édulcorants ne sont pas neutres pour l’organisme. Ainsi, le sucralose, que l’on trouve un peu partout dans les suppléments alimentaires destinés aux sportifs, et notamment dans les protéines et les BCAA/EAA, a fait montre d’une capacité à déséquilibrer la flore intestinale au profit de bactéries pathogènes, aussi bien chez les rats1 que chez les humains2.

Enfin, il faut remarquer que si SUPER BCAA contient de l’extrait de guarana, connu pour son goût de terre caractéristique, celui-ci est ici absolument indétectable.

Concernant la stabilité et la tenue dans le temps : vous en avez peut être fait l’expérience, certaines poudres de BCAA dissoutes dans de l’eau ont tendance à « tourner » après quelques heures, jusqu’à leur donner un goût et surtout une odeur de lait tourné, voire pire, et cela même quand ils sont conservés au réfrigérateur. J’ai fait le test avec les SUPER BCAA, et je n’ai rien remarqué de semblable. Douze (12) heures après le mélange, le produit ne se dégrade pas, et ne dégage pas d’odeur.

Conclusion :

Pour apprécier un produit comme les SUPER BCAA de SuperPhysique Nutrition, il faut avoir le recul suffisant pour différencier la vraie qualité du tape à l’œil aguicheur, séduisant de prime abord mais en fait bourré de filouterie et de promesses non tenues. La nutrition sportive est un business, et comme dans tous business certaines entreprises ont une éthique professionnelle. On ne va pas généraliser mais ce sont souvent les mêmes profils : des structures à taille humaine, qui se battent avec les fournisseurs pour leur arracher des prix raisonnables, pour vendre des produits sains et qualitatifs à des prix abordables pour le consommateurs final. Ce ne sont pas les marques les plus visibles, ce ne sont pas celles qui ont le plus gros budget publicité. Mais ce ne sont pas non plus celles qui vont remplir vos pots avec des additifs douteux et parfois toxiques et acheter les matières premières les moins chères à des fournisseurs travaillant dans des conditions souvent opaques, pour maximiser les marges. Parce que même si la nutrition sportive est un business, et appartient au secteur marchand, certains passionnés développent des produits conformes à ce qu’eux-même voudraient consommer, c’est à dire des produits simples, sains, traçables et efficaces, alors que d’autres vous vendent des protéines et des acides aminés comme ils vous vendraient des « hachés à la viande de bœuf » (bouillie composée de restes de carcasses bovines additionnées de protéines végétales, de colorants et de conservateurs) voire des lasagnes à la viande de cheval (pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle, Google est votre ami). Même si ce n’est pas le cas de toutes les grandes firmes, bien évidemment. Mais ce qui est certain, c’est que je préfère débourser 34,90 € (euros) pour 500g de SUPER BCAA de SuperPhysique Nutrition que 33,99 € (euros) pour la même quantité de ESSENTIAL BCAA 2:1:1 de MY PROTEIN.

Puis-je vous recommander SUPER BCAA ? Au vu des éléments exposés dans cet avis, je vous laisse vous faire votre propre avis, en toute objectivité !

NOTE : 10/10

Composition et valeur nutritionnelle :

(pour une dose de 10g de poudre) :

– L-leucine : 4g

– L-isoleucine : 2g

– L-valine : 2g

– L-tyrosine : 1,334g

– extrait de guarana (dont 80mg de caféine) : 666mg

Tous les suppléments SuperPhysique sont fabriqués en France dans des laboratoires aux normes ISO 9001 et HACCP, Guaranteed Doping Free, GMP.

Nos dosages respectent les normes Françaises et Européennes.

Tous les suppléments SuperPhysique sont certifiés SANS ASPARTAME, SANS GLUTEN, HALAL, et SANS OGM.

1Mohamed B Abou-Donia , Eman M El-Masry, Ali A Abdel-Rahman, Roger E McLendon, Susan S Schiffman, Splenda alters gut microflora and increases intestinal p-glycoprotein and cytochrome p-450 in male rats, J Toxicol Environ Health A 2008;71(21):1415-29.

2Susan S Schiffman, Kristina I Rother, Sucralose, a synthetic organochlorine sweetener: overview of biological issues, J Toxicol Environ Health B Crit Rev 2013;16(7):399-451.

SUPER BCAA est disponible sur superphysique.org

2 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s