Mon avis sur : MYOFUEL

MYO1

Marque: Marque: BODYMAXX SPORTSNUTRITION (BMXX)

Par Alex, MuscleXperience team

Avec les suppléments comme avec les rencontres, le « perfect match » est pour moi difficile à trouver. Pour peu que l’on soit raisonnablement exigeant, il est difficile de trouver le produit qui correspondra parfaitement à vos attentes (là je ne parle plus que de suppléments…). Je passe ainsi mon temps à ajouter un peu de glutamine par ci, un peu de taurine par là, à ajouter de la glycine dans mon shake post workout, à charger mon preworkout (parlons français, ma formule pré-entraînement) en tyrosine … Et pour les protéines c’est la même chose, puisque l’on sait que les mélanges sont supérieurs aux protéines de lactosérum (wheys) seules pour soutenir l’anabolisme. Je me concocte donc régulièrement mes mélanges personnels, renfermant un savant mélange de protéines à assimilation rapides (whey), lente (caséine) et moyenne (œuf), qui semble être la formule la plus efficace pour renflouer durablement ses muscles en acides aminés après une séance éprouvante.

Sans parler de véritable problème (il y en a quand même de plus graves), l’inconvénient du mélange personnalisé réside dans les différences de miscibilité des protéines (notamment le blanc d’œuf, qui a tendance à faire des grumeaux, tout comme la caséine) le goût, et éventuellement le dosage qui peut être approximatif. Pour peu que l’on veuille en plus ajouter des glucides, cela fait beaucoup de dosettes. Toujours à la recherche de solutions pour me faciliter la vie, et pour varier un peu les plaisirs, j’ai décidé d’essayer un produit de l’une des marques que j’affectionne particulièrement, et à raison, BODYMAXX NUTRITION.

MYOFUEL semble effectivement remplir parfaitement le cahier des charges de mon shake post-entraînement: un mélange de protéines de haute qualité, aux temps d’assimilation différents, dont je connaisse la provenance, soutenue par une matrice d’acides aminés efficace et par l’ajout d’une petite quantité de glucides complexes à index glycémique élevé pour enclencher la synthèse du glycogène dès la fin de mon entraînement. Si vous prenez des glucides après l’entraînement, c’est qu’a priori vous ne cherchez pas à perdre du poids, et il vous est donc loisible de prendre un repas solides comprenant des glucides à index glycémique bas dans l’heure qui suit la fin de votre entraînement. Pour autant, la présence d’une petite quantité de glucides ajoutée au mélange de protéines n’est pas un inconvénient, et même au contraire, puisque le duo protéines/glucides est supérieur à la protéine seule pour provoquer la synthèse post-entraînement du glycogène musculaire, et donc promouvoir une meilleure récupération.[1]

MYO2

MYOFUEL ne contient que 3g de glucides pour 30g de produit, soit exactement 10% du total, dont le lactose naturellement présent dans la protéine de lait et un peu de dextrose. Ce n’est pas supérieur au ratio que l’on retrouve dans la plupart des whey. MYOFUEL convient donc parfaitement comme shake post-entraînement, mais cette faible quantité de glucides permet également de l’utiliser en lieu et place d’une collation à tout moment de la journée, même si l’on suit un régime pauvre en glucides.

Un mélange de différentes sources de protéines de qualité (pas un mélange douteux de whey à bas prix et de protéine de soja, que l’on retrouve hélas dans bon nombre de « blends », dont la PRO MIX de chez SCITEC NUTRITION, ce qui explique son prix), un mélange de glucides à IG élevé, une matrice d’acides d’acides aminés adaptés à la récupération… sur l’étiquette en tout cas, MYOFUEL semble correspondre en tout point à mes attentes.

Mon ressenti:

BODYMAXX a fait le choix d’additionner de la protéine de lait (contenant donc du lactosérum et de la caséine), de la protéine de lactosérum concentrée (whey), ainsi que de l’isolat de protéine de bœuf hydrolysée. Évidemment déconseillé aux vegans, MYOFUEL offre donc trois sources de protéines hautement assimilables, qui libéreront progressivement leurs acides aminés dans l’organisme pour soutenir l’anabolisme. Avec BODYMAXX, pas d’inquiétudes concernant la qualité et la provenance de la protéine, là traçabilité est assurée à 100%, et à ma demande la marque m’a fourni tous les renseignements que j’ai pu sollicité, ce qui n’est pas le cas de toutes les marques, loin s’en faut.

Ce mélange de protéines est soutenu par une matrice d’acides aminés très complète et parfaitement adaptée à la récupération: pour 100g de produit, on bénéficie ainsi de 3,034g d’Isoleucine, 5,355g de Leucine, et de 3,502g de Valine, soit plus de 11g de BCAA (ne pas hésiter à relire Acides aminés essentiels (EAA) ou acides aminés ramifiés (BCAA), lesquels choisir?).

Parmi les acides aminés non essentiels (EAA), on retrouve de l’alanine, de l’arginine (plus de 3g, ce qui va soutenir le pic d’hormone de croissance post-séance), des peptides de glutamine, forme hautement assimilable de glutamine, acide aminé clé de la récupération. Pour 100g de produit, MYOFUEL affiche également près de 4,5g de glycine, qui favorise la récupération et l’augmentation des niveaux d’hormone de croissance[2]. BODYMAXX conseille une dose de 30g de produit, je suis plus sur 50g, ce qui me permet d’absorber dans les minutes qui suivent mon entraînement 5g de BCAA, plus de 23g d’EAA, dont 2,2g de glycine. Pour moi c’est un produit sur mesure.

MYO3

Conclusion: 

MYOFUEL répond à un vrai besoin, à savoir un mélange de protéines réunissant une source à assimilation rapide (whey), lente (protéine de lait contenant de la caséine et de la whey, et « moyenne », à savoir l’isolat de protéine de bœuf hydrolysée. Si j’opte souvent pour un mélange whey/caséine/œuf, MYOFUEL m’a permis de varier les plaisirs, et j’utilise ici le mot « plaisir » à dessein car le goût Stracciatella (la stracciatella est une crème glacée à base de lait entier et de crème fraîche, à laquelle sont ajoutés des copeaux de chocolat, le genre de choses que l’on ne devrait pas s’autoriser, même en prise de masse) est exquis. On y retrouve le goût de la crème, les morceaux de vrai chocolat, bref c’est à tomber par terre, et cela évite la lassitude. Même si ces dernières années la plupart des marques rivalisent d’ingéniosité avec les parfums, j’avoue que sur ce point MYOFUEL se place directement dans mon top 5.

La composition est satisfaisante et efficace: la teneur en glucides (aux alentours de 10%) est faible, équivalente à ce que l’on trouve dans la majorité des wheys (certaines montent bien plus haut), il s’agit majoritairement du lactose présent naturellement dans le lait; les lipides sont également sous contrôle, avec moins de deux grammes pour une portion de 30g de MYOFUEL, et il s’agit de Triglycérides à chaîne moyenne, donc de lipides bénéfiques pour la santé.

En raison de sa composition, ce produit devra évidemment être évité par les vegans (protéine de lait et de bœuf) et les personnes intolérantes au lactose. Pour les autres, je peux leur recommander MYOFUEL sans hésiter!

 

NOTE: 8,5/10

 

Vous n’êtes pas encore abonné ? Nous espérons que vous avez apprécié cet article et qu’il vous sera utile. Si c’est le cas, n’oubliez pas de vous abonner à MuscleXperience pour recevoir les prochains avis directement par mail (sur l’application mobile dans  l’onglet contact).

 

Ingrédients:

-Mélange de protéines: concentré de protéines de lait, concentré de protéine de lactosérum, isolat de peptides de glutamine, isolat de protéine de bœuf hydrolysée.

– Dextrose

– Triglycérides à chaîne moyenne (TCM) végétales (huile de palme non hydrogénée, huile de noix de coco.

– Arômes

– Édulcorants: sucralose, cyclamate de sodium.

– Émulsifiant: sodium carboxymethyl cellulose/lécithine

– Colorant: bêta-carotène

Valeurs nutritionnelles :

Valeurs nutritionnelles /30gr /100gr
Energie 508 1668kcal
Protéine 23g 75g
Glucides 3g 11g
Dont sucre 2,3g 8,3g
Lipides 1,7g 5,5g
Dont saturés 0,36g 1,2g
Sodium 0,144g 0,480g

 

[1] Post-exercise carbohydrate plus whey protein hydrolysates supplementation increases skeletal muscle glycogen level in rats. Morifuji M, et al. Amino Acids. 2010.

 

[2] Stimulatory effect of glycine on human growth hormone secretion. Kasai K, et al. Metabolism. 1978.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s