Mon avis sur : COLLAGÈNE MARIN

AVIS COLLAGENE 1

Marque : HK NUTRITION

Certains le savent, je souffre depuis plusieurs mois de problèmes articulaires qui engendrent inconfort, douleurs, et impactent de manière importante ma qualité de vie et mes entraînements. Je me supplémente donc en conséquence, avec les minéraux et extraits de plantes reconnus pour leur action sur le soulagement des blessures articulaires et la réparation des tissus conjonctifs (pour rappel, le tissu conjonctif est la composante majeure du corps humain, dont il représente environ 80 % des tissus ; on le retrouve dans la peau, les os, le système nerveux et les articulations qui nous intéressent ici plus particulièrement).

On sait en effet que le tissu conjonctif est l’une des pièces maîtresses des articulations puisqu’il compose le cartilage articulaire et les ligaments articulaires, et que ce tissu conjonctif est composé de trois types de fibres : les fibres de réticuline (ou l’on retrouve des fibrilles élémentaires de collagène de type III) les fibres élastiques (qui contient du collagène de type VI) et les fibres de collagène, ces dernières étant composées… de collagène.

Le collagène est comme chacun sait une protéine, ou plutôt LA protéine puisque c’est la protéine la plus abondante dans le corps humain (le collagène représente environ 6 % de notre poids total). Comme toute protéine elle est composée d’acides aminés, dont plus particulièrement :

  • La proline

  • La glycine

  • L’alanine

  • L’hydroxyproline

  • L’acide glutamique

Sans se lancer dans un cours de biochimie, rappelons également qu’il existe vingt-huit types de collagènes, dont je liste ici les plus présents quantitativement dans le corps  humain :

  • Le collagène de type I : Le plus abondant dans le corps humain. On le retrouve dans la plupart des parties du corps, les tendons, les ligaments, les organes internes, la peau, la cornée, les os.

  • Le collagène de type II : Le collagène de type II est prépondérant dans le cartilage, (avec les collagènes IX, X et XI) dans le nucleus pulposus (ou le noyau gélatineux, entouré de couches fibreuses) des disques intervertébraux ainsi que dans le corps vitré de l’œil.

  • Le collagène de type III : Le collagène de type III est un composant majeur de la matrice extracellulaire qui constitue nos organes et notre peau. On le retrouve également dans les vaisseaux sanguins et les tissus à l’intérieur du cœur.

  • Le collagène de type IV : collagène spécifique aux lames basales (assemblage de protéines et glycoprotéines extracellulaires sur lequel reposent les cellules épithéliales et aussi les cellules musculaires) que l’on trouve dans les cellules endothéliales qui forment les tissus qui entourent les organes, les muscles et la graisse. Il est associé au collagène de type VII.

  • Les collagènes de type V et VI se retrouvent dans le tissu conjonctif, où ils s’associent au collagène de type I.

Cela fait quelques années que la supplémentation en collagène est largement plébiscitée. Pour certains elle serait totalement inefficace ou ne présenterait pas de plus-value particulière par rapport à l’absorption d’autres protéines, pour d’autres au contraire elle permettrait d’améliorer certaines fonctions du corps, notamment la régénération des tissus composés principalement de collagène; et là l’argumentation qui sous-tend ces allégation est simple, voire simpliste : vos articulations, votre peau et vos os ont besoin de collagène, vous leur apportez via la digestion tous les acides aminés nécessaires à la synthèse du collagène, donc votre corps va fabriquer plus de collagène. Simpliste, certes, en attendant il est évident que si vous n’apportez pas à votre corps les nutriments nécessaires, ou en quantité trop faible, cette synthèse sera fortement compromise.

COLLAGE AVIS 2

On trouve actuellement sur la marché de la nutrition du collagène de poulet, de poisson et de bœuf. Sur les procédés d’extraction des deux derniers je ne vous fais pas un dessin, mais ça implique le raclage et le broyage de carcasses afin d’obtenir le précieux nectar, qui s’obtient par hydrolyse : les os, la peau et les cartilages d’animaux sont nettoyés, broyés et finalement traités par hydrolyse pour obtenir une gélatine pure, qui était autrefois la source de collagène disponible la plus courante (et également la moins onéreuse) avant la mode des suppléments de peptides de collagène. Cette gélatine est celle qui enveloppe les gélules de nos suppléments lorsqu’il n’est pas spécifié qu’il s’agit de gélatine végétale. C’est également la gélatine alimentaire utilisée en cuisine, notamment en pâtisserie.

Moins fréquent, le collagène de poisson, dont celui qui jouit actuellement de la meilleure réputation est le Peptan®, un collagène sous forme de peptides vendu notamment par une marque bien connue mais dont je tairai le nom comme un « protecteur global tendons -articulations […] préservant la jeunesse de la peau et de l’ossature ». Je suis moyennement sûr que ces allégations rédigées sous cette forme soient totalement conformes au règlement européen n°1924/2006 de 2006 concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires (en fait je suis sûr qu’elles ne le sont pas), mais peut-être est-ce vrai.

Le collagène jouit actuellement d’un engouement certain du fait de sa présence dans la peau : de là à déduire qu’une supplémentation en collagène pourrait améliorer l’apparence de notre peau il n’y a qu’un pas, vite franchi par les marques de suppléments. Même si l’argument qui sous-tend ces effets supposés a du sens, il est trop tôt pour être affirmatif à ce sujet, le recul sur cette supplémentation est insuffisant, et les études pour ainsi dire inexistantes. En revanche, plusieurs essais cliniques ont été menés sur l’efficacité de la supplémentation en collagène dans la prise en charge de l’arthrose. Des études in vitro laissent penser qu’un apport exogène en collagène de type II pourrait stimuler la fabrication de collagène par l’organisme, ce qui permettrait non seulement de soulager les douleurs articulaires, mais également de freiner leur apparition.

C’est pour cette application que j’ai décidé de m’intéresser au collagène. Je souffre de douleurs au dos, aux coudes, et à une épaule (comme nombre de pratiquants ayant dix, quinze ans d’entraînement derrière eux, voire plus). C’est suite au réveil d’une blessure à un genoux que j’avais décidé pour la première fois d’investir dans du collagène hydrolysé de poulet. Comme à chaque fois que je tente un remède « naturel », je n’y étais pas allé avec le dos de la cuillère (double dose for big guy), et j’ajoutais une dosette de 10g de collagène à chacun de mes shakes quotidiens, couplé avec des extraits végétaux (cissus quadrangularis, harpagophytum) et à ma grande surprise, mes douleurs ont très fortement diminué en un petit mois. Je n’en attendais pas tant, et j’ai décidé de récidiver lorsque des douleurs réapparaîtraient. Ça n’a pas tardé à arriver, cette fois au dos, et j’ai commandé le complexe collagène/vitamine C (association judicieuse car la vitamine C stimule la production endogène de collagène) de BULKPOWDERS, qui je suis désolé de le dire m’a déçu. Mauvaise miscibilité, grumeaux quand on le mélange à l’aide d’un shaker simple (non électrique), et surtout pas d’effet sur mes douleurs articulaires.

C’est donc à point nommé qu’HK NUTRITION m’a envoyé un colis rempli de leurs nouveaux produits, dont un pot de 350g de COLLAGÈNE MARIN.

HK nutrition commence à se faire une petite place sur le marché tricolore de la nutrition grâce à des produits de qualité, simples, purs, et un marketing efficace reposant sur un concept minimaliste : qualité, traçabilité, sécurité (pas d’additifs controversés ni de produits à l’origine douteuse). C’est donc les yeux fermés que j’ai commencé à tester ce COLLAGÈNE MARIN, en étant sûr à 100 % que ce que je testerai serait conforme à ce que l’étiquette indique : Collagène de poisson (PEPTAN) 2000 Daltons. Un produit d’une grande pureté (97 % de protéines), hautement assimilable (le PEPTAN est digéré dans l’heure suivant la prise.).

Le COLLAGÈNE MARIN de HK NUTRITION figure effectivement auprès de grands noms de la nutrition sportive comme WEIDER™, ERIC FAVRE ou NUTRIMUSCLE sur le site de PEPTAN, « la première marque mondiale de peptides de collagène » (et là on sait que l’affirmation est 100 % véridique) produite (une unité de production se trouve à Angoulême, en France ) et commercialisée par le groupe Rousselot Santé & Nutrition. En bref, la crème de la crème, produite par le numéro 1 mondial du collagène hydrolysé.

Mon ressenti :

Si vous suivez ce blog, si vous en lisez régulièrement les articles, vous savez qu’il y a assez peu de blogs de nutrition où l’on sera aussi objectif sur les produits. C’est notre marque de fabrique. Si je valide le COLLAGÈNE de HK NUTRITION, c’est que je l’ai consommé tous les jours jusqu’au dernier gramme de poudre, pendant une phase de récupération post-blessure (c’est à dire le meilleur moment pour tester ce type de produit), et que j’en ai retiré un mieux être. Est-ce le cas ? En tout cas après un mois de prise j’ai repris l’entraînement, certes léger (ça tombe bien on est confinés du fait du COVID-19), et mes douleurs discales se font moins ressentir. J’ai retrouvé de la mobilité, et cerise sur le gâteau je me suis laissé dire que j’avais une belle peau ces dernier temps (c’est peut-être aussi que je dors plus et mieux…). Alors qu’en penser ? Et bien il s’agit de ma troisième « cure » de collagène, et je dois bien reconnaître que pour la deuxième fois je ressens un mieux progressif au fur et à mesure de la prise. Certes tout n’est pas à mettre au crédit du collagène, mais l’amélioration de ma mobilité, de ma souplesse articulaire, l’atténuation des douleurs articulaires, et pas seulement lombaires (je pense à mes coudes) me laissent à penser que ce COLLAGÈNE MARIN a joué un rôle certain dans ma récupération.

COLLAGENE AVIS 3

Les points sur lesquels le COLLAGÈNE MARIN de HK NUTRITION se démarque par rapport aux collagènes de poulet que j’ai pu tester dans le passé sont les suivants :

  • Excellente miscibilité. Une dosette dans un shaker avec de la whey, on mélange manuellement le tout et il en résulte un mélange onctueux, sans grumeaux, parfaitement digeste. Même dans un verre avec de l’eau et mélangé une trentaine de secondes avec une cuillère, ça passe parfaitement bien.

  • La finesse de la poudre, qui se répercute directement sur son assimilation. C’est le jour et la nuit par rapport au tout premier collagène de poulet hydrolysé que j’avais testé, qui n’était pourtant pas un mauvais produit. Le COLLAGÈNE MARIN/PEPTAN a une masse moléculaire de 2000 Daltons (unité de masse utilisée en biochimie, appelée ainsi en l’honneur du chimiste et physicien britannique John DALTON – aucun rapport avec Joe DALTON). A titre de comparaison, Un acide aminé de protéine représente environ 110 Daltons, une protéine plus de 12 kilodaltons (soit 12000 daltons).

  • L’absence totale d’arrière goût. Le collagène de BULKPOWDERS, même s’il ne m’a pas donné satisfaction, n’avait pas d’arrière goût, mais c’était le cas du premier collagène de poulet que j’avais commandé et qui avait un arrière goût assez désagréable comparable aux … bouillon cubes (genre KUB OR de Maggi, qui contiennnent du sel, de la maltodextrine, des exhausteurs de goût, de l’huile, des arômes et parfois… de l’extrait de viande).

Conclusion :

Comme tous les produits de HK NUTRITION que j’ai pu tester jusque-là, le COLLAGÈNE MARIN m’a donné entière satisfaction. S’il n’est pas à proprement parler agréable à consommer, il n’est pas désagréable pour autant, et d’après ma propre expérience il fait ce qu’on attend de lui : une meilleure récupération, et un soulagement des douleurs articulaires. Je précise cependant que durant ma phase de test j’ai allégé mes entraînements en réduisant les charges, je me suis reposé, et j’ai consommé d’autres suppléments notamment un extrait d’harpagophytum. Néanmoins, je consomme ce dernier au long cours, et je peux affirmer que l’ajout de COLLAGÈNE MARIN à ma routine a amélioré ma qualité de vie ces dernières semaines et représente une vraie plus-value par rapport à l’harpagophytum seul. Précisions que HK NUTRITION propose plusieurs conditionnement pour ce produit : des pots de 350g à 29€, des pots de 1,2kg à 89€, et des seaux de 4kg à 249€. Le collagène bovin, de qualité similaire, est lui moins onéreux : comptez 48€ pour le pot de 1,2kg, ce qui est un peu moins cher que le COLLAGÈNE PEPTIDE de NUTRIMUSCLE, qui est exactement le même produit (PEPTAN 2000 Daltons).

COLLAGÈNE MARIN de HK NUTRITION : validé !

 

NOTE : 9/10

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement par mail (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

COLLAGÈNE MARIN est en vente sur le site d’HK NUTRITION.

Ingrédients et valeurs nutritionnelles: 

Une cuillère contient: Peptides de collagène (PEPTAN) 5g. Collagène de poisson (PEPTAN) 2000 Daltons.

Article sponsorisé

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. al.martel@laposte.net dit :

    Hello Alex,

    Top ton article ! J’ai trouvé ça super-intéressant et j’ai appris plein de choses. Merci.

    A+ Alex.

    J'aime

    1. Ahahah merci Alexandre, un plaisir de te compter parmi mes plus fidèles lecteurs. A ton service 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s